Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 21:29

 

 

Oui, c'est possible !!!

 

Signez la pétition. Et participez au grand mouvement de la conversion des énergies en FRANCE.

 

Fukushima, Tchernobyl, Three Mile Island, ...

Tchernoheim,  Fukusheim alias Fessenheim se profilent à l'horizon 2020.

Ce choix probable d'interdiction à l'usage humain d'une partie de la France ne touche cependant pas que notre pays et ses habitants.

Les répercussions se feront sentir jusqu'en Ukraine, au Japon et aux Etats-Unis. La nappe phréatique la plus vaste d'Europe sera définitivement polluée... Nous programmons ainsi une mutation des espèces vivantes vivant sur les territoires visitées par les nuages et les eaux contaminées … sans concertation … et sans mesurer les répercussions de ces modifications du vivant.   L’homme apprenti sorcier est né avec la chimie, au temps bien reculé des prémices de la magie… il continue à vouloir fabriquer de l’or … avec de l’uranium. Et des mutants … avec les chevreuils et les corbeaux.

Le Rhin touché …

Quelle seront les réserves d'eau des populations françaises, allemandes et suisses bénéficiant aujourd’hui de la manne de la nappe phréatique rhénane ?  Alors que l’une des prochaines questions cruciales humaines sera l'approvisionnement en eau douce des populations et comme corollaire la production agricole quotidienne et les guerres civiles violentes inhérentes à une pénurie de ces denrées primaires ?

 

 

POUR SIGNER LA PETITION, CLIQUEZ SUR LE LIEN :

 

CONVERTISSONS LES ENERGIES FRANÇAISES

 

 

 

 

Voir aussi les articles suivants de l’auteur :

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/une-chaine-humaine-de-280-kms-111549

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/les-centrales-nucleaires-sont-109714

 

 

 

 

 

 

Capture_d_e_cran_2014-10-16_a_12-09-00-899db.png

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 06:15

 

 

 

Transition énergétique, le choix de l’accident

ou le choix de la sécurité, des économies et de l’emploi ?

 

 

 

Les députés seront bientôt amenés à se prononcer sur la politique énergétique française. Ils engageront la France pour de nombreuses années.

 

Nous avons été les témoins impuissants des catastrophes nucléaires de Tchernobyl et de Fukushima. Une fois la peur des jours entourant ces explosions nucléaires passée, l'information sur les conséquences de ces drames se dilue pour devenir inexistante. Les conséquences pour les riverains restent ignorées du plus grand nombre quoique gravissimes. Les victimes japonnaise et russes sont mises à l'écart, devenant l'expression gênante et honnie du risque nucléaire.

Les prolongements écologiques et humains irréversibles et encore méconnus dans toute leur ampleur sont tus.

 

En France, le déni du risque est le comportement majoritaire. Les pays, comme l'Allemagne, qui ont adopté une attitude responsable, ont été conspués par certains de nos dirigeants politiques.

 

 

 

Et nous que voulons-nous alors que nos députés vont engager notre avenir

en choisissant le modèle énergétique français de demain ?

 

 

 

 

Comme le propose l'association "Sortir du Nucléaire", j'ai écrit à mon député.

 

Monsieur le député,

 

En 2010, Didier Migaud, le président de la Cour des comptes, formulait cette alerte : « Dans l’hypothèse d’une durée de fonctionnement [des réacteurs] de 40 ans et d’un maintien de la production électronucléaire à son niveau actuel, il faudrait un effort très considérable d’investissement permettant de construire 11 [réacteurs] EPR d’ici la fin de 2022. »

 

Un document interne de l’entreprise révélé dans la presse montre que EDF évalue à 100 milliards d’euros les investissements nécessaires pour censément améliorer la sûreté des réacteurs et prolonger leur fonctionnement au-delà de 40 ans. C’est plus que leur coût de construction, évalué à 96 milliards par la Cour des comptes.

 

Le cabinet WISE-Paris, (World Information Service on Energy), agence d’information et d’études sur l’énergie, estime que la mise en œuvre des exigences de sûreté renforcée, que pourraient définir l’ASN à l’issue du retour d’expérience de Fukushima, implique des travaux qui coûteraient environ 250 milliards d’euros.

 

Le mauvais état d’entretien des centrales nucléaires françaises fait, par ailleurs, courir à la France, à ses voisins immédiats et lointains le risque d’une nouvelle catastrophe nucléaire alors que le coût de l’énergie renouvelable ne cesse de baisser et est déjà compétitif.

 

Quels arguments allez-vous soutenir et quel choix allez-vous faire, Monsieur le Député, dans le cadre de la loi de transition énergétique ?

 

Dans l’attente d’une politique mise en œuvre dans le sens du bien public, je vous adresse, Monsieur le Député, mes salutations attentives,

 

 

Pour en savoir plus, cliquez ici

 

 

 

Vous aussi, interpelez vos députés !

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:39

 

 

 

"Faut-il s’interdire d’imaginer un accident nucléaire très grave à Fessenheim ?


(...) Pendant une semaine, sur Mediapart, nous allons vous raconter en détail un accident nucléaire gravissime à Fessenheim.

(...) Nous nous sommes basés sur des études, des plans et analyses existants.

(...) En espérant que ce récit d’un Fukushima à Fessenheim alimentera le débat public nécessaire sur l’avenir du nucléaire."

 

Mediapart : Noël 2013 : un Fukushima à Fessenheim

 

Le quotidien en ligne d'investigation, celui qui fait profession d'enquêter et révèle des pans des dossiers Bettencourt et Karachi qui nourrissent ensuite les enquêtes judiciaires, estime tellement important que le débat national sur le nucléaire puisse avoir lieu qu'il va s'adonner pour la première fois de sa vie à la fiction pendant une semaine.

 

Peut-on imaginer qu'il arrive réellement en France un accident nucléaire de l'ampleur de Tchernobyl ou de Fukushima ?

Si non, pourquoi refusons-nous cette hypothèse ?

Qu'est-ce qui fonde cette certitude ?

 

Et si nous envisageons que cela puisse nous arriver comme en URSS, au Japon, comme cela aurait pu arriver cet été aux Etats-Unis avec la cru du Missouri risquant de noyer la centrale de Fort Calhoun, alors ... ?

 



Un fukushima à Fessenheim, cliquez ici

 

 

 

Alerte

Une analyse sur les évolutions économiques, sociales et politiques
du Japon et de l'Europe très documentés et originales.

Un article de Bernard Dugué sur Agoravox

 


L'Europe n'échappera pas à son fukushima et

devra se réinventer ou bien crever lentement, cliquez ici


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 12:50

 

 

 

Arte présente un reportage documenté, étayé sur le témoignage de nombreux experts, sur le déroulement de la catastrophe de Fukushima et ses conséquences.

 

Les chiffres ont été volontairement minimisés par TEPCO, l'entreprise exploitante de la centrale de Fukushima et le gouvernement japonais. L'explosion nucléaire du réacteur 3 a été maquillée en explosion d'hydrogène dissimulant la gravité des retombées radioactives. Les conseils d'évacuation des experts américains n'ont pas été suivis. La quantité d'eau contaminée rejetée dans l'océan est peut-être trois fois supérieure aux 100 000 tonnes annoncées; la gravité de sa radioactivité a probablement été minimisée.

 

Lors de travaux de maintenance opérés avant la catastrophe, des fissures relevées par les techniciens de l'entretien ont été dissimulées d'un commun accord entre Tepco et General Electric, très grande entreprise américaine, dont une des activités concerne la production énergétique.

 

Un expert ayant fait des relevés de la qualité de l'air considère que tout le Nord de l'Ile est inhabitable.

 

 

Japon

 

 

Ce n'est que dans 10 à 20 ans que l'on pourra mesurer l'ampleur des conséquences médicales pour la population si les pathologies ne sont pas cachées comme en Russie et en Bi2lorussie.  Quant à Monsieur Besson, tout cynisme en poupe, il était en voyage d'affaire et de représentation au Japon, muni de sa malette de VRP du nucléaire, du 20 au 22 février.

Des experts considèrent que la violente explosion du réacteur 3, d'une force jusqu'alors inconnue, pourrait avoir été provoquée par le mox, ce composé d'uranium appauvri et de plutonium, dont le seul producteur au monde est AREVA.

 

 


Enquête sur une supercatastrophe nucléaire, Cliquez ici

 

 

 

En France ne se pose pas la question du recyclage, elle enfouit.

 

Bure, la poubelle du nucléaire, comme l'appellent les anti-nucléaires, se situe dans une région presqu'inhabitée entre Meuse et Haute Marne. Ce site d'enfouissement gigantesque est en cours de construction. Tandis que se dresse à proximité une unité de recherche fort peu transparente. Sa conférencière refuse de recevoir les journalistes et caméras d'ARTE bien qu'il soit annoncé que le site est ouvert au public.

 

Les Français interrogés ne se posent guère de questions. Ils affichent pour beaucoup une séreinité affirmée face au nucléaire français qu'ils estiment sous contrôle et sûr.

 


Nucléaire, la fissure franco-allemande, cliquez ici

 

 

 

 

L’association « Les Enfants de Tchernobyl » recherche d’urgence encore 15 familles d’accueil pour accueillir bénévolement dans leur foyer des enfants russes de la ville contaminée de Novozybkov en août 2012.

 

Près de 26 ans après l’explosion, la catastrophe de Tchernobyl se poursuit.

L’association humanitaire « Les Enfants de Tchernobyl » lance un appel aux familles d’accueil bénévoles.

Elle organisera en juillet et août 2012 l’accueil en France pour des séjours de 3 semaines d’enfants ukrainiens et russes originaires de ces régions.

Les enfants sont issus de milieux défavorisés et sont sélectionnés par les soins de l’association en ce sens.

 

 

Renseignements : Association LES ENFANTS DE TCHERNOBYL
1A rue de Lorraine  68840 PULVERSHEIM (France)
 
Marie-Christine Klein : 03 89 56 36 51 ou 06 82 09 54 89
Catherine Albié : 03 89 83 61 80 ou 06 08 48 55 48
 
Courriel :lesenfantsdetchernobyl@gmail .com       
 Site internet : www.lesenfantsdetchernobyl.fr

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 23:01

 

 

11 mars 2011, Fukushima : explosion nucléaire.


Le Japon est dévasté sur des dizaines de kilomètres par la radioactivité qui le rend dangereux pour toute forme de vie.

Le gouvernement n'informe pas les populations des risques et des mesures de prévention à prendre.

Aujourd'hui le Japon est en phase très avancée de sortie du nucléaire.

 

 

Journal de FUKUSHIMA

 

De mars à août 2011, Sciences et Avenir a tenu un fil des évènements déclenché par l'explosion nucléaire. Quelques extraits rappellent la gravité des faits, l'incertitude des conséquences. Une lecture plus approfondie de l'article permettra de constater le désemparement des scientifiques et des techniciens incapables de prévoir l'évolution et de juguler les effets d'une explosion nucléaire.

 

12/03/2011


Hydro-1.jpg"A 9H00 Depuis ce matin des informations inquiétantes proviennent de la centrale nucléaire

de Fukushima-1. Une explosion a eu lieu ce matin et un épais nuage de fumée se dégage de la centrale. On sait que dans la nuit, l’exploitant de la centrale avait du relâcher de la vapeur d’eau radioactive afin de diminuer la pression dans le réservoir qui contient le cœur nucléaire.

Un périmètre de 10 Km autour de la centrale a été évacué et les autorités lancent des messages d’alerte sur un périmètre beaucoup plus large.

A 10H00 Les murs et le toit du réacteur principal se sont effondrés. Une fusion du cœur nucléaire est à craindre.

A 11H00 La zone d'évacuation est étendue à 20 Km autour des centrales.

(...)

A 14H00 La situation est toujours confuse autour de la centrale de Fukushima-1(Daiichi). Sur les 55 réacteurs nucléaires en fonctionnement au Japon sur 17 sites, 11 réacteurs ont été affectés par le séisme.

A 15H00 On ne sait toujours pas si le caisson du réacteur

est intact ou a été endommagé

A 17H00 L'accident de la centrale de  résulte "de la perte de l’alimentation électrique des réacteurs et de difficultés dans leur refroidissement." (André-Claude Lacoste, Président de l'Autorité de Sûreté Nucléaire)

 

13/03/2011

D'après les dernières informations fournies par l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) à 19H00, des
rejets importants se sont produits après l'explosion du réacteur n°1 de la centrale de Fukushima-Daiichi:

"Lors de l’explosion, le débit de dose à la limite du site aurait atteint 1 millisievert par heure (mSv/h) ; 12 heures plus tard, le débit de dose aurait encore été de 0,040 mSv/h. Ces valeurs sont à comparer à 0,0001 mSv/h qui correspond à l’ordre de grandeur de la radioactivité naturelle. La valeur de 1 mSv/h correspond à un rejet très important dans l’environnement", selon le communiqué de l'IRSN.

 

 

16/03/2011


10H00 : la situation est de plus en plus critique à la centrale de Fukushima-1. Dans la nuit deux nouveaux incendies ont touché les réacteurs 3 et 4.

 

..........

 

Zone interdite

 

Le 22.08.2011, Sciences et avenir précisait :


"Les dernières mesures de radiations effectuées par le MEXT, ministère de l’éducation, des sciences et de la technologie, le niveau de radiation demeure trop élevé en certains points, comme à Okumamachi ou Futabamachi, où un résident serait exposé à plusieurs centaines de millisieverts en une année (jusqu’à plus de 500 mSv), soit beaucoup plus que la limite annuelle d’exposition fixée par les autorités japonaises à 20 mSv (qui correspond à la dose maximale annuelle fixée pour les travailleurs du nucléaire en temps normal, la limite étant de 1mSv pour la population générale en France).


Déclarée zone d’évacuation au moment de l’accident à la centrale de Fukushima Daiichi, le 12 mars, le périmètre de 20 km autour de la centrale a ensuite été transformé fin avril en territoire interdit. Au mois de mai, certains habitants ont pu revenir sous bonne garde, pour prendre quelques affaires "

 

 

Hydro.jpg              Le nucléaire, une énergie propre ?

 

 

De quoi vivre après la catastrophe ?

 

Les conséquences de la catastrophe sont mal évaluées et approximativement maîtrisées.

 

Les agriculteurs ont dû partir et ont perdu leurs moyens de subsistance. Les eaux du littoral sont très gravement contaminées par le rejet de dizaines de milliers de litres d'eau utilisées pour refroidir le réacteur pour contenir une explosion supplémentaire. La pêche est théoriquement interdite.


Mais comment faire pour vivre quand on n'a perdu son emploi ?


On ne connait pas les conséquences sur la faune et de la flore aquatique. Où un poisson ayant mangé du plancton contaminé va-t-il se faire manger ? Et son prédateur, où va-t-il étendre sa migration ?

Les habitants de tokyo savent qu'ils consomment de la nourriture contaminée.


Mais comment faire quand il n'y a rien d'autre sur les étals ?


 

Une Française, Janick Magne, a pu visiter exceptionnellement la zone interdite en compagnie d'anciens résidents évacués. Elle témoigne dans Médiapart.


"Ces gens, pudiques sur leur malheur, mais qui ne sourient plus, qui avaient une si belle vie ici, entre forêt, montagnes et océan, aujourd'hui réfugiés dans des préfabriqués minuscules..." disent "Jamais je n'aurais imaginé devenir aussi pauvre. (...) On a encore 12 ans de crédit à payer pour la maison, devenue inhabitable.... "  


En temps normal, après une catastrophe naturelle, les gens s'entraident, nettoient, reconstruisent ensemble, et la vie repart.... MAIS UNE CATASTROPHE NUCLEAIRE N'EST PAS UNE CATASTROPHE NORMALE.

Il ne reste que des ruines, des maisons vides et des villes-fantômes, et on ne peut rien faire, rien réparer : ni les routes, ni les toits, ni les murs, ni les cimetières, ni les étables....

Plus de place pour les hommes, plus de place pour leur labeur, plus de place pour leurs animaux ni leurs champs.

C'EST COMME SI L'HOMME ETAIT DE TROP."

 

 

Le nucléaire montre les limites des sciences et de la technologie :

 

Le Japon est un pays très développé, à la pointe de la technologie dans de nombreux domaines. Cette compétence technique des pays développés les incite à croire à leur

maîtrise des phénomènes qu'ils créent. Le nucléaire montre les limites des capacités de l'Homme.

 

Cependant les enjeux financiers, de pouvoir, inhérents à cette énergie sont puissants.

En France, l'argent de l'Etat est massivement utilisé pour les recherches sur l'atome,

pour concevoir des complexes nucléaires toujours plus puissants, employant des

matériaux plus dangereux tel le mox. Nous ne produisons pas l'uranium, minerai

dont la quantité s'épuisera. L'utilisation de plutonium dans le mox  (7 % de plutonium

et 93 % d'uranium appauvri) retarde l'échéance de l'épuisement des ressources. Sa dangerosité extrême n'arrête pas les autorités.

 

Les subventions dans le domaine du renouvelable ont été réduites récemment,

notamment dans le solaire. Les investissements dans la recherche et l'équipement

dans ces secteurs sont faibles, contrairement à ceux d'un pays comme l'allemagne.

 

 

Hydrauelectrique.jpg                                     Centrale hydro-électrique de Fessenheim


 

Hausse de 30% de la facture d'électricité des ménages

 

Les pouvoirs publics lancent des messages récurrents assurant qu'il ne sera pas possible de vivre sans le nucléaire en France. Les énergies alternatives seraient peu productives, peu rentables, comme des rêves irréalistes. Ils discréditent les pays qui ont choisi cette voix faisant perdre un temps précieux à la recherche et à l'équipement français.

 

Le coût de l'électricité nucléaire est sous estimé. Les centrales fonctionnant grâce à l'uranium et maintenant au plutonium ont été conçues pour vivre 30 ans. Seize de ces grosses bouilloires ont maintenant dépassé leur seuil de vie et devraient être définitivement arrêtées selon les préconisations de leurs concepteurs. Alors, les bouilloires explosives et radioactives sont prolongées à coût de milliards de travaux - 10 milliards de travaux sont exigés par l'Autorité de Sûreté Nucléaire à la suite de la récente visite générale des installations françaises. L'ASN n'a imposé l'arrêt d'aucune.

  

2000 watts.org nous éclaire :


"EDF est une entreprise très endettée, en raison de choix d'investissements à l'étranger.(...)

La situation financière dépend aujourd'hui du débat sur le prix du kWh du nucléaire.
Après des années de bataille médiatique pour faire accroire le faible coût de revient du nucléaire, EDF est pris dans le piège de fixer son prix pour la revente. Afin de faire le plus de marge possible EDF va devoir avouer un prix le plus haut possible.

 

Le débat vise ainsi à intégrer le coût de remplacement des centrales nucléaires. Ainsi, EDF veut le faire tendre vers le prix de revient de l'EPR soit 50% plus cher. Le débat achoppe aussi sur l'intégration de l'enfouissement, dont le prix varie entre 15 et 35 milliards d'euros."

 

Marc Vignaut dans le Point complète :

"La loi sur la nouvelle organisation du marché de l'électricité prévoit (...) que le prix facturé par EDF et les tarifs réglementés payés par le consommateur convergeront au plus tard au 31 décembre 2015. (...)

Le prix de l'électricité devrait bondir en France d'au moins 25 à 30 %, selon la Commission de l'énergie. (...) Pour prendre en compte les investissements a priori nécessaires pour augmenter la sécurité des centrales nucléaires après l'accident qui a secoué l'une des centrales de Fukushima au Japon.

(...) La facture finale de la réévaluation de sûreté ne pourra être connue avant la conclusion de l'audit et des stress-tests européens sur les 58 réacteurs français" .

 


 

Pour une reconversion énergétique

 

De nombreuses associations luttent pour une reconversion énergétique, en France, vers des sources de production d'énergie sans danger pour l'Homme et les autres formes de vie.


                    Elles appellent                       

 

le 11 mars 2012,


date anniversaire de l'explosion de Fukushima,

à participer à une grande chaîne humaine.

 

Elles ont besoin de votre soutien. Si vous ne pouvez y aller, vous pouvez diffuser l'information mais aussi soutenir financièrement l'organisation de cette journée.

 

 

 

 

 

Les associations disent :

"Plusieurs milliers de personnes visitent chaque jour


le site chainehumaine.org


et notre standard téléphonique chauffe. Plus de 100 départs groupés en provenance de tous les coins de France sont déjà prévus, et de nouveaux s’ajoutent quasiment chaque jour."

 


"CHAQUE PERSONNE COMPTE,
ET NOUS COMPTONS SUR VOUS"

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 12:44

 

 

Action nationale : 5 minutes contre le nucléaire !

 

A l'appel de 12 organisations (voir ci-dessous),


vous êtes toutes et tous invité(e)s à éteindre

 

vos lampes et appareils consommant de l'électricité

 

entre 19 h 55 et 20 h, les 11 février,

 

11 mars, 26 avril et 4 mai prochains.

 

 

 

Pilones.jpg

 


Cette action nationale a pour but :

  • * de commémorer les catastrophes de Fukushima et Tchernobyl,
  • * de protester contre la politique énergétique de l’État français qui n'a de cesse de soutenir encore et toujours le nucléaire.

 

Après la catastrophe de Fukushima, la France doit abandonner le nucléaire.

La campagne présidentielle doit être l'occasion d'engager notre pays sur la voie d'une transition énergétique pleinement assumée faisant la part belle aux énergies renouvelables et à la maîtrise de l'énergie.

 

 

En savoir plus, cliquez ici :

 

 

 


"5 minutes contre le nucléaire" est une action nationale lancée à l'appel de l'association Agir pour l'Environnement et de 11 autres organisations (et peut-être d'autres à venir ? Vous souhaitez être partenaire : contactez nous sur contact@cinqminutescontrelenucleaire.fr) :

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 16:44

 

 

Un p'tit coin d'parapluie !

 

En période de pénurie de pluie, le gouvernement met en place des mesures de restriction de l'usage de l'eau. Elles s'adressent aussi bien au particulier qui lave sa voiture, qu'au jardinier amateur, à l'agriculteur dont la récolte est menacée mais également à l'entreprise. 

 

"Lorsque la production d’eau potable et/ou la demande en eau potable risque de ne pas être satisfaite, les limitations d’usage de l’eau peuvent toucher les particuliers en matière, par exemple, de remplissage des piscines privées, de lavage des véhicules en dehors d’une station de lavage, de lavage des trottoirs, d’arrosage des pelouses et des jardins potagers ou encore de nettoyage de terrasses et des façades ne faisant pas l’objet de travaux. Par ailleurs, ces mesures de limitation peuvent être modulées (plage horaire, régulation des débits...) et/ou être élargies aux professionnels." informe le site ministériel Service Public

 

 

Principalement en été, les restrictions sont adaptées à la gravité de la sécheresse. Cependant le manque d'eau peut s'imposer en d'autres saisons.

Des seuils de sécheresse correspondant à des mesures de limitation des prélèvements en eau ont été fixés pour faire face aux insuffisances  de ressource en eau. Ils s'étagent du seuil de "vigilance " incitant les particuliers et les professionnels à faire des économies d'eau jusqu'au stade d'"Arrêt des prélèvements non prioritaires" : qui autorise seuls les prélèvements permettant d'assurer l'exercice des usages prioritaires (santé, sécurité civile, eau potable) et comportent en outre les stades d'"alerte" et de "crise".

Consultation des arrêtés de restriction en eau du Ministère de l'Ecologie

 

 

Eau-et-nucleaire-3.jpg

 

 

 

Une pénurie en eau potable mondiale

 

La question de l'eau devient de plus en plus dramatique au niveau mondial. La France choisit actuellement de continuer l'investissement dans un programme nucléaire en insistant sur son aspect écologique de réduction des gaz à effets de serres.

 

"Au niveau des nappes d’eau souterraine, environ 67 % des réservoirs affichaient, au 1er août 2011, un niveau inférieur à la normale, notamment dans la plus grande partie du bassin parisien et dans le sud-ouest.

La population mondiale devrait passer de 6 milliards d'individus en l'an 2000 à 8 milliards en l'an 2025. La quantité d'eau douce disponible par habitant et par an devrait donc chuter de 6600 à 4800 mètres cubes, une réduction de presque un tiers. Si parallèlement la tendance actuelle à l'augmentation des prélèvements en eau se poursuit, entre la moitié et les deux tiers de l'humanité devrait être en situation de stress hydrique en 2025, seuil d'alerte retenu par l'organisation des Nations Unies (ONU) et correspondant à moins de 1700 mètres cubes d'eau douce disponible par habitant et par an. Le risque de pénurie d'eau douce existe donc bel et bien."

Dossier du CNRS

 

Brahma Chellaney, Professeur d’études stratégiques au Centre de Recherche Politique à New Delhi et auteur de "Asian Juggernaut : The Rise of China, India and Japan" ou Le rouleau compresseur asiatique : l’avènement de la Chine, de l’Inde et du Japon, fait un brillant exposé de la situation dans son article intitulé
"Le changement climatique défie le nucléaire" paru sur le site "Le Temps"

 


Eau-et-nucleaire-4.jpg

 


Les centrales nucléaires françaises contribueront de façon croissante à la pénurie d'eau potable de la planète.

 


 

Résumé d'un article paru le 7 février dans un quotidien allemand intitulé

"Stromversorgung trotzt der kälte" 

 

Actuellement, par cette période de grand froid, même pendant les heures de pointe, entre 8h et 9 h et entre 18h et 19h, l'Allemagne exporte de l'électricite. Ainsi, lundi matin, 4000 Megawatt, correspondant à la production de 3 à 4 réacteurs nucléaires ont été exportés. Bien que les températures en Allemagne, pays continental, sont, en moyenne, plus froides qu'en France.

En France, "le pays du nucléaire", l'électricité commence à manquer. Ce même lundi matin, la France a importé 5000 Megawatt.
La raison en est le froid actuel et .. bien sûr .. les chauffages électriques que ce seul pays a largement encouragé.


Aux heures maximales, la France avec ses 63 millions d'habitants a besoin d'une puissance de 97000 Mégawatt, l'Allemagne avec ses 82 millions d'habitants se contente de 70000 Megawatt (malgré sa population bien plus importante).

Actuellement il n' y a pas beaucoup de vent, donc pas beaucoup d' énergie éolienne.
Mais l'énergie la plus chère, le solaire, est un facteur stabilisateur, car en milieu de journée (quand la consommation est forte aussi) il peut contribuer presque pour 10000 Mégawatt (l'équivalent de 7 réacteurs nucléaires).

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 16:48

 

 

Elles protègent de la production des gaz à effet de serre." L’impact d’une installation nucléaire sur l’environnement est dû principalement à ses rejets radioactifs, thermiques et chimiques. Les mesures édictées par la réglementation française sont destinées à maintenir ces rejets à des niveaux acceptables du point de vue de la santé des personnes et de la protection de l’environnement." écrit la Société Française d'Energie Nucléaire. Elles génèrent des catastrophes industrielles qui laissent démunis les meilleurs techniciens. Elles s'appuient sur la production d'uranium. Les conséquences médicales sur les ouvriers d'extraction, la population et l'environnement de proximité sont peu diffusées...


Les centrales nucléaires sont-elles écologiques ?

 

Cet article présente les besoins en eau des centrales nucléaires.

 


 

Changement climatique et vulnérabilité accrue

Les catastrophes naturelles, tempêtes, ouragans et tsunamis sont favorisées par le réchauffement climatique et la déforestation. Les grandes forêts, inéluctablement réduites, ne peuvent plus jouer leur rôle de régulation des températures et de modération des phénomènes climatiques violents. Le 4 septembre 2006, l'Organisation des Nations Unies affirmait " Il est largement admis que le réchauffement climatique est provoqué par la combustion du pétrole et du gaz. Mais en réalité 25 à 30 pour cent des gaz à effet de serre relâchés chaque année dans l’atmosphère – 1,6 milliard de tonnes – sont causés par la déforestation. (...) Quelque 13 millions d’hectares de forêts sont perdus chaque année dans le monde, la plus grande partie sous les tropiques."


La vulnérabilité des 14 centrales nucléaires du littoral français en est accrue.


 

Eau et nucléaire 0

 


Les ogresses de l'eau potable
Les autres centrales nucléaires françaises sont installées au bord des rivières. Les centrales nucléaires présentent la nécessité impérative d'être placées au bord de l'eau où elles  puisent des quantités  très importantes pour se refroidir (16,5 milliards de m3 pris dans les rivières) ainsi que le présente Alain VICAUD de la Division Production Nucléaire  d'EDF, dans un document de 2007. Au total, nous informe-t-il, la quantité d'eau prélevée en France pour ses 58 réacteurs s'élève à 42 milliards de m3.

"En 2007, 31,6 milliards de m3 d'eau ont été prélevés en France métropolitaine pour satisfaire les activités humaines. Les volumes utilisés sont stables depuis les années quatre-vingt-dix, hormis en 2003 lors d'une canicule sévère. La production d'énergie est de loin le secteur qui prélève les plus grandes quantités d'eau (59 %) mais 93 % de cette eau est restituée après utilisation. (...) Les besoins en eau potable, stabilisés depuis 1990, représentent 18 % des volumes prélevés." a constaté l'INSEE.

 

 


Les centrales nucléaires consomment ainsi 50% de l'eau potable prélevée en France. 


 

Eau-et-nucleaire-1.jpg

 

 

 


Le nucléaire, une indépendance énergétique ?

 

Certaines centrales peuvent être amenées à s'arrêter contraignant la France à des importations à prix très élevé.  "Si le débit des fleuves devient insuffisant (en période de sécheresse), les centrales ne peuvent plus être refroidies et doivent être arrêtées", explique Thomas Houdré, directeur des centrales nucléaires à l'Agence de sûreté nucléaire dans un article de l'Express.

 

"Avec 100 000 km de lignes comprises entre 63 000 et 400 000 volts et 46 lignes transfrontalières, le réseau géré par RTE , Réseau de Transport d'Elecricité, est le plus important d’Europe. RTE a réalisé un chiffre d’affaires de € 4 130 millions en 2009 et emploie 8500 salariés.

 (...) La région Bretagne a élaboré en septembre un plan stratégique pour résorber les risques de coupure d’électricité généralisée lors des pics de consommation en hiver (...) par la maîtrise de la consommation, le développement massif des énergies renouvelables et la sécurisation de l’alimentation électrique.."

Des investissements qualifiés de "mesures d'urgence" ont été par ailleurs réalisés depuis 2008 en PACA particulièrement touché par les coupures d'électricité. "Depuis décembre 2010, ils ont déjà permis d’éviter 1 jour d’alerte rouge et 9 jours d’alerte orange. Ce mieux notable ne résout néanmoins pas totalement la situation de l’Est de la région PACA.


(...) Le nombre total de coupures sur l’année a été particulièrement bas, hors événements exceptionnels, en réduction de plus d’un tiers par rapport à la moyenne des 10 années précédentes."

Les coupures longues dues à des évènements exceptionnels (grands froids, tempêtes, inondations,...) sont sensiblement équivalentes à celles des années 2004, 2005 et 2006.

 

La production française d'électricité a augmenté de 6% en 2010.

"L’éolien poursuit son développement tandis que le photovoltaïque est en très forte croissance.

 

(...) Sur l'année 2009, la France a exporté 66,6 TWh et importé 37,1 TWh."

selon les propos du site de Réseau de Transport d'Electricité.

 

Il intéressant de comparer les chiffres d'importation donnés par RTE en sa page 18 de son "bilan électrique français 2010"  et ceux donnés par le Ministère du développement durable pour 2009  en sa page 25 dans ses "chiffres clefs de l'énergie 2010" .

 

 

 

La dépendance intermittente de la France a généré une inquiétude importante du gouvernement français lors de la fermeture de 8 centrales allemandes en 2011. Ainsi le Monde du 11.11.2011 fait part de " déclarations quelque peu alarmistes du ministre de l'énergie, expliquant, mercredi 9 novembre, qu'il n'excluait pas une panne généralisée cet hiver en raison de la réduction de la production en Allemagne liée aux premiers arrêts de réacteurs nucléaires."

 "Y aura-t-il une pénurie d'électricité en France cet hiver ? Le ministre de l'énergie, Eric Besson, a assuré, mercredi 26 octobre 2011, que le gouvernement resterait vigilant, tout en reconnaisant que "le premier risque de court terme est celui de l'approvisionnement cet hiver si des facteurs très défavorables étaient réunis", évoquant notamment des températures très froides, des retards de mise en œuvre de centrales à gaz et à charbon en Allemagne en plus de l'arrêt des réacteurs allemands." Le  Monde

 

 


La chute importante des températures des derniers jours soulève la question.

 

 

Eau2


 


"Les départements du Var et des Alpes-Maritimes ont été placés en alerte rouge Ecowatt pour la journée de lundi (6 février), ce qui signifie qu'il existe un "réel risque de coupure électrique" sur l'est de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, a annoncé RTE sur son site internet.

Alors que la filiale d'EDF chargée du transport du courant prévoit un nouveau record historique de consommation en France pour lundi à 19h00, les clients sont invités à réduire leur consommation entre 18h00 et 20h00." explique le Point.

 

Quelles quantités d'électricité seront-elles importées durant l'hiver 2012 dans un pays qui revendique une totale indépendance énergétique ? Quel en sera le coût ?

 

 

Suite  Les centrales nucléaires sont-elles écologiques (2)

le 7 février 2012

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 16:52

 

 

 

Un arrêt prolongé à Rémilly insensé et risqué


Peu avant minuit, ce jeudi 24 novembre, le train (radioactif) qui doit rejoindre Gorleben (en Allemagne) était  stationné sur les voies de Rémilly. AREVA et la SNCF, qui ont fait partir le convoi du terminal ferroviaire de Valognes avec une journée d'avance pour tenter d'éviter les militants mobilisés sur place, se sont vus obligés de stopper le train avant la frontière. L'Allemagne a en effet refusé de faire entrer le train sur son territoire avant vendredi 25 novembre, date du passage de la frontière initialement prévue. Cet arrêt forcé en zone urbaine (...) met en péril la sécurité des populations et expose les agents SNCF à des risques d'irradiations. Il a également nécessité un important déploiement des forces de l'ordre, donnant l'impression d'un véritable état de siège : la ville était bouclée. De nombreux contrôles d'identité ont été signalés et des membres du RAID (Recherche Assistance Intervention Dissuasion de la Police nationale) ont été aperçus.

L’activité globale des déchets vitrifiés (ainsi transportés)sera de 3756 PBq, soit l’équivalent de plusieurs fois la radioactivité totale libérée lors des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima. Eparpillée dans l’environnement, la radio-toxicité potentielle de ce convoi suffirait à empoisonner l’ensemble de l’espèce humaine.


Les déchets vitrifiés, qu’est-ce que c’est ?


Le retraitement consiste à séparer les différents radioéléments contenus dans le combustible usé :
95 à 96% d’URT (Uranium de retraitement)
1 à 2% de plutonium
3 à 4% de déchets de très haute activité radioactive (produits de fission et actinides mineurs)

Suite à ces opérations de séparation, ces 3 à 4% de déchets de très haute activité, les éléments les plus radioactifs, sont fondus dans du verre. C’est ce qu’on appelle les déchets vitrifiés.

 

 

Pour en savoir plus :

 

Déchets radioactifs : voie sans issue

 

Le train, au fil de son trajet

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 22:29

 

 

Les négociations entre Europe Ecologie les Verts et le PS battent leur plein.


Les deux partis ont été au bord de la rupture. Les motis de divergences sont nombreux .


Il y a le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, nouveau Larzac avec ses 14000 hectares de terres agricoles prêtes à être transformées en piste macadam près de Nantes.

Il y a la question de la VIe République, l'introduction de la proportionnelle aux législative...  et le nucléaire dont le réacteur EPR , type de réacteur récent en cours de construction en France à Flamanvile en Normandie et un à Penly, près de Dieppe.


"L'EPR est le réacteur nucléaire le plus dangereux au monde en raison de sa puissance et du combustible utilisé (le mox). En cas d'accident nucléaire sur un des EPR, toute la Normandie devrait être évacuée et au bout de 48 heures, l'ensemble du territoire français serait sous un nuage toxique. Les morts se compteraient par centaines dans les premiers jours et par dizaines de milliers les années suivantes. En outre, les plans d'intervention en cas de catastrophe à Flamanville sont insuffisants. Ils ne concernent que la zone de 10 km entourant la centrale !"

Les réacteurs EPR seront sept fois plus nocifs que les réacteurs actuellement en service. "Le Mox utilisé par l'EPR est en effet plus radiotoxique que le combustible à l'uranium habituellement employé. Et on ne sait toujours pas quoi faire de ces déchets !"

Greenpeace

 

Le Réseau Sortir du Nucléaire nous propose d'écrire à Madame Joly, candidate à la présidentielle écologiste et Monsieur Hollande, candidat PS pour leur répéter notre attachement à la sortie du nucléaire avent que leur alliance soit soudée, le 19 novembre.

 

 

Nucléaire

 

 

 

Lettre ouverte à Madame Joly et à Monsieur Hollande,

 

 

La responsabilité que vous portez aujourd’hui engage non seulement les Français d’aujourd’hui, mais également les Allemands, les Suisses, les Italiens, les Luxembourgeois, les Belges, les Britanniques, mais aussi le reste des Européens et peut-être selon la météorologie les Américains, les Russes,... et peut-être toute la chaine alimentaire océane...


Mais également la vie de vos petits enfants. Souhaitez-vous mettre en jeu définitivement leur avenir ?


Madame Joly, vous me semblez une femme sincère, qui petit à petit prend la mesure de la gravité des enjeux écologiques et l’ampleur des conséquences humaines qu’elles ont déjà commencé à générer sur la planète. Vous avez pu constater avec consternation l’état de désolation physique, psychique et économique des Japonais, vous connaissez le massacre des Éthiopiens dont le réchauffement climatique n’est pas la seule cause, vous connaissez le meurtre à petit feu des Nigériens qui cueillent l’uranium pour allumer nos ampoules, ...


Madame Joly gardez votre intégrité qui est votre qualité la plus essentielle et refusez de céder en quoi que ce soit face au PS. Que seraient quelques sièges perdus au regard de votre responsabilité aujourd’hui, au regard de l’avenir de tant d’humains ?


Monsieur Hollande,

Vous avez montré jusqu’à présent bien peu de conscience des responsabilités qui vous incombent en ce temps où la France par son nucléaire est devenue l’un des pays les plus dangereux au monde. Vous affichez un manque total de connaissance et de prévoyance sur les questions énergétiques, l’apparence du refus de vous former et de vous informer sérieusement dans ces domaines.


Il me semble totalement inutile d’attirer votre attention sur les risques que vous ferez porter au monde en maintenant cet engagement pour le nucléaire puisque les informations qui circulent se heurtent à votre indifférence.


La seule chose que je peux dire c’est que c’est bien inquiétant pour quelqu’un qui se revendique présidentiable.


Avec mes salutations dévouées aux valeurs de la république.

 

 

Si vous aussi, vous estimez qu'il est essentiel de faire stopper l'engranage du nucléaire, vous pouvez écrire ici :

 

 

 

J'envoie ma lettre ouverte

 


 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Nucléaire
commenter cet article