Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 08:17

 

 

 

L'homme-au-regard-appuyé

 

 

 

 

 

 

Assise à la table d'un café, elle avait posé son menton dans sa main.

Les yeux dans le vague, nonchalante.

 

Elle sentit sa présence à quelques mètres d'elle.

Impressionnée sans l'avoir regardé.

 

Son être dense, insistant, s'imposait.

Elle décida d'un geste de courage,

espérant chasser l'importun et releva le menton

qui révéla toute la délicatesse de sa forme.

 

Le temps s'arrêta, l'espace d'un éclair.

Elle se sentit pénétrer

Par une sonde implacable.

L'acuité du regard lui fit baisser précipitamment les yeux.

 

Elle paya fébrilement, fit tomber de la monnaie.

Partit sans la ramasser.

Ses souliers frappaient le sol en saccades nerveuses.

Un frisson secoua ses épaules.

 

Il s'assit paisiblement à la table 

Ramassa la menue monnaie,

elle lui servirait à payer son écot.

 

 

 

   Bibliographie de Claude Lapointe  : cliquez

 

 

                                                                         C.-Lapointe        

Partager cet article

Repost 0

commentaires

C comme Corinne 09/10/2011 08:44


Mon esprit sans doute fleur bleue imaginait une toute autre chute !
Bien vu !
Tiens je vais de ce pas prendre un petit noir à la terrasse d'un café...


Armide+Pistol 09/10/2011 02:23


Je n'aime ni les présences pesantes, ni les regards perçants : en général ma réplique consiste à fixer avec dégoût leurs chaussures. Ils baissent les yeux !


Elo 08/10/2011 12:15


Comme quoi la force du regard .... C'est fou ça ! Bisous