Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 21:01

 

 

 

La-cabane-au-jardin

 

 

 

 

 

En se levant, ce matin-là, Laurent jeta un œil par la fenêtre. C’est le premier geste qu’il faisait les matins de week-end, dès le volet levé. Il s’enquérait ainsi de la couleur de son tour au jardin.

 « Gris léger » pensa-t-il.

 Il entrebâilla le vantail, apprécia le fond de l’air.

Il avala un café et une tranche de pain goulument. Enfila son pantalon griffé et son vieil anorak. Grimpa sur son vélo d’un autre âge et pédala hardiment.

 

Il passait chaque week-end à son jardin ouvrier, comme le nommait l’appellation d’origine consacrée.

 

 Il n’aimait pas cette dénomination. Il en connaissait la raison, mais trouvait qu’elle ne convenait pas à ces petits îlots de verdure repoussant la ville. Il y rencontrait chaque fin de semaine un parfum de bonheur. Ce lieu se montrait déserté à cette époque peu productive de l’année. Dès le printemps venu, il se remplirait de joyeux appels.

L’usine était loin d’apporter ces moments de paix rieuse.

Au jardin, il arrivait bien aussi à Thierry d’interpeler vertement Hector. Parfois ça allait un peu plus loin. Et se terminait avec un nez en sang. Mais, ils étaient entre eux. Et filait au café noyant l’altercation dans un ballon de rouge. A l’usine, il y avait toujours un chef à trainer prêt à asséner le blâme. Et puis pour ce qu’on y avait de liberté !

 

Il arrivait à la porte de son domaine. Il s’apprêtait à  sortir la clef du cadenas quand il s’aperçut que la chaîne avait disparu. Qui avait bien pu escamoter sa fermeture ? A cette époque de l’année en plus ! Y’avait rien de rien à voler pourtant.

 

Il s’avança prudemment jusqu’à sa cabane.

Rien ne bougeait.

Il poussa la porte, mais rapidement, elle buta sur quelque chose. Il passa la tête dans l’entrebâillement. Vit deux pieds dans de méchantes chaussures éculées. Remonta le long de deux jambes de pantalon en meilleur état que les godillots, partiellement enfouies sous des feuilles de papier journal. Il ne voyait pas plus loin n’ayant pas la place de pénétrer dans la cabane. Rien ne bougeait. Son inquiétude montait.

 

Il hésita. Devait-il aller chez la flicaille ?

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nouvelles et histoires
commenter cet article

commentaires

Marieluce 16/02/2011 17:01


Je viens de chez "Les Mousquetaires" et je constate que Marie a l'oeil qui court partout, et la langue aussi agile que les doigts ! Je reviendrai lire la suite, c'est inquiétant cette histoire ...


l'oeil qui court 17/02/2011 08:09



C'est vrai, t'as raison, mon oeil, parfois je le trouve plus. Et ma langue, elle est atteinte d'un mouvement fébrile inextinguible. Je ne te décris pas mes journées ! Epuisant !



gi 16/02/2011 16:54


un oeil qui court et une parole facile... je suis venue faire ta connaissance.
Je sens que je vais attendre la suite...
Gi


l'oeil qui court 17/02/2011 08:06



Salut Gi. Je suis contente de t'accueillir.


Chez moi, j'ai un grand sac avec des mots. Quand j'ai besoin d'écrire, je le secoue. Quelques mots tombent par l'entonnoir installé à sa base. Je les récupère dans l'ordre de sortie. et je
recopie. C'est tout



Snow 16/02/2011 14:54


Allo Allo! Flicaille annonce suite de quelque aventure possible. J'aime bien cette photo, jolie même..


l'oeil qui court 17/02/2011 07:57



Ach ! (interjection allemande qui se lit arr !) l'aventure !



Lenaïg Boudig 16/02/2011 09:58


Bonjour, Oeil qui court ! Oeil en alerte aussi sur le monde autour, j'aime bien et j'ai envie de savoir la suite de ce qui vient de se passer dans ce jardin. A plus tard, amitié.


l'oeil qui court 17/02/2011 07:55



Salut Lenaïg. J'essaie de suivre mon oeil. Mais c'est pas toujours possible. Des fois, il est trop rapide pour moi ... Alors je suis toute essoufflée !



Jacinte 15/02/2011 23:50


Je ne m'attendais pas à cette chute ;) je pensais que tu allais décrire le charme de ces jardins ouvriers (d'ailleurs je crois qu'ils existent encore dans certains endroits ou qu'on en repropose !)
Alors il y aura une suite ?? :)


l'oeil qui court 16/02/2011 06:41



Le deuxième volet sera publié ce soir. Il y en a trois.


Merci de m'avoir partagé ton passage et ta surprise.


A bientôt.