Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 23:30

 

 

 

 

 

 

Sortant dans le jardin,

je vis une toute petite fille de 20 cms de haut

qui me regardait


le début

 

 

 

 

 

Je fus prise de soubresauts d’excitation

et partis d’un pas rapide. Elle était déjà loin.

Elle avait passé le portail

et je ne la voyais plus.


J’amorçais une glissade

qui m’envoya un un éclair à la porte.

que j’attrapais vivement 

 et claquais d’un geste vif.


Il fallait faire vite.

 

Un instant, je me demandais

comment la toute petite fille de rien du tout

était sortie ;

il ne lui était pas possible

d’attraper la poignée.


Je la voyais à cinq, six mètres

avancer à une vitesse étonnante.

Elle avait une façon si particulière

de se mouvoir

que je ne trouvais pas les mots

pour décrire son déplacement.

 

Ses pieds étaient à terre

et pourtant leur mouvement était infime.

Elle donnait l’impression de glisser

comme mue par une force extérieure invisible.


Je me sentis moi-même portée

et propulsée à sa hauteur à grande vitesse.

Son rythme s’adapta au mien.

 

Elle me sourit.

Les questions s’évaporèrent.


 Une bruine lavait chaque pelote nouée de mon cerveau.

 

 

 

 

 

Nous arrivâmes au bord d’une rivière.

Je ne sais comment

se fit le voyage.

Je n’ai aucun souvenir

du trajet.

 


 

Branches-sur-la-riviere.jpg

 

 


Les branches s’abaissaient

jusqu’à l’eau dans un long mouvement souple.

 

La campagne m’enveloppait de son air frais.

Il règnait 

une belle lumière matinale.

 

 

 

 

 

 

 

 


Nous nous assîmes sur un tronc.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ma petite compagne de rien du tout

se tourna vers moi,

elle leva des grands yeux plein d’attente

et glissa une main minuscule dans mon gant.

Je la regardai intensément.

 

 

 

Page suivante.

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> Pour ne rien manquer, j'ai pris soin de m'inscrire à la news. Bonne soirée !<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Erreur fatale !<br /> <br /> <br /> Vous aurez encore plus à lire, jusque dans votre messagerie.<br /> <br /> <br /> Est-ce bien raisonnable ?<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Très beau titre pour ce joli et tendre conte. J'aime bien ton blog. Et la neige est partout en ce moment, sauf dans la chaleur de nos histoires...<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Il neige des flocons d'histoire<br /> <br /> <br /> Sur nos blogs blanchis<br /> <br /> <br /> Et les yeux pleins d'étoiles<br /> <br /> <br /> S'écarquillent de plaisir.<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> je me suis bien calée sur ma chaise Ikéa (va quand même falloir que le Père Noël m'en apporte une autre!) et j'ai suivi de bout en bout l'histoire de cette petite bonne femme de rien du tout!<br /> J'adore marcher dans la neige, c'est toujours comme d'ouvrir un nouveau monde!<br /> me suis inscrite à la newletter pour connaître la suite la première<br /> bonne journée<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bienvenue Azalaïs dans le monde des premiers servis !<br /> <br /> <br /> J'espère que tes pas te mèneront avec plaisir au bout du chemin au-delà du passage de la source Tarie...<br /> <br /> <br /> <br />
Q
<br /> Je ne dessinerai pas un mouton, je serais juste capable de dessiner la caisse où il ferait le voyage.<br /> <br /> Mais, si ton allumeur de réverbère veut bien m'accueillir sur sa planète, je suis partante. Je ne regarderai pas les mille quatre cent quarante couchers de soleil, mais je suis d'accord pour voir<br /> les mille quatre cent quarante soleils levant qu'il peut contempler chaque jour...<br /> <br /> J'aime bien ta petite compagne de rien du tout... elle me fait penser à Gianni Rodari.<br /> <br /> J'adore !<br /> <br /> Passe une belle soirée.<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Tu me fais bien rire Quichottine. Envoie-moi ta caisse par la poste.<br /> <br /> <br /> Je lui trouverai une place dans la communauté.<br /> <br /> <br /> <br />