Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 22:50

 

 

La dette, les AAA et les Français

 

 

Paroles de 2008


« La dette publique a mauvaise réputation. Elle aurait atteint un tel niveau qu’il importerait de réduire, drastiquement et sans tarder, les dépenses de l’Etat et des autres administrations publiques. Fardeau pour les générations futures, elle risquerait par ailleurs d’asphyxier notre économie. Enfin, si elle continuait à croître ou si les taux d’intérêt venaient à augmenter, sa charge deviendrait insoutenable, et la défiance des prêteurs rendrait l’Etat incapable de se financer. 

« La rengaine catastrophiste, reprise fin juin par la Cour des comptes, n’épargne pas le registre des causes : l’endettement de nos administrations résulterait de la faillite morale des gouvernements précédents, laxistes à force de capituler devant les caprices des électeurs. Pour se racheter de ces condamnables facilités, il conviendrait de prescrire une longue pénitence : les responsables politiques devraient donc avoir le courage d’imposer la rigueur à leurs administrés, pour leur bien et celui de leurs descendants. Examinons une à une ces assertions assénées comme autant d’évidences » écrivaient Bruno Tinel, Maître de conférences à l’université Paris-I et Franck Van de Velde, Maître de conférences à l’université de sciences et de technologie Lille-I en juillet 2008 dans le Monde Diplomatique.

http://www.monde-diplomatique.fr/2008/07/TINEL/16109#nb1

 

La France, un pays moins fiable que l’Allemagne


La dégradation du triple A français est annoncée depuis plusieurs semaines. La baisse des notes de nombreux pays européens était également envisagée. En anticipant la perte fatale annoncée de la note par excellence, Nicolas Sarkozy, pour garder la tête haute, s’appuyait sur l’espoir de la chute conjointe de l’Allemagne.

Standard § Poors, l’agence de notation, suivant les mouvements du marché, a pris en compte le taux des prêts d’intérêts opérés pour chacun des deux pays. « La France emprunte à des taux d’un pays noté BBB + », avait expliqué Standard § Poors à Médiapart. Le dernier taux imposé à la France se montait à 3,40%. Le taux pratiqué pour l’Allemagne était inférieur de plus de 1,3%. La note de l’Allemagne n’a, de ce fait, pas été dégradée contrairement à celle de la France, consacrant la différence de traitement des deux pays par les marchés.

Les marchés considèrent la France comme un pays moins fiable dans ses capacités de remboursement. Le coût du prêt de l’argent par les banques devient plus élevé en compensation. C’est la « prime de risque » du prêt des spéculateurs qui provoquent les dégringolades économiques des pays endettés et s’en nourrissent.


Qu’est devenu le « Trésor National » ?


« S'agissant de la défense du AAA, c'est la France dans son ensemble qui est obligée de faire front. Cette note est un «trésor national» détenu en copropriété par tous les Français disait, en août 2010 l’essayiste Alain Minc, ami du président de la république. Le chef de l’Etat s’est instauré vestale du trésor s’en appropriant le mérite.

Le coût des intérêts de l’emprunt d’Etat représente d’ores et déjà le troisième poste des dépenses de l’Etat français. Les impôts sont aspirés par la prise en charge de ce poste.

Que recouvre la dette publique ? Selon le traité de Maastricht, elle est constituée par la dette de l’ensemble des administrations, les emprunts pris par l’État, les collectivités territoriales, les organismes publics et les entreprises publiques.

1995 : La dette publique au sens du traité de Maastricht s'élève à 663 milliards d’€

2000 : Elle s'élève à 827,3 milliards d ‘€.

http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATTEF08318

Fin 2007 : Elle atteint 1 209,5 milliards d’€.

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1190#encadre1

À la fin du premier trimestre 2010, elle s’établit à 1 535,5 milliards d€.

http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=40&date=20100630

 

La France a été incapable de réduire sa dette et de « rassurer les marchés ». La première conséquence a été une augmentation des taux d’intérêt des prêts d’Etat. L’Etat Français ne peut toujours pas, comme les autres pays européens, s’alimenter à la Banque Centrale Européenne dont le taux de prêt est aux environs de 1%, selon la volonté libérale. Tandis que les banques, auteures de nos tourments, ont autorisation de profiter de cet argent peu cher. Madame Merkel et Nicolas Sarkozy, principaux artisans du maintien de cet interdit ont peur d’un dérapage des gouvernements créant une inflation importante.

Nicolas Sarkozy en voyant la menace s’annoncer avait  minimisé l’importance de cette dégradation à partir du moment où elle lui semblait inévitable. « Pour l'instant, (les agences) ont maintenu le triple A. Si elles devaient nous le  r etirer, nous affronterions cette situation avec sang-froid et calme. Ce serait une difficulté de plus, mais pas insurmontable.», a déclaré le président dans un entretien paru le 12 décembre dans le Monde.

http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/12/12/nicolas-sarkozy-c-est-une-autre-europe-qui-est-en-train-de-naitre_1617315_1471069.html

 

Monsieur Sarkozy abdique bien vite ses ailes de gardien du « trésor national ».

 

La France coûte trop cher et ne travaille pas assez

 

portefeuilleLe « trésor national », tant loué, n’aurait plus de valeur pour le président de la dégradation. Il est abaissé au rang de péripétie anecdotique de notre histoire.

 

« Sur le fond des choses, ça ne change rien, a estimé le président français le 16 janvier. Nous sommes face à une crise sans précédent qui nous impose de réduire nos dépenses, de réduire notre déficit mais aussi de trouver le chemin d'une nouvelle croissance en résolvant nos problèmes de compétitivité » rapporte l’AFP.

http://www.lepoint.fr/economie/nicolas-sarkozy-veut-trouver-une-nouvelle-croissance-16-01-2012-1419814_28.php

La France a un taux de 9,3% de chômage, le plus haut depuis douze ans, avec une croissance atone » indique l’AFP.

http://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/la-crise-de-la-dette-au-coeur-du-deplacement-de-sarkozy-a-madrid_1071947.html

 

Est-il crédible de parler de relance de la croissance

- Alors que les chiffres de l’INSEE sont traduits par les économistes comme des révélateurs d’une récession aujourd’hui installée ?

- Alors que Monsieur Sarkozy veut encore réduire les dépenses. Qui remplira les carnets de commande des entreprises, vecteur de la croissance ?

-Alors que le taux de chômage jamais égalé parle de baisse du pouvoir d’achat. Qui videra les rayons des magasins ?

 

 « Dans sa gestion de la crise, la France s’est placée dans le camp des pays ayant tentés de protéger au maximum l’emploi, provoquant de facto un effondrement de la productivité. Quand il y a encore de nombreux employés mais moins de travail, mécaniquement les salariés produisent moins par tête. » écrit Cyrille Lachevre, rédacteur en chef du service macro économie du Figaro, journal connu pour être la voix du gouvernement.

http://blog.lefigaro.fr/economie/cyrille-lachevre.html

En d’autres termes, selon Monsieur Lachevre, il n’y a pas eu assez de chômeurs en France.

 

Parallèlement, « Dans son étude annuelle sur la productivité comparée des pays du G7, l'Office national des statistiques (ONS) a laissé inchangé son palmarès : le travailleur américain arrive en tête, suivi du français, de l'italien, de l'allemand et du canadien. » nous apprend la Dépêche dans un article du 20.09.2011

http://www.ladepeche.fr/article/2011/09/20/1171701-productivite-les-etats-unis-et-la-france-sont-en-tete-et-creusent-l-ecart.html

 

Quel problème de productivité, Monsieur Sarkozy soulève-t-il ?


Pour respecter les engagements pris au nom de la discipline dans la zone euro, de nouvelles coupes budgétaires, de nouvelles réductions de crédits, de nouveaux impôts et taxes vont être imposés selon un schéma traditionnel.

 

Les ressources de l’Etat sont tributaires du mouvement inéluctable de modification de la répartition des impôts instauré par le gouvernement Sarkozy. La dégradation des ressources nationales trouve sa source dans une répartition de plus en plus injuste de l’imposition au profit des très grosses fortunes. Ce manque à gagner constitue une lourde part de la dette.

Un impôt qui se répartit, depuis cinq ans, en priorité sur les moins argentés, de loin le plus grand nombre des contribuables, mais qui ne peut en rien compenser le défaut de participation des plus fortunés.

 

Quand t’es petit, tu paies


L’injustice de l’impôt sarkozyen s’exprime également pour les entreprises.

« Les salariés du secteur privé travaillent aujourd’hui dans des entreprises plus grandes qu’il y a trente ans, quel que soit le secteur d’activité. Cette évolution s’est faite au détriment des entreprises de taille moyenne, alors que les petites entreprises concentrent toujours autant de salariés. (…) En 2006, 33 % des salariés travaillent dans une entreprise de plus de 1 000 salariés contre 27 % en 1985. En revanche, 38 % travaillent dans un établissement de moins de 20 salariés contre 34 % en 1985. » constate l’INSEE en avril 2010.

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1289


« Les grandes entreprises sont moins imposées que les PME, selon un rapport parlementaire publié mercredi, qui souligne qu'il est "urgent de travailler" sur l'exonération de certaines charges dont bénéficient les sociétés du CAC 40.

Toutes les analyses convergent pour constater que le niveau de l'imposition des plus grandes entreprises est significativement plus faible que celui des PME" peut-on lire dans la synthèse du document de Gilles Carrez (UMP), rapporteur général du Budget à l'Assemblée nationale. » expose un article de l’Express du 06.07.2011.

http://www.lexpress.fr/actualites/1/economie/un-rapport-pointe-la-faible-exoneration-de-charges-de-societes-du-cac-40_1009613.html


La déduction des charges pour les très grosses entreprises n’est pas remise en cause dans le projet de mesures de Monsieur Sarkozy. Seulement une supposé mauvaise qualité de productivité. Cependant les petites entreprises créent autant d’emplois que les très grosses. Les artisans avec trois millions d’actifs embauchent 100 000 personnes chaque année. Leurs 920 000 entreprises sont implantées sur l’ensemble du territoire.


 

La politique de Monsieur Sarkozy vise à rendre les citoyens ordinaires responsables de la grave dégradation économique du pays quant des voix de son bord s’élèvent pour dénoncer les injustices qui grèvent la santé financière du pays et détruisent progressivement la structure de solidarité issue de la Résistance et une administration qui fonctionnait bien.

 

N’y a-t-il pas une nostalgie du servage chez les plus hauts dirigeants libéraux ?

 

 

 

Commentaires sur AgoraVox

 

 

Si les déficits et la dette ont flambé, ce n’est pas du fait d’une envolée des dépenses, mais à cause d’une réduction des recettes. Le manque à gagner annuel dû aux exonérations et baisses d’impôts consenties dans les années 2000 est chiffré par Gilles Carrez, député UMP et rapporteur du budget, à plus de 100 milliards d’euros. Et la crise financière a provoqué une chute brutale des recettes publiques déjà érodées par cette contre-révolution fiscale. Cette dette est celle de la finance et du néolibéralisme, pas des assurés sociaux ni des citoyens. 
Thomas Coutrot, économiste, coprésident d’Attac ;

Une question majeure n’a , pour l’instant pas de réponse :
Qui sont les agences de notation ? personnels ? moyens ? logistique ? procédures ?
Qui les dirigent ? qui détient leurs capitaux ?
Silence total des médias, les agences de notation apparaissent comme des entités éthérées
au comportement sentencieux !
Etonnant comme aujourd’hui on est informé en temps réel , par exemple, du moindre fait et geste
de DSK, mais rien ou quasiment sur ces gens qui menacent, au sens littéral, des pays, avec des conséquences considérables.
Perpleks

Une partie de la réponse se trouve ici, qui dresse le portrait des principaux actionnaires des trois agences Moody’s, S&P et Fitch. Que des familiers...
Gens d'Ormesson

Ces questions et ces réponses m’ont menée à approfondir la question standard § Poors.

L’agence a été créée par une très grosse entreprise américain, MacGraw-Hill, côtée en bourse, basée à Manhattan. Ses origines remontent à 1888.
"Cette division, Standard & Poor , fournit la recherche d’investissements indépendants, dont les côtes sur les divers instruments de placement, ainsi que divers indices qui jaugent les marchés financiers, tels que le très suivi indice S & P 500 " Wikipédia
Les familles des McGraws et le président Bush sont proches.

Comment expliquer la dégradation de la note à trois mois des présidentielles alors que les résultats de la France correspondent à une note dégradée depuis plusieurs mois ?
On peut envisager que la peur de l’avenir des Français ainsi suscitée soit utilisée pour les amener à un réflexe ancestral qui en porte un grand nombre à voter à droite, estimée seule digne de confiance. Cela tablerait sur l’idée que la gauche garde une image d’épouvantail dangereux incapable de gérer le pays.

Ceux-là même qui mènent l’Europe à la ruine seraient les seuls capables de "relancer la croissance, réduire les dépenses, solliciter la productivité" de ce peuple qui ne peut travailler qu’à coups de semonce et qui ne dépense pas assez ses bas de laine.

En savoir plus
L'Oeil qui court

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 22:06

 

 

 

Conversation

 

 

 

 

-          Ho ! Compère. T’as toujours ta tête de bûche.

Je vois ton crâne vrillé comme un rondin de bois.


-          Et toi, mon frère ! T’as pris ta pinte, ce matin ?

Ton haleine respire le sang de la cave et les larmes des ceps.


-          Tes poings boursoufflés, cousin, disent la rixe au petit jour.

Où as-tu trainé tes guêtres tantôt ?


-          Ce tantôt, crois-tu vraiment que j’en va nourrir la curiosité de tes

circonvolutions de commère ?


-         Foutre non, mon drôle. Mais, à c’t’heure, où les vapeurs

enivrées ont déserté nos esprits, nous pourrions aller de concert 

pourvoir au ravitaillement liquide.

 

      

-          Que voila une bonne idée !

 

 

 

                                                                                                                                     Bibliographie de Claude Lapointe  : cliquez 

 

 

 


Repost 0
11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 21:42

 

 

 

 

Bec jaune,

 

Croa

 

Chapeau pointu

 

Noir.

 

 

Un coup d'oeil,

 

Trois plumes

 

Noires

 

Quatre doigts agiles

 

Saperlipopette

 

 

 

Mais où est passé mon pince-nez ?

 

 

 

 

Le-magicien

 

 

 

 

 

Le mage.texte

 

 

 

 

Sculpture Sylvette Meyer

 

                                 

Pour contacter l'artiste :

03.88.66.36.50

06.89.81.63.74

sylvetteguindolet4@gmail.com

 

Repost 0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 20:47

 

 

 

 

 

2012 - France - Il y a des enfants qui dorment dehors ?

 

2012 - France - Il y a des adultes qui meurent de dormir dehors ?

 

Cela n'est pas tolérable au sein de la cinquième puissance mondiale.

 

Nous pouvons refuser  d'être complices.


 

Il y a des solutions.


 

Vous pouvez signer la pétition de la Fondation Abbé Pierre

 

et demander ainsi aux politiques de s'engager.

 

Notre nombre sera la force de ces enfants, de ces femmes, de ces hommes.



PETITION ICI

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 16:08

 

 

 

La France est de toute origine.

Les accents y chantent, les r parfois rocaillent,

Les m se mouillent, la rue se transforme en roue.

 

Monsieur Sarkozy, né en France de père Hongrois

A oublié l'accent de ses origines.

Et l'accueil de ce pays à son père.

 

Madame Joly possède le sien.

Et le présente aux élections présidentielles.

 

Ses adversaires n'aiment pas la dame anti-corruption

L'opposition vogue sur les vagues du populisme

Faute d'argument plus sérieux.

 

La réponse de la Dame s'avère légère, alerte et heureuse.


Vidéo

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 22:50

 

 

 

 

 

 

Terre.jpg

 

 

 

 

 

 

Serrés les uns contre les autres,

Leurs bras battant l’air 

Ils tombent.

Grand fracas de bois.

 

Les cohortes de fûts

S’éteignent sous les coups mécaniques

Pour grossir l’entrelacs des gisants.


L’homme machine déchire la terre

 

 

Femme en cheveux,

Gardienne des semences

Protectrice des moissons,

Repousse la chimie dévastatrice

Nourris le sol qui meurt

Donne-lui couverture

 

Femme nourricière, 

La terre réclame ta main.

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 22:14

 

 

 

 

 

 

Il-pousse-.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Il-pousse-a

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 22:01

 

 

 

 

 

 

 

Racines.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 22:07

 

 

 

Europe.jpg

                                                                                                                                                                                 Sculpture Emeric Neff.

 

L'Europe depuis les hauteurs africaines

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 22:50

 

 

 

L’ombre envahit  la cage d’escalier.

Un grincement.

Pas pesants.

Le silence. Dense. Sans fin.

Aguets.  

Attente.

 

 

La main.

 

 

 

 

La-main-ombre.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article