Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 07:10

 

 

 

 

Le début

 

 

Chapitre 3 

 


 

« En as-tu d’autres, Roger ?

L’examen des dessins se solda par un hochement de tête.

  Le Monsieur sérieux dit :

«  Roger, je fabrique des jouets. J’ai besoin d’un dessinateur comme toi dans ma fabrique. Est-ce que tu veux venir dessiner des jouets ?

Des jouets !

Roger n’en avait pas.

Il prenait les pinces à linge, les cailloux du chemin, ses boites d’allumettes et son crayon.


- Ne t’inquiète pas, tu apprendras. Tu as l’œil imaginatif et le crayon  sûr. Avec des cours, tu feras des merveilles !

 

 

 

 

 

Le crayon imaginatif

 

 

 

 

 

 

Des cours !

 

Roger n’avait jamais eu idée qu’il existât des cours de dessin. Les cours, c’était ennuyeux. Son esprit partait à vol d’oiseau loin de la classe. De temps en temps, il retombait brutalement de son échappée lorsque la voix du maître montait en degré.


- Ton grand-père est d’accord. Et toi ?

- Oui, laissa-t-il échapper d’une voix atténuée par la timidité.

 

 

 


Il visita l’usine, les yeux ronds comme des assiettes. Les ateliers de fabrication d’abord. Remplis d’établis. De planches et de blocs de bois. De machines faites pour scier, tailler, poncer, tourner. De pots de colle et de peintures. De poêles où cuisait la colle. Il regardait avidement les formes en bois aux couleurs vives. Il s’emplissait des odeurs mêlées. L’air était imprégné de la brume ocre de la poudre de bois. Il pénétrait dans un univers qui le saisissait de toute part. Il s'entendit hélé avec bonhommie. Les ouvriers le saluaient à son passage.

«    Alors, t’as le crayon qui court, petit !

-      Tu vas nous dessiner de belles voitures !

-      Y parait que tu te sers pas de la gomme ! »

 

 

Il pénétra dans le bureau d’étude avec solennité. Explora ce domaine. Ne vit d'abord que les deux grandes tables à dessin. Elles occupaient le centre de la pièce ceinte de leur tabouret. Il tourna autour. Se demanda s’il aurait à se jucher sur les tabourets craignant d’y être aussi mal à l’aise qu’au sommet de pattes de cigognes.

 

 

 

 

Le tabouret cigogne

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Histoire Au bout du crayon
commenter cet article

commentaires

Snow 03/03/2011 03:24


Comment se sent-on du haut de pattes ce cigognes? Je les empruntent pour poursuivre ma lecture, je saurai comment!


Armide+Pistol 01/03/2011 18:50


Un vécu authentique vu par le regard d'un enfant.


alice 28/02/2011 19:19


L'histoire se lit d'un trait et les dessins qui accompagnent sont tout colorés et joyeux. Le suspens se poursuit !


fransua 28/02/2011 17:46


je prends cette histoire en route mais franchement j'aime bien ton petit Roger et les illustrations sont superbes ! je crois qu'il ferai un très bon camarade pour ma petite Pancha que je t'invite à
découvrir si tu as le temps et l'envie

bhttp://www.latelierdefransua.com/pages/les_aventures_de_Pancha-1309867.html
surtout "latelier littéraire
http://www.latelierdefransua.com/ext/http://les-collages-et-poesies-de-fransua.over-blog.com/article-34034126.html
onne soirée


Mahina 28/02/2011 13:08


j'aime tes dessins...Les crayons s'amusent et "se font la malle"...comme notre imagination...