Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 21:00

 

 

 

 

SPECIAL ELECTIONS CANTONALES

 

 

 

 

 

Tandis que plusieurs pays se battent dans le sang pour

 

accéder à la démocratie et au droit de vote, les élections en

 

France suscitent beaucoup d'abstentions.

 



Dimanche, nous sommes appelés à voter pour élire notre

 

conseiller cantonal. Quelques discussions avec l'entourage

 

permettent de constater que le rôle du Conseiller cantonal

 

et du Conseil général où il siège sont peu connus.


Le vote permet de contribuer à choisir l'élu qui est le plus

 

proche de ses souhaits d'administration du département.

 

Le vote permet de donner plus de légitimité à cet élu et lui

 

confère plus de poids pour la réalisation des projets

 

défendus.

 



Le vote représente la possibilité d'influer sur les décisions

 

qui engagent notre quotidien, c'est choisir notre projet de

 

société.

 

 

 

 

 

       LE CONSEIL GENERAL

 

                                ET LES CONSEILLERS CANTONAUX

 



Le Conseil Général est l’instance qui décide des grandes orientations

d’un département. Il est formé d’un corps de fonctionnaires

territoriaux chargés de mettre en œuvre les objectifs définis d’une

part en assemblée délibérante par les élus du département, d’autre

part, par la loi.

 

Les principales compétences des conseils généraux concernent :


-  La solidarité entre les personnes encore appelée l'aide sociale : l’insertion qui s’appuie sur plusieurs axes comme l’aide à la création

de centres d’hébergement pour les personnes sans domicile, , la prise

en charge du coût du transport pour les personnes pauvres, la prise en charge du RMI, l’aide aux personnes âgées ou handicapés avec la prise

en charge de l’allocation forfaitaire autonomie, protection de l'enfance

avec l’accueil des enfants maltraités et le soutien financier aux familles,

des programmes de santé en soutenant les mesures de dépistage,…


- la voirie et les transports :

création et entretien des routes départementales et routes nationales d'intérêt local, l’instauration et la prise en charge des transports et des transports scolaires par autocar, le soutien aux ports maritimes de pêche

et de commerce


- l'éducation :

Construction et entretien des collèges


- la culture :

archives départementales, musées, bibliothèque départementale de prêt


- le développement local :

aides aux associations et aux communes

 

- gestion des services d'incendie et de secours :

Ces attributions concernent chaque conseil général. Elles se déclinent

selon la personnalité de chaque assemblée et selon les réalités complexes

et variées des départements.

 

Les conseillers généraux

Les conseillers généraux sont élus pour 6 ans. Chaque canton est pourvu d’un élu.


Les élections cantonales

Les conseillers cantonaux sont élus au suffrage universel direct

uninominal à un tour. Ils sont renouvelables par moitié tous les 3 ans.

La France est composée de 96 départements en métropole et 4 départements d’outre-mer qui représentent un total de 3978 cantons.

 

Fonctionnement du Conseil:

Les Conseillers cantonaux élisent en leur sein leur Président, chef de l’administration départementale, et leur Conseillers Permanents qui composent l’organe exécutif.

 

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 23:18

 

 

 

 

 

Taptap  

 

 

 

 

 

 

 

 

Tap Tap Tap Tap

Le pas pressé martèle le trottoir. Une musique de femme aux

talons pointus. Il est une heure du matin. Les réverbères

malingres produisent un semblant de halo jaunâtre. Il règne

une atmosphère sombre et humide. La rue pavée est détrempée.

 

Tap Tap Tap Tap

Seul le son des talons résonne. Rien ne bouge. Tout se tait. Une

ombre d’inquiétude s’est infiltrée entre les pierres.

 

Soudain, surgit de nulle part, une voix mâle, grasse.

« Je peux vous aider ma p’tite dame ? »

Sur le qui-vive, elle cherche la provenance de l’interpellation.

Tourne la tête en tout sens. Ses yeux se dérèglent, affolés. Les

voitures sont rangées sagement. Les façades des maisons aveugles jouent l’indifférence.


Taptap  Taptap Taptap Taptap

Les talons doublent la cadence.

« Un p’tit coin de parapluie ? »


Tatap Tap Tataptap Taptap

Les talons courent, trébuchant sur les pavés irréguliers. Elle a mal

aux chevilles. Son souffle irrégulier se bloque par instant. Ses

tempes sont animées de battements sourds. Elle fixe à l’extrémité

de la rue le boulevard qui s’ouvre. Eclairé. Peut-être y-a-t-il du

monde.

 


Tatap Taptatap Ta tap

Elle entend au loin un rire qui se perd.

 

 

 

Des nouvelles du monde

Pour lire cliquez ici

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nouvelles et histoires
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 23:15

 

 

 

 

 

"Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté jeudi soir en faveur d'un

recours à la force contre les troupes du colonel Mouammar Kadhafi, ouvrant la voie à des frappes aériennes en Libye. 

 Des tirs de joie ont retenti à Benghazi, fief des insurgés en Libye,

peu après l'adoption de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, selon des journalistes de l'AFP."

                   

          Libération

 

 

 

 

 

 

 

Lybie

 

 

 


 

 

Cette décision si tardive vient de tomber.

 

Je pense au peuple Lybien qui risque de subir beaucoup de morts

et de blessés avant l'instauration de la démocratie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 20:00

 

 

 

 

Sculpté aux amoureux

 

 

 

 

Leurs noms sont gravés

 

Au coeur de la forêt

 

Ils ont échangé les serments

 

Qu'on murmure goûlument

 

 

 

 

 

 

Ces deux là sont venus

 

Ils ont vu les traces

 

N'ont pas gravé leurs noms

 

A quoi bon

 


 

 

 

Ils ont vu les traces

 

Et se sont aimés

 

Sur le sol de la forêt

 

Au milieu des brindilles.

 

 

 


 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nouvelles et histoires
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 05:21

 

 

 

 

 

 

Maman m’a dit qu’une grosse, grosse cocotte minute

A explosé au Japon


Papa m’a dit que la grosse, grosse cocotte minute

Est remplie de poison


Grand-frère m’a dit

Que le monde est plein de grosses grosses cocottes minutes

Lourdes de fumées nocives

 

 


 

Je veux vivre moi !

 

 


 

 

Il était deux potes

 

 

 


 

Le point de vue de Sandrine Bélier

Député européen sur le nucléaire :

 

"Il faut instaurer le débat citoyen sur les enjeux énergétiques et les replacer

sous l’angle du projet de société que nous voulons pour nos enfants et petits enfants."

 

Pour lire, cliquez ici


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 20:00

 

 

 

PAR SANDRINE BÉLIER
 

La catastrophe du Fukushima doit nous faire réfléchir à
notre engagement dans le nucléaire, et nous permettre
de lancer enfin un vrai débat démocratique sur notre
consommation d'énergie.


Une des enceintes autour du réacteur N°1 de Fukushima Daiichi après l'explosion. TEPCO/REUTERS -

 

Le séisme suivi du tsunami, et maintenant les répliques sismiques ont profondément meurtri le Japon. Et le bilan humain s’alourdit d’heure en heure. Nous sommes bien évidemment tous solidaires dans la souffrance avec le peuple japonais. Chacun à notre façon, nous pouvons apporter notre soutien: l’urgence est bel et bien à

la solidarité et à l’aide humanitaire. L’aide internationale s'organise pour participer aux opérations de secours et de recherches de disparus et chacun d’entre nous, au-delà des gouvernements et des institutions, peut aider la population nippone avec les associations déjà organisées.


A cette catastrophe naturelle, s’ajoute le drame nucléaire. La centrale de Fukushima a subi deux explosions; les centrales d'Onagowa et de Tokai sont également touchées. La menace est réelle et la peur exprimée par le peuple japonais sur Twitter est insupportable. Chaque heure qui passe se charge encore et encore d’un peu plus d’une angoisse que nous partageons à distance. Et

ce drame-ci n'a rien de naturel. Ces événements ne sont pas le

fruit d’une simple fatalité. Ils doivent nécessairement tous nous interroger.

 


Le débat a peut-être commencé dans l'urgence, mais il ne devra pas cesser. Il devra se poursuivre dans les semaines et les mois

qui viennent.

 


De l'émotion à la raison

La raison, c'est de tirer les leçons de cette douloureuse réalité

pour le futur. Plus de 200.000 habitants ont été déplacés, sur

une zone de 20 kilomètres autour des centrales de Fukushima. C'est la preuve par l'absurde que la production nucléaire est un mode énergétique où le risque zéro est impossible, mais aussi

que c’est le mode de production énergétique le plus dangereux

et destructeur. Sur les 55 réacteurs nucléaires en fonctionnement au Japon, 11 ont été affectés par le séisme. Le Japon a misé sur

le nucléaire comme principal mode de production d'électricité. Aujourd'hui, au moins 5,6 millions de foyers sont privés d’électricité…


Le choix du (presque) tout nucléaire est aussi le pari de la France depuis 40 ans. Nous avons le second parc de réacteurs nucléaires au monde, juste devant le Japon. Notre gouvernement est un des meilleurs VRP du nucléaire dans le monde. Alors la catastrophe nucléaire nippone est aussi un peu la nôtre, et elle doit nous conduire aujourd’hui à réfléchir et revenir à la raison.

 


Sortir de l’aveuglement et du déni

Qu’on cesse irrémédiablement de nous suriner avec d’hypothétiques mesures de sécurité qui nous protégerait contre tout danger! Dans le domaine de la sécurité, alors qu'ils étaient

les mieux préparés au monde, le gouvernement japonais navigue

à vue. Les équipes de sauvetage injectent de l'eau de mer avec

du bore pour refroidir les réacteurs, une expérimentation d'urgence. Dans le même temps, le syndicat CGT d’AREVA La Hague, dans un communiqué, estime que les normes de sécurité

et de sûreté doivent être renforcées… en France.


Et quelle impudence que celle du ministre de l’énergie Eric Besson dont la première déclaration a été d’affirmer que «La question nucléaire n'est qu'une petite partie, certainement pas la plus importante de ce drame qui a frappé le Japon». Monsieur Besson, laissez-moi vous rappeler à la décence humaniste et que les catastrophes ne se comparent pas, elles s’additionnent! Forcé par la réalité des événements, comme l’a été son ex-collègue MAM quelques mois plus tôt sur la situation tunisienne, il a rectifié 24 heures après, pour parler enfin d'«accident nucléaire grave» et ne plus écarter la possibilité d'une «Catastrophe» nucléaire.


Ces propos et cette attitude nous ramènent immanquablement en 1986, il y a tout juste 25 ans après la catastrophe de Tchernobyl, Alain Madelin, alors ministre de l'Industrie, nous affirmait: «Personne ne peut dire qu'à un moment donné la sécurité des Français a été menacée». Aujourd'hui, les certitudes des experts, les mensonges et les silences sont mis à mal, nos responsables politiques au gouvernement (mais pas seulement) se réfugient derrière l'argument de l'imprévisible catastrophe naturelle. Avec

le nucléaire, on ne peut justement pas se permettre l'imprévisible tant les conséquences sont dramatiques.


Il faut en finir avec l’omerta.

 

Il faut en finir avec la publicité mensongère. Il faut que les experts de la filière du nucléaire cessent de verrouiller le débat. Jouons cartes sur table, avec tous les éléments de nature à permettre au citoyen de se saisir du débat et d’exprimer en tout connaissance de cause si vivre avec la menace nucléaire vaut vraiment le «coût». Qui paie, qui va payer le traitement des sols irradiés et des déchets nucléaires? Qui paie et qui va payer la fin de vie des sites nucléaires et leur réhabilitation? Qui paie et qui va payer l’«imprévisible» catastrophe qui pourrait survenir suite à un «imprévisible» évènement déclencheur? A qui profite le développement du nucléaire aujourd’hui en France et en Europe? Au détriment de quel autre potentiel énergétique? Au détriment

de quels autres investissements?


 La relance du débat sur le nucléaire civil est une question démocratique.

 

Il ne s'agit pas de se laisser enfermer dans un simple: «pour ou contre le nucléaire».

 

Il faut instaurer le débat citoyen sur les enjeux énergétiques et les replacer sous l’angle du projet de société que nous voulons pour nos enfants et petits enfants.


 Sous l’angle de notre projet commun d’avenir. Sous l’angle de notre capacité à produire et consommer autrement. Sous l’angle de l’espoir par l’innovation, la relocalisation de la production énergétique, la relance de l’emploi dont sont porteurs les solutions d’efficacité énergétique et développement des énergies renouvelables. Pour sûrement ensemble renoncer à la

peur du lendemain et à l’asservissement à quelques grandes multinationales plus préoccupées par leurs profits financiers que par le sort de l’humanité.


Je crois que les citoyens ont droit à un débat et une information fiable et transparente sur le nucléaire civil, tant sur les sommes investies, que sur les retombées sur l'environnement et la santé.

Je crois que nous avons le droit de pouvoir mettre en balance les avantages et les inconvénients que présentent ce choix énergétiques que d’autres ont fait pour nous. Qui sait aujourd’hui que le 7 février dernier, l'autorité de Surveillance Nucléaire a souligné la gravité du manquement à la sûreté sur 34 réacteurs français, dont certaines sur les questions de refroidissement du cœur du réacteur?

 


La sécurité est un droit

L’exploitation nucléaire présente des dangers potentiels énormes. Personne ne peut le nier. Ce risque a été pris, il y a des années.

Je crois qu’aujourd’hui par notre douloureuse prise de conscience, nous pouvons encore inverser le cours des choses, comme cela a été le cas en Suède, Belgique, Espagne et l'Allemagne... Fermons la plus vieille centrale nucléaire de France, Fesseinheim, située en zone sismique et décidons d’en faire un site d’expérimentation de démantèlement. Exigeons le débat public en France et en Europe. Mettons les pouvoirs publics face à leurs contradictions…

La catastrophe nucléaire de Fukushima doit nous inviter à initier

le débat démocratique avec tous les citoyens européens dont le regard et les pensées sont aujourd’hui tournés vers les femmes,

les enfants et les hommes du peuple japonais.


 

 

Sandrine Bélier

Lundi, j'ai demandé au Président de la Délégation pour les relations

avec le Japon (dont je suis membre), de tenir une réunion extraordinaire afin d’établir et suivre avec le Parlement européen les moyens à mettre en œuvre pour aider du mieux possible la population nippone face à l’urgence humanitaire et pour la  reconstruction. J’ai d’ores et déjà reçu le soutien de  plusieurs eurodéputés de l’ADLE (avec la française Sylvie Goulard), de la SDE et du PPE.

 


In Slate.fr

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 20:00

 

 

 

 

 

 

Le fouet se meurt

 

Les barreaux sont déchirés

 

Le tisserand voile la nuit

 

 

 

 

 

Barbelés

 

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez Dan Rodgerson sur son blog              lire écrire rêver peut-être


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 20:10

 

 

 

00 Les boucles d'oreilles de la rivière 



"Elle est belle la rivière."

dit la fillette

Les yeux remplis de chatons

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 19:47

 

 


Un tremblement de terre d’une magnitude de 8,9 a secoué

le Japon suivi d’un tsunami avec des vagues atteignant dix mètres

de hauteur.

 

Des centaines voire des milliers de victimes, des dégâts matériels

dont il n'est pas encore possible de déterminer l'ampleur.


Un archipel et ses habitants qui font face à des menaces qui se précisent.


A Fukushima, une explosion d'hydrogène a eu lieu dans une vieille centrale nucléaire à la suite d'une défaillance du système de refroidissement. Le toit et les murs du bâtiment sont effondrés.
Le rayon d’ évacuation des populations autour de cette centrale

vient d'être doublé. Il est passé pour le moment de 10 à 20 km.

L'accident nucléaire en cours vient encore aggraver la situation.

 

Pour les écologistes alsaciens, l'heure est à la mobilisation de tous

les moyens pour aider les Japonais victimes du tremblement de

terre et du tsunami. L'intervention internationale doit se lever

pour faire face à la catastrophe nucléaire qui pourrait

s’avérer gravissime.


L’accident nucléaire en cours vient encore aggraver la situation.

 

 

Berges

 

En Russie :
Dans quelques jours, ce sera le 25 ° anniversaire de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl . Les conséquences supportées par

les populations et la nature sont encore aujourd'hui dramatiques.

 


Au Japon :

Le Japon est un pays extrêmement bien préparé au risque sismique

et nucléaire. L'accident Fukushima n'a cependant pu être évité.

 

En Alsace :

Une association composée de citoyens français, allemands et suisses a déposé une demande d'arrêt de la Centrale nucléaire de Fessenheim située dans le Sud de l'Alsace. Il s'agit de la plus vieille centrale de France. Elle a été construite il y a 40 ans comme Fukushima. Plusieurs accidents ont en effet lieu chaque année. Ils ont pour le moment

été contenus.

Les risques de fuite sont de plus en plus importants.

 

Il y a quelques jours, le Tribunal Administratif de Strasbourg donnait

tort à l'association en décrétant la prolongation du fonctionnement

de la centrale malgré sa vétusté.


La centrale se situe sur une zone sismique connue.


Le séisme de Bâle du 18 octobre 1356, le plus important en Europe,

a détruit toute la ville. Des impacts majeurs se sont répercutés en France et en Allemagne. Il y a eu des milliers de victimes.

 

Les écologistes confirment que l'orientation énergétique des années à venir ne peut être que la sortie du nucléaire et la fermeture progressive des vieilles centrales nucléaires, en s'appuyant sur le développement des énergies renouvelables.

 

 

Une situation nucléaire de plus en plus incontrôlable

d'après Green Peace et les réseaux nucléaires

 

Un article de Libération

 

ICI

 

 

 

Un sondage du Parisien.

 

avez-vous confiance dans les centrales nucléaires françaises ?


ICI

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 23:00

 

 

 

 

Le rire de la nuit

 

 

 

 

 

L'oreille du monde s'est ouverte

La nuit a chaussé ses dessous

Et danse le Québec cancan.

 Strasbourg est à Montréal.

 

 

Je vous invite au Canada

 

Prenez le bateau

Laissez vous porter par la houle

 

Entrez dans l'univers de Snow,

croquez le duo


 

 

 

 Prenez votre billet ici


 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article