Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 18:31

 

 

 

 

Un matin au réveil, je le vois.

Il s’est posé là, amputé de partout.


 

Il a roulé sa bosse de par le monde

De coups d’épée en coups du sort

Il l’a perdue.


 

Ses entailles disent les batailles.

La gravité s’est peinte sur son visage absent.

Tandis qu’un sourire diffus parle de douces rencontres.


 

Un matin au réveil, je l’ai vu.

De sa bouche disparue, il m’a donné le bonjour.

Je me suis assise à ses pieds enterrés.


 

Et j’ai attendu.

 

 

 

 

 

Le-geant.jpg

 

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 20:03

 

 

 

 

 

Les-i.jpg

 

 

 

 

 

Une rangée de i s'est posée au bord d'un chemin

 

Elle résonne comme des fûts glacés.

 

Dans l'air on sent une effluve de géométrie.

 

 

 

L'alphabet a perdu une voyelle

 

Le maître n'en peut plus de corriger les cahiers.

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nouvelles et histoires
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 15:45

 

 


 

J'attends devant le  comptoir décrépi d’une mairie.

Autrefois m'y a enjoint d'y venir voir.

 

 

A l’immense table du Conseil municipal livrée avec confiance

A ma curiosité, mon coeur est comme une soucoupe,

Il baîlle d'étonnement.

 

Les heures s’écoulent sans bruit, sans se faire remarquer.

Une hébétude heureuse règne dans ce monde à mi-chemin du rêve

Aux effluves de vies pourchassées, éteintes dans un autre siècle.

 

Les lourdes tentures bleu-gris filtrent la lumière

Une atmosphère douce repose  les choses.

Le soleil écarte à peine d’un ongle brillant la torpeur alentour.

 

Les vieux livres s’étalent et s’offrent

L’écriture appliquée court avec fluidité

sur les pages tachetées de vieillesse

Comme la parole d’ancêtres livrant avec parcimonie

l’effleurement d’un secret.

 

Je tends l’oreille à ces mots murmurés par la plume

Je demande « Plus fort Grand-père. Je n’entend pas bien. »

Mais le murmure continue presqu’indistinct.


C’est bien connu, les vieux n’en font qu’à leur tête.

 

 

 

 

 

 

La-recherche-de-ceux-d-ava.jpg

 

Photo Dan Rodgerson

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nouvelles et histoires
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 23:22

 

 

Mains-ouvertes.jpg

 

Le temps traverse les rencontres


Au fil de mains ouvertes.


La pénombre atténue le monde.

 

 

 

Les émotions jettent des regards de velours.

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 17:49

 

 

 

 

 


 

La forêt des mâts s'est jetée en brouillon,

Dans un désordre bon enfant.

Sur la mer bougillonne,

Il y a comme un hérisson de crayons.

 


Grappillant à la nuit

Des larmes de soleil,

Elle trace des sillons blancs de lumière.

On voit des éclats de fête rire bleu ciel.

 

 

On entend des murmures de bois

Qui chuchotent des frottements secs.

Ça fait des clacs et roucoule des  cliquetis.

Le chœur des voiles ondulent des frôlements.

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nouvelles et histoires
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 09:00

 

 

 

 

 

Elles impriment le ciel et le vent


Leur vol cisèle l’invisible.


Leurs ailes sont tatouées


De réminiscences de brume …

 

 

 

 

 

 

 

Les-mouettes

 

 

 

 

 

 

Les bains de pieds ne sont pas toujours bons pour la santé

 

ICI


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 08:44

 

 

 Un dossier d'actualité du Réseau

                                   "Sortir du nucléaire" 

 20 juin 2011 :

Série noire à la centrale nucléaire

de Fort Calhoun, dans le Nebraska


 

 

 

 

Nos informations proviennent de la page spéciale du Nuclear Information and Resource Service (NIRS) :  

http://www.nirs.org/reactorwatch/accidents/fortcalhoun.htm

 

 

centrale-fort-calhoun

             Inondations à Fort Calhoun

 


La centrale nucléaire de Fort Calhoun (Nebraska), composée d’un réacteur

de 500 MW, est actuellement menacée par les inondations causées par le débordement du Missouri.


Cette centrale est à l’arrêt depuis le 9 avril pour rechargement de combustible. L’opération est terminée, un tiers du combustible ayant été renouvelé, mais elle n’a pas encore redémarré. Les piscines de combustibles contiennent

actuellement environ 670 tonnes de combustible usé, pour une radioactivité de 100 millions de curies (aux Etats-Unis, depuis 1992, le combustible usé reste stocké sur les sites). Le césium 137 (radioélément d’une demie-vie de 30 ans, connu pour causer des lésions aux viscères) représente 40 % de cette radioactivité. Ce seul réacteur contiendrait donc plus de Césium 137 dans ses déchets que ce qui a été relâché par les quatre réacteurs de Fukushima Daiichi jusqu’ici.


Le site est actuellement en alerte maximale, étant encerclé par les eaux à la suite d’une crue du Missouri. La centrale est en effet située à 1004 pieds (environ

306 mètres) au-dessus du niveau de la mer. Selon la Nuclear Regulatory Commission, le niveau des eaux au 15 juin était de 1005 pieds et 7 pouces au-dessus du niveau de la mer, et pouvait atteindre 1006 pieds et 4 pouces

dans les prochains jours.

 


Voici les évènements majeurs de ces derniers jours, dont nous avons connaissance :
- le 7 juin, un incendie dans une armoire électrique a privé le site

d’alimentation électrique, et donc privé les piscines, qui contenaient du combustible encore chaud, de refroidissement pendant 90 minutes.
- le 13 juin, un rejet d’eau depuis la centrale dans le Missouri s’est produit,

au rythme de 105 gallons (environ 397 litre) à la minute, pendant une durée indéterminée. Il n’est pas possible de savoir si cette eau, qui provenait du bâtiment administratif, était irradiée.
- le 17 juin, l’exploitant de la centrale, Omaha Public Power District, a signalé

une vulnérabilité potentielle à l’inondation - un trou dans un sol - qui pourrait avoir affecté un système de sécurité. OPPD devait sceller le trou

plus tard ce jour.

 

 


Nous ne pouvons pas fournir plus d’informations pour le moment malgré

le fait que nous suivions cette affaire de très près ; et vous invitons à

consulter la page du NIRS :

 

http://www.nirs.org/reactorwatch/accidents/fortcalhoun.htm

 


Plus encore que la submersion des piscines, le risque est bien que l’eau n’endommage les systèmes de refroidissement et d’alimentation électrique

de la centrale.

 


Un tel scénario n’a malheureusement rien d’exceptionnel... 

Ainsi, lors de la fameuse tempête de 1999, à la centrale nucléaire du Blayais (Gironde) une forte inondation a également touché une partie des bâtiments, mettant hors d’usage plusieurs dispositifs du système de refroidissement,

avant d’atteindre la moitié des pompes. Pendant quelques heures, la sûreté

du réacteur n°1 n’a plus reposé que sur deux pompes. Du fait de la crainte

du "bug de l’an 2000", les techniciens de la centrale étaient sur le pied de

guerre et la catastrophe a pu être évitée de justesse... mais si de telles

conditions n’avaient pas été réunies, ou si la marée avait été plus forte,

on aurait pu craindre une défaillance totale des systèmes de refroidissement, pouvant potentiellement mener à la fusion du coeur [1].

Une partie des centrales nucléaires françaises sont situées le long de fleuves

sujets à de grandes crues (comme la Loire). La centrale de Gravelines, dans le Nord, est construite sur un polder, à proximité d’un réseau de canaux [2].  

Du fait des changements climatiques, les phénomènes extrêmes

(tempêtes, fortes pluies) pourraient voir leur fréquence et leur

amplitude s’accroître. Il est donc urgent de sortir du nucléaire,

avant que de tels phénomènes ne provoquent un accident grave

sur nos centrales.

 

 


Notes

[1] Le Blayais dans la tempête ou merci au bogue de l’an 2000, in Nucléaire : le déclin de l’empire français, Les Cahiers de Global Chance, 2011

[2] http://www.adelfa.org/?Pas-de-risque-zero-a-la-centrale

 

Pour trouver l’article : c'est ICI


 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 06:00

 

 

 

 

 

 

Le-croqueur-de-rose

 

 

 

 

 

 

 

 

Le-croqueur-de-rose-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le-croqueur-de-rose-2

 

 

 

 

 

 

 

La cétoine, repue, s'en alla d'un pas de seigneur



 

Tandis que la rose, exangue d'amour, expira dans un soupir.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 12:51

 

 

 

Mai. Pour la première année, depuis des années,

je peux partir.

Le verger, aire naturelle de camping, résonne

des seuls cris des oiseaux.

Le chant de la rivière les accompagne.


 

 

Le-verger-résonne-de-quiétu

 


 

Cela fait deux mois que la pluie n’a pas abreuvé le sol.

C’est agréable cet été au printemps. Le ciel rayonne.

Un éclat de lumière se pose sur le monde.

 

 


Le fermier arrose à grands jets de rivière

le pied de ses noyers.

Cela fait des tchacs, tchacs qui égrènent les secondes.

Le cours d’eau se résorbe sous l’ardeur des rayons du soleil.

 

 

 

 

 

Algues-à-fleur-d'air

 

 

 

 

Les algues à fleur d’air se sont parées de pétales blancs.

De mémoire d’autochtones, on n’avait jamais vu ça.

 

 

 

 

 

 

Je sors mon chevalet de sous la toile.

Il entre à peine sous la tente quand ses jambes d’échassier

sont repliées.

Un chevalet, ça ne dort pas dehors.

 

 

 


Je peins mes paysages intérieurs.

 

 

 

Je-peins-des-paysages-imagi

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Ici, le temps s’est arrêté.

Un enfant, l’été dernier, a laissé sa sandale.


 

 

 

Sandalette

 

 

 

 

 

Un vent de fraicheur énergique  ICI

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 12:50

 

 

 

 

Le ministre Besson se produit sur le plateau de Capital.

Quoiqu'on puisse pense par ailleurs de la chaine

et de l'animateur de l'émission,

l'attitude du ministre est édifiante.



Les questions très serrées de l'animateur l'indisposent.


L'éventualité de la confrontation avec le témoignage d'un professionnel

de l'(in)sécurité du nucléaire

provoque une fuite inexpliquée.

Le silence du minstre s'explique-t-il par la crainte

d'arguments irréfutables

concernant l'insécurité des installations nucléaires en France ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article