Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 12:48

 

 

Pourquoi je me suis abstenue pour le MES ?

 

 

Une électrice interpelle sénatrices et sénateurs quant à leur projet de vote pour le MES. Nous livrons sa lettre et la réponse d'une sénatrice PS. Son nom ne sera pas mentionné ici. C'est la seule pour le moment à avoir répondu sur une vingtaine de sénateurs interpelés. Mais on peut imaginer que la réponse des autres élus du PS serait sensiblement la même.



Madame la Sénatrice,

Comme des millions de personnes dans toute l'Europe, je m'inquiète des atteintes portées à la démocratie et de la politique de rigueur imposée aux populations s’appuyant notamment sur la détérioration des services publics. Cette dégradation des conditions de vie prend prétexte d'une dette dont la légitimité n'est ni questionnée ni démontrée tandis que dans notre pays les réductions d’impôts mises en place en faveur des plus riches et les suppressions de charges pour les plus grosses entreprises sont la base de la dégradation de la santé financière de la France.

Je vous écris à propos du traité européen instituant le "Mécanisme Européen de Stabilité" sur lequel vous vous prononcez le 28 Février 2012.

Ce traité donnant tout pouvoir sur les États au Conseil des gouverneurs composé exclusivement des ministres des finances des États membres de la zone Euro, remet fondamentalement en cause la souveraineté du peuple. Il inaugure un mécanisme insidieux d’extinction de la démocratie en Europe.

Les gouverneurs, qui ne sont pas des élus, disposeront librement des caisses de l’État qui devra accéder de façon "irrévocable et inconditionnelle" à leurs demandes.

La discipline budgétaire pourrait entrainer la poursuite de la dissolution de tous les services publics, détruisant pour longtemps la notion de solidarité nationale. Les années 2000 – 2020 seront alors marquées dans l’histoire comme celles de la vente de la fonction publique de l’Etat français, notre bien nationale, sans qu'aucun débat ni vote n'ait eu lieu, sans que chaque Français n'en ait rien. La dissolution du patrimoine de notre pays offert aux grandes fortunes trouvera son accomplissement. Ce qui a patiemment été construit depuis la guerre pour le bien commun sera dilapidé en quelques années.

Cette période pourra s’appeler l’hiver européen.

La cohésion sociale et la qualité de vie, mises à mal par cette politique, sont aujourd’hui en danger.

Je m'étonne du silence qui entoure ce traité et de son vote médiatisé très tardivement, alors que les Français ne pouvaient plus se positionner. Les élus, dits représentants du peuple, ont choisi de refuser la consultation populaire pour ce traité qui engage une détérioration certaine de la vie quotidienne. Dans le même temps, deux référendums populaires sont annoncés. Ils sont envisagés juste à la veille de l’élection présidentielle alors que cette forme de consultation a été absente durant tout le quinquennat. Quel est donc l'objet de cette consultation impromptue alors qu'il est l'heure des bilans ?

De quel type de société, Madame la Sénatrice, avez-vous prévu de pourvoir le peuple français à son insu ?

Négation des compétences fiscales et budgétaires des parlements nationaux, déni des principes de base de la démocratie, impossibilité de veto des États, immunité judiciaire, opacité des documents caractérisent et définissent la mise en œuvre et l’exécution de ce traité.

Allez-vous l’accepter ou le rejeter ?

Les députés socialistes, pour la plupart, ont choisi l'abstention, une demi-mesure qui ne pose pas fermement la défense des intérêts des citoyens mais flirte avec les intérêts du pouvoir, de la finance, de la grosse entreprise, de la très grosse fortune.

Quel choix de société ferez-vous en cette période déterminante pour l'Europe ?

Vous prononcer contre ce traité, ce sera honorer votre statut de représentante du peuple et vous porter garante de la démocratie dans le respect des humanistes qui honorent notre nation.

Je vous prie de recevoir, Madame la Sénatrice, l’expression de ma considération républicaine,

 

 

 

Rose-enneigee-w.jpg  

 

La rose a vécu                                                                                                                                
 


Réponse de la  sénatrice :


Vous avez souhaité m'interpeller dans les jours précédents sur le vote concernant le Mécanisme Européen de Stabilité. Je vous prie de trouver ci-joint la position que mon groupe et moi-m^me avons pris à ce sujet.


Cordialement. 


COMMUNIQUE
Paris, 28 Février 2012

Mécanisme Européen de Stabilité
Les Sénateurs socialistes s'abstiennent pour ne pas hypothéquer l'avenir

Le groupe socialiste du Sénat, devant le manque d’envergure et les insuffisances du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) proposé par l'Europe conservatrice, a choisi de s’abstenir.

Si le texte proposé est un premier pas vers un pare-feu indispensable, ses conditions de fonctionnement ne répondent pas aux enjeux européens. Pour les sénateurs socialistes, il faut impérativement :

    • Renforcer la force de frappe financière du MES , bien au-delà des 500 milliards d'€ programmés, pour une réelle marge de manœuvre ,
    • Octroyer au MES une licence bancaire, pour permettre son refinancement auprès de la banque centrale européenne,
    • Conjuguer le MES à une politique de croissance, fixant des objectifs contraignants , pour envisager le remboursement de la dette des Etats en difficulté grâce au développement économique et à l'emploi ,
    • Renforcer le contrôle démocratique, avec notamment l'implication des Parlements dans la mise en place des mécanismes de sauvetage

Or le texte proposé soumet les instruments de solidarité à une austérité budgétaire brutale, celle du Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG). Ce alors qu'on voit chaque jour un peu plus les ravages au sein de la population grecque de la course à l’austérité imposée par la conjugaison du FMI et de l'UE.

Les sénateurs socialistes ont donc opté pour l’abstention pour mieux envisager, demain, une nouvelle négociation avec l’ensemble des partenaires européens de la France pour une réorientation de l'Union qui conjugue solidarité, discipline budgétaire et croissance.

 

 

 


Réponse de l'électrice :

Madame la Sénatrice,


Votre abstention et celle de votre groupe derrière lequel vous vous abritez, comme si l'ensemble des sénateurs n'avaient qu'une pensée unique, a donné le pouvoir à la droite consacrant le libéralisme. C'est peut-être ce que l'histoire retiendra du premier sénat de gauche. C'est en tout cas ce que les électeurs ne vous pardonneront pas quand ils comprendront l'enjeu de vos votes. Pour le moment, vous semblez bien complices de leur ignorance.
Je ne vous adresse pas, Madame la sénatrice, l'expression de ma considération distinguée, puisque vous avez trahi les citoyens ordinaires,

 


 

 

Dans leur livre "Mélenchon le plébéien", stéphane Alliès, journaliste de Médiapart etLilian Alemagna, journaliste de Libération citent Pascale Le Néouannic : [Mélenchon a] "l'occasion de côtoyer pour la première fois François Hollande, et toute la génération de jeunes rocardo-deloristes qui préparent la relève socialiste des années 2000 : Jean-Luc se rend compte que ce sont des satisfaits du système, qui veulent le maintenir en place."

 

Partager cet article

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article

commentaires