Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 22:08

 

 

 

 

mansarde

 

 

 

 

 

Une vieille femme à la fenêtre,

Un peu tordue par l’âge,

Mais encore bon œil.

 

Tintement de clochette dans l'air.

Guet à travers le chaos des toits.

 

Peine perdue comme toujours.

 

Leste, le stylo a sauté entre les doigts

La feuille, prompte, sur l’écritoire.

Un chapelet de mots y court tel le lézard.

 

Un instant, la vieille,

Le nez en l’air, les yeux dans le lointain.

 

 

Le stylo endormi sur le vieux meuble de bois,

Les mots figés.

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 22:02

 

 

 

 

 

Le balancier de son manteau

Marquait les secondes au fil de ses pas hésitants.

Elle avait jeté sa canne au fossé,

Lasse d'être accompagnée.

"Seule, je veux être seule pour la rencontre".

Elle avançait lentement, occupant le milieu de la chaussée

Et s'enfonçait, petite silhouette bringuebalante

Toujours plus avant dans le bois.

Elle arriva au bord de la falaise comme tous les jours

Et s'arrêta au bord de l'infini.

Elle engloutit ses yeux dans le bleu immense

Et attendit.

 

"Non, ce n'est pas pour aujourd'hui" dit-elle.

Et elle fit demi-tour.

 

 

 

 

 

Au-bord-de-l-infini-w.jpg

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 22:00

 

 

 

 

couple

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 21:47

 

 

 

 

En forêt, je me suis promenée.

Quatre sacs avais-je emporter.

De feuilles, je les ai emplis.

Une souche et quatre branches anciennes, toutes vermoulues y ai-je ajouté.

 


 

 

branches.jpg

 

 

 

 

Chez moi, je suis rentrée.

J'ai saisi les sacs un à un.

Les ai secoués.

Sur le sol de béton, les feuilles sont tombées.

 

J'y ai disposé les branches toutes mangées.

Derrière chez moi c'est comme une forêt.

 

Demain je vais chercher quatre arbres.

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 20:43

 

Comme tous les bénévoles du collectif  " Fraternité Migrants ", Annick offre le nécessaire pour vivre et survivre aux migrants vietnamiens qui s'arrêtent ici : des vêtements, de la nourriture, du réconfort, de la solidarité .
« Alors pourquoi le mardi 22 novembre 2011 la Police de l'Air et des Frontières s'est-elle rendue au domicile d'Annick à 6 h le matin et l'a-t-elle interpelée pour une garde à vue de 33 heures ? » interroge le Collectif.

 

 

Les associations se battent pour le droit à chacun à avoir un pays, une terre où poser ses valises et nourrir ses enfants.

Elles se battent pour que nous puissions continuer à dire ce que nous pensons.

Contre l’incarcération en France des enfants organisée pour délit de nationalité.

Contre la mise en œuvre de droits discriminatoires selon le pays d’origine. 

Pour que chaque enfant ait accès aux mêmes connaissances et à la même école.

 

Les personnes, arrivant en France pour y trouver une patrie, sont engagées dans une lutte quotidienne pour obtenir un lieu d'hébergement pour le soir, pour être à l'heure dans la file d'attente et y recevoir le colis de pâtes et de boites de conserve constitué de ces dons collectés à la sortie des supermarchés par la Banque Alimentaire, pour échapper aux policiers qui, en dépit de la loi, ont ordre de s'embusquer à la sortie des restos du coeur ou du service social qui les aide à instruire leurs demandes.

 

Avec, la plupart du temps, un passé de violence et de peur qui a creusé le sillon de l'angoisse au coeur de leur vie.

 

 

La générosité mortelle :


Sous monsieur Sarkoky, on a inventé la générosité mortelle. Celle qui mène, à la sortie des organismes caritatifs, impuissants à enrayer ces dérives, le ventre plein des dons de citoyens ignorants de ces violations, au centre de rétention puis au pays d'origine où l'on torture et l'on viole. Sous monsieur Sarkozy, on a inventé l'appel téléphonique du policier se faisant passer pour le directeur d'école qui invite les parents à venir à un rendez-vous à l'école. A l'arrivée, ce sont les menotes qui les attendent. Le papa est emmené devant son enfant qui sort de cours et auquel la maîtresse s'agrippe désespérément pour le protéger.


"Parce que, comprenez-moi bien, madame monsieur, dirait monsieur Sarkozy, on a déjà assez de problème comme ça avec nos enfants. Vous ne voudriez quand même pas que je vous dise : Nous ne pouvons plus payez assez de professeurs pour tout le monde. Alors votre enfant reste à la porte. Il n'apprendra pas à lire et à écrire dans les écoles de la république parce qu'il y a Ibrahim ou Mohamed qui était inscrit avant lui."

 

 

 

Dans leur combat, les associations perdent du terrain, sans cesse. Certaines sont menacées de fermeture pour suppression de leurs subventions.

Mais engagées, elles ne lâchent pas.

De plus en plus choquées par les pratiques de la France et de l’Europe.
De plus en plus démunies pour apporter leur aide dans un contexte politique et idéologique de répression et d’humiliation.


Des milliers de personnes demandant asile aux portes d'une Europe, continent le plus riche au monde, sont envoyées à la mort chaque année.


Leur existence est menacée en France.

 

 

Le président répond :

"Notre système d'intégration fonctionne de plus en plus mal car nous avons trop d'étrangers sur notre territoire et que nous n'arrivons plus à leur trouver un logement, un emploi, une école" le 7 mars 2010 dans une émission sur la chaîne de télévision France 2.

 

Les Français qui appliquent les directives du président de la république et de son gouvernement violent la Constitution française et la législation européenne à laquelle la France s'est engagée à se soumettre selon l'avis de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) rendu en Assemblée Plénière. .

On trouve le texte complet sur le site du Gisti

 

La France a été condamnée à plusieurs reprises par la Cour Européenne des Droits de l'Homme, notamment pour violation de l'article 3 : « Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants. » Il s'agit d'une des rares stipulations de la Convention qui ne soit pas assortie d'exceptions.

 

 

 

Iran

 


Que pensent les Français ?

 
« Pour 55% des Français, la politique du gouvernement de Nicolas Sarkozy à l'égard des Roms et des immigrés n'est pas conforme aux valeurs de la République française (dont 37% « pas du tout »). (…)
 08.09.2010 - Le nouvel Obs

 
Plus d'un Français sur deux (55%) est favorable à l'instauration du droit de vote des étrangers aux élections locales pour les non européens résidant depuis plus de cinq ans en France.

10.12.2011 - Ouest France

 

 

... Annick et tous les bénévoles de Fraternité Migrants sont les résistants d'aujourd'hui.

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 12:21

 

 

Récemment, je vous ai proposé d'effeuiller le quotidien en ligne indépendant Médiapart. Aujourd'hui, je vous présente le site "Arrêt sur Images" créé et dirigé par Daniel Schneidermann, ancien du Monde et de France 5. Les seules ressources du site sont constituées par les abonnements des internautes de 40€ par an afin de garder une indépendance réelle et totale par rapport à tous les pouvoirs, institutions, entreprises, annonceurs, ou aux autres médias.

L'émission se destine au décodage des images de télévision et de tous les médias, ce qu'elles disent à côté des mots. Cette relecture des images est complètée dans certains domaines (critique littéraire, économie) par un travail de recherche, d'interview et de débat et comble lacunes et non-dits. A côté des émissions, le site offre dossiers et chroniques.

Un site pour s'interroger, réfléchir et voir au-delà des apparences et des manipulations.

La Chronique de Daniel Schneidermann du 07.03.2012 s'intitule "la règle et le garnement". Je vous propose de la déguster.

 

 

" Enfin. Enfin, cinq ans après, dans les cordes, à deux doigts de la porte, après kyrielle d'avertissements, le garnement tend ses doigts pour recevoir les coups de règle. Le fouquet's, il n'aurait pas dû. Le yacht, il n'aurait pas dû. Casse toi pauv'con, il n'aurait pas dû. Son fils à l'EPAD, il n'aurait pas dû. Mais c'est pas ma faute, Madame Monsieur. Je savais pas qu'il fallait pas. Je pensais pas que ça ferait tant de barouf. Et puis j'avais la t^ete ailleurs : ma famille explosait. Le fouquet's, le yacht, c'était pour reconqu"rir Cécilia.


Billy the KidOn est partagés. D'un côté la compréhension, bien entendu, la compréhension à l'usure, car tout le monde est fatigué de lui. OK, qu'on écoute ses explications, qu'on le considère quitte s'il le veut, qu'on lui montre la porte, et qu'on l'oublie. Qu'on l'oublie vite. Qu'on oublie ces cinq ans, pendant lesquels on ne pouvait plus regarder notre pays en face. Disons que ce fut un malentendu, et tournons la page, et parlons enfin de l'Europe, de l'Allemagne, du réchauffement, de la croissance, du nucléaire, du protectionnisme, reprenons les choses sérieuses.

Quand on pense qu'il aura fallu cinq ans, pour que Pujadas ose saisir sa règlette ! Ce qu'il ne faudra pas oublier, ce qu'il faudra autopsier un jour, c'est l'aveuglement volontaire médiatique, qui a rendu possible ce cauchemar national. C'est, chez nous, parmi les journalistes, ce noeud de confort et de conformisme, de terreur et de servilité, qui a dissimulé au pays, avant et après 2007, le vrai visage du voyou. Comment d'autocensure en silence, il advient qu'on peut un jour, dans un vieux pays démocratique, et devant les corps constitués, ceindre le grand collier de la légion d'honneur à Scarface, ou, si l'on est indulgent, à Billy the kid."

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:39

 

 

 

"Faut-il s’interdire d’imaginer un accident nucléaire très grave à Fessenheim ?


(...) Pendant une semaine, sur Mediapart, nous allons vous raconter en détail un accident nucléaire gravissime à Fessenheim.

(...) Nous nous sommes basés sur des études, des plans et analyses existants.

(...) En espérant que ce récit d’un Fukushima à Fessenheim alimentera le débat public nécessaire sur l’avenir du nucléaire."

 

Mediapart : Noël 2013 : un Fukushima à Fessenheim

 

Le quotidien en ligne d'investigation, celui qui fait profession d'enquêter et révèle des pans des dossiers Bettencourt et Karachi qui nourrissent ensuite les enquêtes judiciaires, estime tellement important que le débat national sur le nucléaire puisse avoir lieu qu'il va s'adonner pour la première fois de sa vie à la fiction pendant une semaine.

 

Peut-on imaginer qu'il arrive réellement en France un accident nucléaire de l'ampleur de Tchernobyl ou de Fukushima ?

Si non, pourquoi refusons-nous cette hypothèse ?

Qu'est-ce qui fonde cette certitude ?

 

Et si nous envisageons que cela puisse nous arriver comme en URSS, au Japon, comme cela aurait pu arriver cet été aux Etats-Unis avec la cru du Missouri risquant de noyer la centrale de Fort Calhoun, alors ... ?

 



Un fukushima à Fessenheim, cliquez ici

 

 

 

Alerte

Une analyse sur les évolutions économiques, sociales et politiques
du Japon et de l'Europe très documentés et originales.

Un article de Bernard Dugué sur Agoravox

 


L'Europe n'échappera pas à son fukushima et

devra se réinventer ou bien crever lentement, cliquez ici


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 12:48

 

 

Pourquoi je me suis abstenue pour le MES ?

 

 

Une électrice interpelle sénatrices et sénateurs quant à leur projet de vote pour le MES. Nous livrons sa lettre et la réponse d'une sénatrice PS. Son nom ne sera pas mentionné ici. C'est la seule pour le moment à avoir répondu sur une vingtaine de sénateurs interpelés. Mais on peut imaginer que la réponse des autres élus du PS serait sensiblement la même.



Madame la Sénatrice,

Comme des millions de personnes dans toute l'Europe, je m'inquiète des atteintes portées à la démocratie et de la politique de rigueur imposée aux populations s’appuyant notamment sur la détérioration des services publics. Cette dégradation des conditions de vie prend prétexte d'une dette dont la légitimité n'est ni questionnée ni démontrée tandis que dans notre pays les réductions d’impôts mises en place en faveur des plus riches et les suppressions de charges pour les plus grosses entreprises sont la base de la dégradation de la santé financière de la France.

Je vous écris à propos du traité européen instituant le "Mécanisme Européen de Stabilité" sur lequel vous vous prononcez le 28 Février 2012.

Ce traité donnant tout pouvoir sur les États au Conseil des gouverneurs composé exclusivement des ministres des finances des États membres de la zone Euro, remet fondamentalement en cause la souveraineté du peuple. Il inaugure un mécanisme insidieux d’extinction de la démocratie en Europe.

Les gouverneurs, qui ne sont pas des élus, disposeront librement des caisses de l’État qui devra accéder de façon "irrévocable et inconditionnelle" à leurs demandes.

La discipline budgétaire pourrait entrainer la poursuite de la dissolution de tous les services publics, détruisant pour longtemps la notion de solidarité nationale. Les années 2000 – 2020 seront alors marquées dans l’histoire comme celles de la vente de la fonction publique de l’Etat français, notre bien nationale, sans qu'aucun débat ni vote n'ait eu lieu, sans que chaque Français n'en ait rien. La dissolution du patrimoine de notre pays offert aux grandes fortunes trouvera son accomplissement. Ce qui a patiemment été construit depuis la guerre pour le bien commun sera dilapidé en quelques années.

Cette période pourra s’appeler l’hiver européen.

La cohésion sociale et la qualité de vie, mises à mal par cette politique, sont aujourd’hui en danger.

Je m'étonne du silence qui entoure ce traité et de son vote médiatisé très tardivement, alors que les Français ne pouvaient plus se positionner. Les élus, dits représentants du peuple, ont choisi de refuser la consultation populaire pour ce traité qui engage une détérioration certaine de la vie quotidienne. Dans le même temps, deux référendums populaires sont annoncés. Ils sont envisagés juste à la veille de l’élection présidentielle alors que cette forme de consultation a été absente durant tout le quinquennat. Quel est donc l'objet de cette consultation impromptue alors qu'il est l'heure des bilans ?

De quel type de société, Madame la Sénatrice, avez-vous prévu de pourvoir le peuple français à son insu ?

Négation des compétences fiscales et budgétaires des parlements nationaux, déni des principes de base de la démocratie, impossibilité de veto des États, immunité judiciaire, opacité des documents caractérisent et définissent la mise en œuvre et l’exécution de ce traité.

Allez-vous l’accepter ou le rejeter ?

Les députés socialistes, pour la plupart, ont choisi l'abstention, une demi-mesure qui ne pose pas fermement la défense des intérêts des citoyens mais flirte avec les intérêts du pouvoir, de la finance, de la grosse entreprise, de la très grosse fortune.

Quel choix de société ferez-vous en cette période déterminante pour l'Europe ?

Vous prononcer contre ce traité, ce sera honorer votre statut de représentante du peuple et vous porter garante de la démocratie dans le respect des humanistes qui honorent notre nation.

Je vous prie de recevoir, Madame la Sénatrice, l’expression de ma considération républicaine,

 

 

 

Rose-enneigee-w.jpg  

 

La rose a vécu                                                                                                                                
 


Réponse de la  sénatrice :


Vous avez souhaité m'interpeller dans les jours précédents sur le vote concernant le Mécanisme Européen de Stabilité. Je vous prie de trouver ci-joint la position que mon groupe et moi-m^me avons pris à ce sujet.


Cordialement. 


COMMUNIQUE
Paris, 28 Février 2012

Mécanisme Européen de Stabilité
Les Sénateurs socialistes s'abstiennent pour ne pas hypothéquer l'avenir

Le groupe socialiste du Sénat, devant le manque d’envergure et les insuffisances du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) proposé par l'Europe conservatrice, a choisi de s’abstenir.

Si le texte proposé est un premier pas vers un pare-feu indispensable, ses conditions de fonctionnement ne répondent pas aux enjeux européens. Pour les sénateurs socialistes, il faut impérativement :

    • Renforcer la force de frappe financière du MES , bien au-delà des 500 milliards d'€ programmés, pour une réelle marge de manœuvre ,
    • Octroyer au MES une licence bancaire, pour permettre son refinancement auprès de la banque centrale européenne,
    • Conjuguer le MES à une politique de croissance, fixant des objectifs contraignants , pour envisager le remboursement de la dette des Etats en difficulté grâce au développement économique et à l'emploi ,
    • Renforcer le contrôle démocratique, avec notamment l'implication des Parlements dans la mise en place des mécanismes de sauvetage

Or le texte proposé soumet les instruments de solidarité à une austérité budgétaire brutale, celle du Traité sur la Stabilité, la Coordination et la Gouvernance dans l’Union économique et monétaire (TSCG). Ce alors qu'on voit chaque jour un peu plus les ravages au sein de la population grecque de la course à l’austérité imposée par la conjugaison du FMI et de l'UE.

Les sénateurs socialistes ont donc opté pour l’abstention pour mieux envisager, demain, une nouvelle négociation avec l’ensemble des partenaires européens de la France pour une réorientation de l'Union qui conjugue solidarité, discipline budgétaire et croissance.

 

 

 


Réponse de l'électrice :

Madame la Sénatrice,


Votre abstention et celle de votre groupe derrière lequel vous vous abritez, comme si l'ensemble des sénateurs n'avaient qu'une pensée unique, a donné le pouvoir à la droite consacrant le libéralisme. C'est peut-être ce que l'histoire retiendra du premier sénat de gauche. C'est en tout cas ce que les électeurs ne vous pardonneront pas quand ils comprendront l'enjeu de vos votes. Pour le moment, vous semblez bien complices de leur ignorance.
Je ne vous adresse pas, Madame la sénatrice, l'expression de ma considération distinguée, puisque vous avez trahi les citoyens ordinaires,

 


 

 

Dans leur livre "Mélenchon le plébéien", stéphane Alliès, journaliste de Médiapart etLilian Alemagna, journaliste de Libération citent Pascale Le Néouannic : [Mélenchon a] "l'occasion de côtoyer pour la première fois François Hollande, et toute la génération de jeunes rocardo-deloristes qui préparent la relève socialiste des années 2000 : Jean-Luc se rend compte que ce sont des satisfaits du système, qui veulent le maintenir en place."

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 11:24

 

 

 

Histoire de pas,

Rayés comme les barreaux de cellules grises

 

Cris rentrés au fond de gorges closes

 

Les mains nouées, les yeux vides

Les poings serrés au fond des poches

 

Sur le chemin, les cailloux blessent la plante des pieds

 

 

 

01.jpg

 

 

 

 

 

02.jpg

 

 

 

 

 

03.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

05.jpg

 

 

 

 

 

10.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les poings serrés levés ont crié

Les muscles ont bondi


Les mains tendues se sont rejointes

Les yeux ouverts ont chanté

 

Des pas légers courent et s'amusent

 

 

 

 

11.jpg

 

 

 

 

 

 

 

12.jpg

 

 

 

 

 

 

09.jpg

 

 

 

 

 

 

 

04

 

 

 

 

Fidjhi

Festival Internationale de Danse Jazz d'Hiver

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 12:50

Mendicite.jpgDépartement de l'aisne ou de l'(a)haine ?

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article