Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 07:00

 

 

 

 

Rêve

 

 

 

 

                                              

Ce tableau,

réalisé à la peinture à l'huile,

sur contreplaqué,

mesure 1,10m sur 0,80m.

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Dessine-moi une histoire !
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 06:59

 

 

 

Des petits morceaux tout petits

 

 

 

 

 

 

 

 

                                     05 Au pied du mont jaune            

 

 

                                                                                                            09 Derrière la porte

 

 

                                                                                    10 Terre de contastes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des morceaux plus gros

 

 

 

 

 

 

 

 

05 Au pied du mont jaune

 

 

 

 

 

 

 

 

09 Derrière la porte

 

 

 

 

 

 

 

 

10 Terre de contastes

 

 

 

 

 

 

 

Vos mots à inventer

 

 

 

 

Le 8 mars, les petits morceaux se rassemblent en un

 

Rêve Orange


 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 06:58

 

 

 

Des petits morceaux petits

 

 

 

 

 

 

07 Désir évasé

 

 

 

                                                                                                      06 Soir de traine

 

 

 

 

                                                08 Les couleurs font de la musique arc-en-ciel

 

 

 

 

 

 

 

 

  Des morceaux plus gros

 

 

 

 

 

 

                                                                                             07 Désir évasé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   06 Soir de traine

 

 

 

 

 

 

08 Les couleurs font de la musique arc-en-ciel

 

 

 

 

 

 

 

Quelques mots

 

 

 

 

 

 

 

 

Nuit mouvementée


Un coin de voile s’est pendu.


Bleus  alanguis, douceur.


Rêve de femmes.

 

 

 

 

Or des grands soirs


Le ciel jaillit


Souffle de la terre.

 

 

 

 

 

 


 

       « Leçon n° 1, dit le professeur. Au cœur de la fleur.


           - Les couleurs jouent à pince-mi pince-moi, dit l’enfant.

        Elles font de la musique arc-en-ciel.

 

 

 

 

 

 

 

 

  D'autres petits morceaux

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 06:57

 

 

 

 

Pour ceux qui préfèrent, en tout petit

 

 

 

 

 

 

 

 

                              11 Passion

 

 

 

 

                                                                                                04 Orage orange

 

 

 

 

 

 

01 Au clair du serpent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ou en moyen

 

 

 

 

 

                                                                                                            04 Orage orange

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                    01 Au clair du serpent

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                             11 Passion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Ou en mots

 

 

 

 

 

 

 

 

 

             Quel morceau prendrez-vous ?

 

 


 

Il y a le nocturne,  le lumineux et le paroxystique

 

Ils sont différents et se suffisent à eux-mêmes.

 

Pourtant, ils viennent du même moule et forment un ensemble.

 


 

Un jour, plus tard, quand elle sera finie,

 

je vous montrerai la pièce entière.

 

 

 

 

 

Je sais que certains n'aiment guère ces morceaux.

 

Ils ne leur racontent rien.

 

Ou ils leur sautent violemment aux yeux,

 

Provoquant des noeuds dans leurs circonvolutions réfléchissantes.


           

Peut-être aimeront-ils ces mots.


 

D'autres aiment les petits morceaux sans mots.

 

 

Aujourd'hui, c'est menu des grands ducs.

 

Il y a le choix.


 


 

 

 

Il était une fois une nuit bleue, de ce bleu outremer clair

 

qu'affectionnent les peintres,

 

Assaisonné d'une pointe de ce majestueux bleu de prusse

 

qui se dispute la vedette avec le bleu roi.

 

Un orage orangée-jaune agrémenté d'un soupçon de blanc se lève.

 

Impressionnant. S'enroulant sur lui-même.

 

Mangeant goulument la toile qui perd tout son blanc.

 

Un orage-orange dévore l'absence.

 

 

 

 

 

Tandis que dans cette nuit, le sol ivoire,

 

Emmitouflé de neige, observe lové en position rampante.

 

D'une souplesse lascive et étudiée,

 

Un serpent sans tête dessine la danse du ventre.

 

Quand soudain, une explosion brun chaud

 

Eclate en fines particules.

 

 


 

 

Tandis que loin de là,

 

Les tresses des femmes coulent, indolentes.

 

Des voiles suggestifs aux couleurs violentes

 

Crient l'exacerbation des passions.

 

La brutalité des sentiments s'exhale

 

            Au son des tam-tams.

 

 

Le pas saccadé des danseurs martèle la fête de l'amour .

 

 

 

 

 

D'autres petits morceaux

 

Encore d'autres 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 07:02

 

 

 

Le cerisier pleure

 

 

 

 

 

Le cerisier en pleur

 

Deux tas de pierres difformes

 

L'enfant jamais ne rira.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D'inspiration  Lilie Norlane

En provenance des Croqueurs de Mots

 

Le 8 mars, Les petits morceaux  se rassemblent en un Rêve Orange


 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 07:34

 

 

 

Le carnet arc-en-ciel

 

 

 

 

 

 

 

Olivier a un petit carnet aux couleurs de l’arc-en-ciel

et une plume ailes de papillon. Il les emporte partout avec lui. Il dessine et écrit le monde. Les arbres, en

le voyant arriver, font la pause. Les bancs publics se recoiffent.

 

Et puis, un jour, il oublie son petit carnet ; Il écrit un livre. 

 

Le petit carnet a faim. Il dévore tout ce qui vit, pousse et demeure autour de lui.

 

Olivier, à quelques temps de là, passe par le parc. Il y trouve son petit carnet.

Seul.

Au milieu de rien.

 

 

 

 

 

 

Aimeriez-vous aller faire un tour à la mer ?

 

Ouiiii !!!

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 09:33

 

 

 

 

 

Cerf volant

 

 

 

 

 

 

-         Le rêve, il vient d’où ?

 

-         Le rêve ?

Il vit parmi les nuages. Il monte. Il descend.

Il gambade.

Il aime s’arrêter auprès des enfants qui

s’ennuient. Ils ont du temps pour jouer avec

lui. Ils se racontent des histoires.

Ceux qu’il préfère, ce sont les enfants qui ont mal

à la vie. Ils s’envolent avec le rêve qui les emporte

en voyage avec de grands éclats d’imagination.

Leurs grands yeux pétillent de merveilleux.


-         Et ils rentrent ?

 

-         Le rêve n’est pas un voleur d’enfants. Il revient   

         souvent et ils partent en vacances le plus souvent

         possible sur leur grand cheval de fantaisie,

         tiré par le cerf-volant des nuages.

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Peinture et dessins
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 20:20

 

 

 

 

Aujourd'hui, en plat du jour

 

 

 

- si vous avez un très gros appétit d'histoire

 

 

 

La Communauté des Enfants de la Source Tarie 

 

 

 

 

 

 

- si vous avez envie d'une mousse fruitée surprise

 

Elle s'envolait légère dans la nuit

 

 

 

 

 

 

-  Un pousse-café ?

 

 

Ivresse des profondeurs

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 07:10

 

 

 

 

Vous avez envie

 

 

 

- de regarder une peinture

 

Dessine-moi les nuages

 

 

 

 

 

- de lire une petite histoire de la vie quotidienne

 

Pourquoi il vient pas me chercher mon papa

 

 

 

 

- de poésie

 

Flottille de bateaux tendres

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 07:10

 

 

Le début

 

 

 

Chapitre 4

 

 

Les murs du bureau d'étude accueillaient des

meubles à plans anciens en bois massif. Seul un

tiroir bâillait, supportant un dessin offert.  Une

boite à compas, un cutter, quelques fournitures

de bureau étaient rangés dans un ordre militaire

sur une petite table. L'ensemble avait un air de

bourgeois cossu et respectable. Roger reparti

dépité.


Le lendemain, un jeune homme arriva avec un

immense carton sous le bras. Roger le dévisagea

ahuri. Il portait une courte barbe hirsute dont la

longueur différente faisait penser à une prairie

sauvage. Un foulard multicolore tombait en volutes

de son crâne. Son pull avachi d'un côté semblait

tricoté avec des pelotes trempées dans un bain

d'arc-en-ciel. Il éclata de rire en voyant Roger à

l'arrêt devant lui.

"La fantaisie est une fleur sauvage. Elle ne pousse pas qu'au bout du crayon" dit-il en tirant des feuilles gigantesques de son carton.

 

 

 

 

 

La-fantaisie-est-une-fleur-

 

 

 

 

 

Il sortit de son sac une trousse grosse comme la

mallette à outils de son grand-père et tel Mary

Poppins en fit jaillir quantité de crayons ayant tous

un usage différent.

Il disparut un instant et revint avec un camion de

pompier en bois rouge. 

«  Regarde bien ce camion. Vérifie sous quel angle

tu le regardes et n’en change pas. Quand tu auras

fait le contour, tu dessineras les ombres pour lui

donner du volume. Tu essaieras les différents

crayons avant de commencer pour comprendre

l’intérêt de chacun. »


Deux ans plus tard, Roger réalisait son premier

dessin pour la fabrique : une drôle de petite maison haute comme cinq pommes sertie de crayons de

couleur. Il y associa la cigogne qui nichait tout en

haut de la cheminée chez son grand-père.


Tous les jours, il se rendait à pied à l’usine. Il aimait

se remplir d'images du monde.

 

Alors qu’il longeait la vitrine de la modiste,

Madame Dickarch (1) traversa la rue dans sa

direction. Elle s’apprêtait à lui faire une remarque

dont elle avait le secret. Remarques qui remontent

à la surface régulièrement toute la journée comme

les effluves d’un repas trop lourd.


Il sortit un crayon de sa poche. Regarda le reflet des

fesses de Madame Dickarch se balançant sans grâce.

Et dessina au reflet un fondement plantureux.

Riant de sa bonne blague imaginaire, il se retourna.

Il s’arrêta stupéfait. L’arrière-train de la dame

débordait copieusement de chaque côté de sa

silhouette.


Il arriva à l’usine, songeur.


Quelques jours plus tard, il était allé au marché

acheter le sac de pommes de terre demandé par sa grand-mère.  Monsieur Nörgler (2) choisissait une

paire de chaussettes. Il arrosait le Joseph, vendeur

de marché de toute éternité, de propos peu amènes

sur la qualité de la marchandise. Trop courte, trop

lâche, trop verte, trop  ch ..ouple, t .. oop 

chla …stique.


Roger tenait sa main devant son visage pour cacher

le fou rire qui montait. Il partit en courant

dissimulant sa joie. Il venait de dessiner un bec de

lièvre au râleur.

 

Joseph n'y comprenait goutte. Il regarda fixement

le bec de lièvre. Constata sa réalité. Et partit d'un

grand éclat de rire :

"Elle sont comment mes chaussettes, Monsieur

Nörgler ? On va devoir vous rebaptiser.

Hasenfratz (3) (face de lapin), ça vous irait ?

 

 

 

Roger alla rendre visite à sa grand-mère à quelques

temps de là. Elle lui demanda à son habitude :

«  Tu dessines toujours à l’usine ? Il serait temps que

tu trouves un métier ! »

 

Roger lui dessina alors un drôle de petit chapeau

haut comme cinq pommes serti de crayons de

couleurs qui faisaient un bouquet japonais à l’arrière

de sa tête. Il ajouta un grand sourire sur ses lèvres. Elles prirent une vitalité soudaine.

«  Que je suis contente de te voir, mon grand ! » dit la vieille dame dans un élan d’enthousiasme inusité.

Roger la serra dans un câlin affectueux.  Heureux.

 

 

 

 

 

Un drôle de petit chapeau

                                                                  Un drôle de petit chapeau

 

 

Le nom des acteurs

 

(1)  Dickarch se prononce diquarche et signifie gros cul. Ne vous effrayez pas. L'Alsacien appelle un chat, un chat et un cul, un cul.

(2)  Nörgler se prononce noeurgleur et signifie raleur.

(3) Hasenfratz se prononce azoeunefratze et signifie face de lapin.



 

 

 

                       A bientôt - Quelques jours.


                  Vous souhaitez être tenu au courant de la parution des prochaines

               histoires, inscrivez-vous à la newsletter en haut de cette page à gauche.

 

 

Vous aimez les histoires ?

 

Pendant mon absence,

je vous invite à découvrir une très belle histoire

écrite avec talent par Dan Rodgerson

Accroc et Papillon


 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Histoire Au bout du crayon
commenter cet article