Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 15:45

 

 


 

J'attends devant le  comptoir décrépi d’une mairie.

Autrefois m'y a enjoint d'y venir voir.

 

 

A l’immense table du Conseil municipal livrée avec confiance

A ma curiosité, mon coeur est comme une soucoupe,

Il baîlle d'étonnement.

 

Les heures s’écoulent sans bruit, sans se faire remarquer.

Une hébétude heureuse règne dans ce monde à mi-chemin du rêve

Aux effluves de vies pourchassées, éteintes dans un autre siècle.

 

Les lourdes tentures bleu-gris filtrent la lumière

Une atmosphère douce repose  les choses.

Le soleil écarte à peine d’un ongle brillant la torpeur alentour.

 

Les vieux livres s’étalent et s’offrent

L’écriture appliquée court avec fluidité

sur les pages tachetées de vieillesse

Comme la parole d’ancêtres livrant avec parcimonie

l’effleurement d’un secret.

 

Je tends l’oreille à ces mots murmurés par la plume

Je demande « Plus fort Grand-père. Je n’entend pas bien. »

Mais le murmure continue presqu’indistinct.


C’est bien connu, les vieux n’en font qu’à leur tête.

 

 

 

 

 

 

La-recherche-de-ceux-d-ava.jpg

 

Photo Dan Rodgerson

Partager cet article

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nouvelles et histoires
commenter cet article

commentaires

Suzâme 24/06/2011 21:20


Bonsoir,

A pas feutrés, au fil de ma lecture, il y a juste quelques instants, je rejoignais ce lieu presque familier. Quelques fantômes sont venus doux comme la brume que génèrent les poussières. Cela
sentait bon le passé et j'étais bien. Belle description. A Bientôt. Suzâme


Dan 24/06/2011 19:53


Emouvant la consultation de ces archives municilales. Dan