Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 18:14

DSC02765a.jpg

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 18:29

 

 

 

Nos rêves se sont rétrécis.


Recroquevillés à l'intérieur


De lattes de bois vieillies.

 


Ils résonnent


Enroulés dans de vieux ressorts rouillés.


Se tissent dans la toile à matelas déchirée.

 

 

 

 

 

Et pendent en lambeaux

S’effilochent en nuages de brume.


Aplatis et discrets,

Ils tapissent le fond de nos draps.

 

 


 

Nos rêves se sont rétrécis.


Le monde ne leur appartient plus.

 

 


Ils oublient de rêver

Et s’éteignent au petit jour.

Aplatis et discrets,

Ils tapissent le fond de nos draps.

 

 

 


 

 

 

nuages-eclaires.jpg

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 20:19

 

 

 

 

Enquete-1aa.jpg

 

 

 

 

 

Enquete-3aa.jpg

 

 

 

 

 

Enquete-4aa.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Enquete-5aa.jpg

 

 

 

 

 

 

Enquete-6aa.jpg

 

 

 

 

 

Enquete-7aa.jpg

 

 

 

 

 

 

Enquete-8aa.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 22:32

 

 

 

 

Au pied du château blanc

Est allongée une fille aux cheveux longs.

Le vent les balaie en toupets.

 

Au pied du château blanc

S’est assis un banc de bois.

 Esseulé, il n’accueille que quelques larmes blanchies de pigeons.

 

Au pied du château blanc

Un chemin effacé s’avance entre les roseaux.

Un champignon étrange y a élu domicile.

Paré de couleurs bigarrées,

Il chante des bémols et des fa dièses.

 

Il possède une petite porte en bois mal taillé.

La clochette ne demande qu’à être agitée.

Il suffit de connaître le mot de la forêt

Pour passer le seuil.

 

Au pied du château blanc

Derrière une porte disjointe

Aux accents inattendus…

 

 

 

 


 

 

Roseaux.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 18:31

 

 

 

 

Un matin au réveil, je le vois.

Il s’est posé là, amputé de partout.


 

Il a roulé sa bosse de par le monde

De coups d’épée en coups du sort

Il l’a perdue.


 

Ses entailles disent les batailles.

La gravité s’est peinte sur son visage absent.

Tandis qu’un sourire diffus parle de douces rencontres.


 

Un matin au réveil, je l’ai vu.

De sa bouche disparue, il m’a donné le bonjour.

Je me suis assise à ses pieds enterrés.


 

Et j’ai attendu.

 

 

 

 

 

Le-geant.jpg

 

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 23:22

 

 

Mains-ouvertes.jpg

 

Le temps traverse les rencontres


Au fil de mains ouvertes.


La pénombre atténue le monde.

 

 

 

Les émotions jettent des regards de velours.

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 06:00

 

 

 

 

 

 

Le-croqueur-de-rose

 

 

 

 

 

 

 

 

Le-croqueur-de-rose-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le-croqueur-de-rose-2

 

 

 

 

 

 

 

La cétoine, repue, s'en alla d'un pas de seigneur



 

Tandis que la rose, exangue d'amour, expira dans un soupir.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 12:51

 

 

 

Mai. Pour la première année, depuis des années,

je peux partir.

Le verger, aire naturelle de camping, résonne

des seuls cris des oiseaux.

Le chant de la rivière les accompagne.


 

 

Le-verger-résonne-de-quiétu

 


 

Cela fait deux mois que la pluie n’a pas abreuvé le sol.

C’est agréable cet été au printemps. Le ciel rayonne.

Un éclat de lumière se pose sur le monde.

 

 


Le fermier arrose à grands jets de rivière

le pied de ses noyers.

Cela fait des tchacs, tchacs qui égrènent les secondes.

Le cours d’eau se résorbe sous l’ardeur des rayons du soleil.

 

 

 

 

 

Algues-à-fleur-d'air

 

 

 

 

Les algues à fleur d’air se sont parées de pétales blancs.

De mémoire d’autochtones, on n’avait jamais vu ça.

 

 

 

 

 

 

Je sors mon chevalet de sous la toile.

Il entre à peine sous la tente quand ses jambes d’échassier

sont repliées.

Un chevalet, ça ne dort pas dehors.

 

 

 


Je peins mes paysages intérieurs.

 

 

 

Je-peins-des-paysages-imagi

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Ici, le temps s’est arrêté.

Un enfant, l’été dernier, a laissé sa sandale.


 

 

 

Sandalette

 

 

 

 

 

Un vent de fraicheur énergique  ICI

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 16:02

 

 

 

Et un poil plus loin

 

 

 

 

 

Ragondin-1

 

 

 

 

 

 

Ragondin-2

 

 

 

 

 

 

 

Ragondin-4

 

 

 

 

 

Ragondin-3

 

 

 

 

                                                                             Votre vénérable Le Ragondin

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 07:26

 

 

 

 

 

fenêtre

 

 

 

 

 

Les fenêtres sont les yeux du monde.

 

Insondables comme des lacs,

 

Elles ouvrent sur des profondeurs qui se dissimulent.

 

Elles offrent l'opacité de leur obscurité.

 

Ou dévoilent, impudiques, la richesse d'intimités violées.

 


 

 

Les fenêtres mêlent des univers multiples

 

entremêlés de reflets indistincts, d'objets intérieurs,

 

de réalités extérieures qui les traversent.

 

 

Geysers d'images,

 

les fenêtres sont la réflexion du monde.

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Des histoires en photos
commenter cet article