Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 07:58

Je vous propose deux articles, très différents, pour mieux appréhender les enjeux des AAA et comprendre les crises nationales qui suivent la perte d'un A, menace qui plâne sur notre pays.

Les points de vue de banquiers, conseillers financiers, du gouvernement et du Centre d’Étude et de recherche en économie internationale (CEPII) sur les risques de la perte du AAA par la France et les conséquences nationales et européennes prévisibles.

Cet article apporte des éléments d'éclairage sur la crise actuelle. Mais il n'interpelle pas le rôle des spéculateurs, des banques et des agences de notation dans l'écroulement des économies touchées. Il n'évoque pas la nécessité d'une réforme en profondeur du système libéral et du dictat de ces agents du A et des responsables des attaques contre les pays affaiblis.





La France peut-elle perdre à son tour sa note AAA ?

Charlotte Boitiaux  

France 24



L’abaissement inédit de la note souveraine américaine suscite bien des craintes. La France, comme le reste de la zone euro, sait que les marchés financiers suivent de près la politique de réduction des déficits publics. Mais que risque l'Hexagone ?
Pour voir la vidéo d' Achren VERDIAN, cliquez.


 

A qui le tour ? Après la dégradation de la note souveraine des États-Unis par l'agence Standard & Poor's, la question semble devoir se poser désormais pour la France, souvent considérée par les milieux financiers comme la mauvaise élève du cercle très fermé des notes "AAA" de la zone euro (France, Allemagne, Pays-Bas, Autriche, Finlande et Luxembourg). Si l’Hexagone ne devrait pas subir, dans l’immédiat, le même sort que les États-Unis, il cumule tout de même quelques handicaps aux yeux des agences de notations : déficit croissant de son commerce extérieur, perte de compétitivité, croissance en berne. La France va également terminer l’année 2011 avec un déficit public de l’ordre de 5,5% de son PIB, un chiffre bien supérieur à celui ses homologues européens (-3,7% pour les Pays-Bas, -2% pour l’Allemagne, -1% pour la Finlande).

"La France n’est pas vraiment un pays "AAA", estime Paul Donovan, économiste pour la banque UBS. Elle n’est d’ailleurs pas traitée comme un pays doté de cette note par les marchés puisqu'elle n'imprime pas sa propre monnaie", précise-t-il encore. Un communiqué publié par la société britannique de conseil en investissements financiers BBH, basée à Londres, ne fait pas de mystère : "Le pays est sur la corde raide. Plus la tension sur les marchés monte, plus la note de la France est menacée".

 

L’Hexagone condamné à réduire ses déficits


En France, pourtant, on se refuse à montrer des signes de nervosité. Même si le président Nicolas Sarkozy a interrompu pendant une journée ses vacances pour présider une réunion de crise le 10 août, il a exclu - pour le moment - de faire une intervention publique qui pourrait être interprétée comme un signe d’inquiétude ou de fébrilité. Les ministres de l'Économie et du Budget, François Baroin et Valérie Pécresse, ont réaffirmé de leur côté les engagements de l’Hexagone en matière de réduction de son déficit public. Le message est clair : la France compte bien conserver la note AAA qui lui permet de continuer d'emprunter sur les marchés financiers à des taux aussi bas que possible.

 

"Nous avons pris l’engagement d'être, en 2013, au même niveau de déficit qu'en 2008, et nous serons à ce rendez-vous là", a déclaré lundi soir François Baroin, invité sur la chaîne TF1. Le gouvernement français a fixé le cap en tablant sur une réduction de son déficit public à 4,6% fin 2012, à 3% fin 2013 et à 2% fin 2014. Interrogé sur l'abaissement de la note souveraine américaine, le ministre de l'Économie a d'ailleurs souligné que "la même agence qui [avait] dégradé les États-Unis a [également] déclaré (…) que la France conservait sa meilleure notation du fait d'une politique budgétaire intelligente". Même confiance affichée du côté de Valérie Pécresse : "Notre trajectoire de retour aux équilibres publics est la bonne", a-t-elle déclaré ce mardi sur RTL.

 

Une menace pour la zone euro


La multiplication des déclarations gouvernementales n'enlève rien aux risques, bien réels, de voir une agence dégrader la note souveraine française. L’un des principaux instituts allemands d'observation de la conjoncture économique, le DIW, a d'ailleurs mis en garde, ce mardi, contre un abaissement de cette note qui pourrait provoquer une "désintégration de la zone euro." Dans une telle hypothèse, le DIW craint qu’une baisse de la note souveraine de l’Hexagone ne vienne mettre à mal le Fonds européen de stabilité financière (FESF) mis en place par les dirigeants de la zone euro en mai 2010 pour offrir une aide financière aux pays membres de l'Union monétaire en difficultés, et dont la France est le deuxième plus important contributeur.

 

"La stabilité du FESF dépend de la qualité de ses garants, comme la France. Si ces derniers ne sont plus fiables, les conditions de mises en place de mécanismes de soutien au reste de la zone euro vont se dégrader", explique Benjamin Carton, spécialiste économique au Centre français d'étude et de recherche en économie internationale (CEPII), à Paris.

Autre scénario qui inquiète les observateurs : l'hypothèse d'une faillite italienne ou espagnole. "Si un de ces deux pays venaient à s'écrouler, la France serait obligée de participer à un plan de sauvetage qui affaiblirait en retour les finances de l'Hexagone", estime Frédéric Bonnevay, économiste chez Anthera Partners, spécialisé dans la gestion de risque financier.


Le déficit public, au cœur de la présidentielle 2012 ?


Pour le moment, rien ne sert de céder à la panique. "La France n'est pas gravement menacée, tempère Benjamin Carton. Les agences de notations ont accueilli favorablement la réforme des retraites menée par Nicolas Sarkozy, et elles louent la capacité de notre pays à se réformer", ajoute-t-il.

Ce spécialiste du CEPII espère que cette menace d’un abaissement de la note française pourra au moins servir d'électrochoc, à quelques mois de l'élection présidentielle de 2012. "La France n’a jamais placé la politique de réduction budgétaire au cœur de ses préoccupations depuis les années 1980. C’est désormais vital pour le pays", souligne-t-il. "Encore faudra-t-il que les politiques arrivent à dépasser les affrontements partisans pour définir une ligne politique commune."

Au-delà du cadre national, la situation devrait sensiblement s'améliorer sur le marché de la dette en Europe grâce à l'intervention de la Banque centrale européenne. "La BCE limite les risques d'un effondrement des places financières en rachetant des obligations d’État italiennes et espagnoles, précise encore l'économiste du CEPII. "Elle rassure donc les détenteurs de titres souverains, effrayés par le risque de n’être jamais remboursés."

 

 

 

 

Après les menaces contre la Grèce, l'Italie, les Etats-Unis, Martine Orange de Médiapart nous propose un article technique sur la dernière attaque de banques nationales qui menacent un nouvel Etat : la France.

 La crise pressentie rassemble les troupes ministérielles autour de Nicolas Sarkozy qui a interrompu les vacances du gouvernement, signe de la gravité accordée aux évènements.

 

Les banques, une nouvelle fois, espèrent tirer profit de leurs difficultés (passagères) au détriment des citoyens.

 

Les plus pauvres d'entre nous vivront dans une économie de survie encore plus minimale à l'heure où le SAMU social de Paris perd des places d'hébergement de façon dramatique. Chacun d'entre nous y perdra une qualité de vie longuement tissée depuis la sortie de la deuxième guerre mondiale, déjà largement amputée pour répondre aux injonctions de ces nouveaux maîtres du monde.

 

Les tenants du libéralisme, cultivateurs de l'ISF, des niches et paradis fiscaux, trouveront-ils les parades nécessaires à préserver tous leurs avoirs ? On peut leur faire confiance.

 

 

 

 



Crise: l'impromptu de l'Elysée

 

Par Martine Orange

Médiapart - 11 août 2011



 

L'impromptu de l'Elysée, censé rassurer population et marchés, aura eu l'effet inverse de celui recherché. Car dès la matinée, les questions se multipliaient sur cette réunion extraordinaire, décidée dans la précipitation. Qu'y avait-il donc de si urgent pour que Nicolas Sarkozy –qui n'avait pas estimé nécessaire d'interrompre ses vacances jusque-là malgré la crise aiguë des marchés financiers– rentre en vitesse à Paris et convoque les ministres des finances et du budget ainsi que le gouverneur de la Banque de France? Officiellement, peu de choses. Cette réunion s'est terminée par un vague communiqué annonçant la détermination du gouvernement à respecter ses engagements budgétaires et à réduire le déficit. 

Tout cela pour ça? Personne n'y a cru. Cette communication minimale, accentuant l'opacité dans laquelle l'Elysée et le gouvernement gèrent la crise financière depuis des mois, les Français étant tenus pour quantité négligeable sur ces questions censées les dépasser, a relancé la machine à rumeurs dans des marchés boursiers déjà au bord de la crise de nerf. La panique et la spéculation ont pris les manettes. Paris a connu sa pire journée depuis 2008 avec une chute de 5,45%, tandis que Francfort chutait de 5,1% et Londres de 3,05%. Le krach rampant s'installe.

Réalité ou supposition? C'est un bruit tenace sur l'imminence d'une dégradation de la note française, aujourd'hui AAA, qui a nourri la spéculation. Cela fait plusieurs mois que la qualité de la signature française est mise en doute et l'agence de notation chinoise l'a déjà dégradée à AA-. Mais les doutes ont repris de plus belle depuis la dégradation des Etats-Unis. La France, en comparaison, n'est pas en meilleure position, compte tenu de la gestion calamiteuse des finances publiques depuis 2007.

Dans la journée, Bercy a fait un communiqué assurant que la note française était confirmée par les trois agences de notation Standard & Poor's, Fitch et Moody's. De leur côté, celles-ci ont confirmé maintenir leur appréciation sur la France. Mais le doute n'a pas été levé, pour autant. Il était déjà là avant même la dégradation de la note américaine.


Depuis une dizaine de jours, les credit default swap (les fameuses assurances opaques censées couvrir les risques des créanciers) de la note français ne cessent de monter. Mercredi soir, ils ont encore bondi de plus de 20 points pour terminer à 172 points. Un niveau jamais atteint sur la signature française.

Ce doute sur le crédit de la France a affolé les marchés et alimenté la spéculation à la baisse. Qu'adviendrait-il de la zone euro, si la France, après l'Espagne et l'Italie, était attaquée? C'est tout le système financier international qui est sous la menace.

Par contrecoup, toutes les valeurs bancaires, en première ligne, se sont effondrées sur toutes les places boursières, y compris à Wall Street. Mais c'est à Paris et à Milan que la chute a été la plus rude. La banque italienne Intesa a dû être suspendue après avoir perdu plus de 15%. BNP Paribas a chuté de 9,47%, le Crédit agricole de 11,81%. Des chiffres comparables à ceux du lendemain de l'écroulement de Lehman Brothers.


Mais c'est la Société générale, maillon faible du monde bancaire français car la plus petite mais aussi la plus présente sur les activités spéculatives, qui a été la plus malmenée. Après avoir perdu jusqu'à 23% en séance, elle a terminé à 14,74%. Selon des rumeurs insistantes, elle serait en grande difficulté. Et c'est cela qui aurait provoqué la réunion en urgence à l'Elysée. Ce bruit circule depuis la parution d'un article dans le Daily on Sunday de dimanche dernier, qui mentionnait les difficultés de la banque, en raison de son exposition à la dette grecque et des autres dettes souveraines. La Société générale a démenti la teneur de l'article. Comme elle a démenti ce mercredi la moindre difficulté, rappelant qu'elle avait réalisé plus d'un milliard de bénéfices au premier semestre. Mais le soupçon n'a pas été dissipé. Sur le marché des CDS, la dette de la Société générale a pris 29 points dans la journée pour atteindre 299 points. Même si les autorités bancaires françaises assurent qu'il n'y a aucun problème sur la Société générale, ce n'est pas le signe d'une grande confiance en cette banque, première au monde sur les marchés des dérivés d'actions.

De toute façon, la confiance est en train de s'envoler sur l'ensemble du secteur. Significativement, les banques, qui savent mieux que tout autre, ce qu'elles ont dans leurs livres et ce qui se passe chez les autres, veulent de moins en moins se faire crédit. Cela prouve une nouvelle fois combien le problème bancaire n'a pas été traité à temps. Le marché interbancaire n'en est pas au point de l'automne 2008, mais il se tarit à vue d'œil. Un membre de la BCE s'est même inquiété de l'augmentation du nombre de dépôts faits par les banques auprès de la banque centrale en quelques semaines. Ceux-ci représentent plus de 135 milliards d'euros. Plutôt que de le prêter à d'autres établissements, les banques préfèrent mettre leur argent en sûreté à la banque centrale à un taux quasi nul (0,5%).

Si l'inquiétude des milieux financiers est réelle, elle n'est pas dénuée de calculs. La panique est pour eux une excellente méthode pour arracher tout ce qu'ils veulent aux politiques. Comment résister quand on vous menace de la fin du monde? Dans le cas présent, le but recherché par le monde financier est précis: ils veulent faire pression sur l'Europe pour obtenir une révision de ce qui a été négocié lors du sommet européen du 21 juillet. Les conclusions de ce sommet ne satisfont pas les financiers. D'abord, ils ne veulent pas être associés aux pertes sur les dettes souveraines, comme il a été prévu. Ils commencent à faire la démonstration de ce qu'on veut leur imposer, en mettant sous le nez des gouvernements des prévisions catastrophiques qui pourraient conduire à l'écroulement d'une ou plusieurs banques.

Ensuite, ils veulent obtenir une augmentation du fonds de stabilité financière pour le porter de 440 à au moins de 2.000 milliards d'euros afin que celui-ci puisse leur racheter leurs dettes et porter les risques à leur place. L'ennui est que l'Allemagne, soutenue par les Pays-Bas et la Finlande, met un veto absolu à toute augmentation. Mais les marchés financiers ne désespèrent pas que la panique, surtout si l'on s'attaque à la France, finira par être bonne conseillère et que l'Allemagne entendra raison.

Enfin, ils exigent une gouvernance, selon leurs termes, identique de l'Europe. La lettre de la BCE, s'érigeant en autorité politique supranationale, au gouvernement italien en a donné les termes: austérité sur toute la société, coupes sombres dans toutes les dépenses publiques, privatisation par pans entiers des biens publics, flexibilité sans limites du marché du travail. Toutes les richesses du pays doivent être mobilisées au seul profit du secteur financier.
 
Le communiqué de l'Elysée, après la réunion de travail, ne dit rien de tout cela. Il rappelle juste son attachement à la “règle d'or” et à la stricte réduction des déficits. Mais entre les lignes, on a déjà compris: le gouvernement français est prêt à accepter toutes les conditions posées par le monde financier. Il a déjà capitulé. 



La France va-t-elle vivre comme la Grèce au rythme des coups de boutoir de quelques joueurs en bourse, qui prennent la planète pour  un jeu vidéo et s'attaque aux fondements financiers des Etats entrainant leurs populations dans une paupérisation grave, une détérioration depuis longtemps oubliée de leurs conditions de travail, une régression orchestrée de leurs conditions sociales et une destruction des structures de solidarité nationales, comme ils mitrailleraient desarmées de travailleurs sur leur écran jubilant de leur puissancemorbide ?
 
 
Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 14:01

 

 

 

Le 19 juillet 2011, les habitants de Fukushima rencontrent les

représentants du gouvernement japonais. Ils demandent leur

évacuation de la zone où ils résident toujours 4 mois après la

contamination nucléaire. Ils ont apporté des flacons d'urine

de leurs enfants en vue de leur analyse...

 

Le cynisme de certains défenseurs du nucléaire répondrait

à ce documentaire que les victimes des mines de charbon ont

été bien plus nombreuses...

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 21:08

 

 

 Des nouvelles de Palestine...

 

 

 

Les accords d'Oslo

 

L’Autorité palestinienne est le nom de l'entité gouvernementale

qui représente les habitants arabes de Cisjordanie et de la bande

de Gaza. Cette entité a été créée en 1993 par les Accords d'Oslo.

Ils sont le résultat de négociations entre Israëliens et Palestiniens

pour poser les premiers jalons d'une résolution du conflit qui

oppose les deux pays.

Cette tentative de processus de paix israélo-palestinien, largement soutenue par la communauté internationale, sera mise en difficulté entre 1996 et 1999 suite au durcissement des positions de part et

d'autre lorsque seront abordés les thèmes cruciaux du statut de Jérusalem, du problème des réfugiés palestiniens, de la lutte

contre le terrorisme.

 

 

Wikipédia - Autorité Palestinienne et Accords d'Oslo

 

 


 

Les mouvements politiques :

 

 

Le fatah : Mouvement de libération national Palestinien

 

Le Fatah est fondé en 1959 par Yasser Arafat, Salah Khalaf et Khalil al-Wazir.

Les milieux d’étudiants palestiniens étaient convaincus que pour

mieux défendre l’intégrité et la souveraineté du peuple palestinien

le moyen le plus efficace était d’organiser une grande résistance palestinienne sous la forme d’un mouvement national

révolutionnaire autonome, c’est-à-dire un mouvement

indépendant des pays arabes et de toute autre puissance

étrangère.

 

Le Fatah appelle alors à la lutte contre l’État d’Israël avec comme grand objectif de « libérer tout le territoire palestinien ».

 

L'action du Fatah s'illustre à partir de 1965 par la lutte armée contre Israël menée par les fedayins  à partir de la Jordanie, Liban, Syrie.

 

A partir de 1972 le Fatah donne un poids plus important à la

politique cherchant la reconnaissance internationale de la cause palestinienne.

 

Le Fatah se dit laïc et politiquement neutre.

 

Fatah France

 

Le Hamas


Le Mouvement de la résistance islamique (dont l’acronyme en arabe donne « Hamas », qui signifie « zèle ») a été créé par la Société

des Frères musulmans en décembre 1987, au lendemain

du déclenchement de la première Intifada. Le Hamas se

développe d’abord à Gaza, qui restera le principal de ses fiefs,

 avant d’étendre ses activités à la Cisjordanie.

Les Frères musulmans souffrent, dans les années 1970 et 1980, de

leur peu de combativité face à l’occupation. Si leur but final reste la libération de la Palestine, ils accordent la priorité à la réforme de la société — d’où leur relative inertie dans le combat nationaliste.

Des militants plus jeunes prennent des responsabilités au sein du mouvement et provoquent une évolution importante qui se concrétise par la décision de créer le Hamas et de participer à La Révolte des Pierres.


 

Le Hamas, considéré actuellement comme le plus important mouvement de résistance palestinien  se définit lui-même comme

un mouvement trouvant ses principes dans le Coran et se battant

au nom de l'islam. Son programme comprend la destruction de

l'État d'Israël et l'instauration d'un État islamique palestinien sur

toute la terre de l'ancienne Palestine. Les négociations entamées

avant son existence n'ayant eu aucun aboutissement, l'Etat d'Israël installant maintes colonies sur le territoire des Palestiniens et refusant

de reconnaitre l'Etat Palestinien, le Hamas a choisi la violence.

 

 

Les blogs du Diplo

wikipedia - Hamas

 

 

L'arrivée au pouvoir du Hamas et l'instauration du blocus

 

Le Hamas qui remporte les élections législatives de 2006, prend le pouvoir par la force à Gaza en juin 2007, dans un contexte de guerre civile.


L’arrivée au pouvoir de ce parti, en août 2007, entraine une

réaction violente d’Israël : un blocus terrestre, maritime et aérien

sur la bande de Gaza.  

Il affecte tous les aspects de la vie quotidienne. Suite à la

fermeture des frontières avec Israël et l’Egypte, les entrées et

sorties du territoire sont devenues impossibles : un million et

demi de Gazaouis s’en retrouvent prisonniers.

De très nombreux produits ne sont plus disponibles sur le marché. D’autres ont subi une hausse des prix considérable. Certains articles, tels le fer ou divers matériaux de construction, ne peuvent plus être livrés dans la bande de Gaza, affectant des secteurs entiers de l’économie, en particulier l’activité des ingénieurs, entrepreneurs et ouvriers du bâtiment. Certains types de médicaments ne sont plus fournis ou sont rationnés, ce qui pose de graves problèmes de fonctionnement à la plupart des hôpitaux. Certaines personnes

meurent faute de soins adaptés.

Le chômage et la pauvreté atteignent des chiffres record et plongent

la population dans un dénuement extrême. On assiste à une sévère dégradation de l’état psychologique et social de la population, en

proie à des sentiments d’emprisonnement, de réclusion et d’impuissance totale.

 

Les blogs du diplo

 

 

Guerre.jpg

 

 

Quand l'aide humanitaire devient hors la loi 

 

 

7 novembre 2008 , vingt-sept militants du mouvement

« Free Gaza », dont le Nobel de la paix, l'Irlandaise Mairead

Corrigan Maguire, défient le blocus et accostent dans le port

de Gaza avec une tonne de médicaments.


7 décembre 2008 , Israël arraisonne au port de Jaffa, près de

Tel-Aviv, un bateau qui s'apprête à lever l'ancre pour livrer à la

bande de Gaza une assistance humanitaire. Plusieurs députés

arabes israéliens étaient à bord.


30 décembre 2008 , le Dignity , un bateau affrété par le

mouvement « Free Gaza », tente de briser le blocus afin

d'apporter une aide médicale à la population. Le bateau est

bloqué par une vedette de la marine israélienne qui lui impose

de faire demi-tour.


19 mars 2009 , un « convoi pour la paix » parrainé par l'écrivain français Marek Halter et auquel participent des rabbins, des imams et des prêtres entre dans Gaza pour distribuer des cadeaux aux enfants

 

 

La Croix


 

En mai 2010, une mission humanitaire baptisée flottille de la liberté tente de briser les blocus imposés à la bande de Gaza. Les navires

sont arraisonnés dans les eaux internationales, faisant neuf morts

et vingt-huit blessés parmi les militants pro-palestiniens turcs de

IHH qui est une ONG humanitaire turque considérée comme proche

de mouvements islamistes, bien que l'IHH nie ces allégations, et dix blessés parmi les militaires israéliens.


wikipedia - Bande de Gaza


 

 

Samedi 19 février 2011

 

Quinze associations palestiniennes olancent un appel à la société

civile internationale pour que hommes, femmes et enfants se

retrouvent à leurs côtés, à Jérusalem Est et en Cisjordanie cet été,

pour clamer au monde entier leur droit à vivre en paix sur leurs

terres, à circuler librement, à sortir de l’occupation.

.

 

 


 

APPEL DES ORGANISATIONS PALESTINIENNES  


Nous, organisations palestiniennes de la société civile et militants des droits de l’homme, appelons tous les militants du monde pour

la paix et la justice, à venir nous rejoindre le 8 juillet en Palestine pour passer ensemble une semaine à nos côtés, et nous épauler

dans notre lutte pour la paix.  

Nous, Palestiniens de tout le pays et Palestiniens exilés,

continuons à croire à une paix fondée sur la justice et à la

construire.  

Nous sommes convaincus que la communauté internationale

peut nous aider à accéder à la paix et à la liberté, à restaurer les valeurs et les principes que nous partageons en tant qu’être humains.  

Nous vous invitons. Nous vous supplions. Rejoignez-nous et

venez contribuer au changement de ce monde qui vous tient à

cœur. Nous vous hébergerons sur place, afin que vous puissiez bénéficier de l’hospitalité palestinienne. Vous pourrez participer

à un programme d’activités pour la paix et la justice dans les villes

et villages palestiniens, dans un esprit fraternel. 

Des groupes de nombreux pays d’Europe, d’Amérique du Nord

et du Sud, d’Afrique et d’Asie, ont commencé à se porter

volontaires pour cette mission de juillet. Pour la France, merci d’écrire à : contact@BienvenuePalestine.com avec vos coordonnées pour avoir tous les renseignements sur cette mission qui débutera

le vendredi 8 juillet et se terminera le 16 juillet au soir. 

 

 

 


Une flottille de la liberté composée de vingt bateaux de plusieurs nationalités devait partir de Grèce début juillet pour répondre à l'invitation des Gazaouis. Sous la pression d'Israël, le 1er juillet, le gouvernement grec a décidé d'empêcher leur départ. Plusieurs passagers ont été incarcérés, sous des motifs administratifs.
Les autorités françaises ont fait part de leur réprobation quant à cette opération d'aide humanitaire : «L'envoi de bateaux à Gaza est une mauvaise idée. Une nouvelle flottille ne peut qu'attiser les tensions»,

a déclaré à la presse Romain Nadal, un porte-parole du Quai

d'Orsay. Il a par ailleurs rappelé que la France avait «condamné

le blocus israélien sur Gaza».

 

wikistrike


Depuis le 7 juillet, Israël a bloqué la venue de centaines de militants qui voulaient se rendre dans les Territoires palestiniens.

La majorité d’entre eux n’ont pas pu accéder aux avions dans les aéroports de départ, les compagnies ont refusé de les transporter bien qu'ils aient été en posséssion de leur billet et de leur passeport.

   

124 ont réussi à atteindre l’aéroport de Tel Aviv. Dans l’attente

de leur expulsion, ils sont actuellement détenus dans les prisons israéliennes.


Par ailleurs,  120 personnes ont été interpelées à Paris et conduites

dans différents commissariats au motif qu'elles n'avaient pas déclaré leur rassemblement en préfecture. 

 

 France Info

 

 


 

 

 



 

 

mission_lettre_J-_Fraysse-7.jpg

 

http://bienvenuepalestine.com/

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 23:09

 

 

 

 

01-Ou-est-passe-mon-maitre-.jpg

 

Où est passé mon maître ?

 

 

 

 

5000, 7000

 

 

Combien étions-nous vraiment

 

 

ce dimanche 26 juin

 

 

alignés sur la route qui fait le tour

 

 

de la Centrale nucléaire de Fessenheim ?

 

 

Suffisamment pour complètement encercler,

 

 

la portion de 5 km de route qui nous était autorisée.

 

 

Le préfet s'était rétracté le matin même,

 

 

interdisant brutalement la fréquentation de la digue.

 

 

L'un des points faibles de la plus vieille centrale de France.

 

 

Fracturable en cas de séisme.

 

 

Permettant l'inondation de la centrale située quelques 15 mètres plus bas.

 

 

L'on se retrouve face au risque de l'arrêt du refroidissement du coeur,

 

 

face au risque d'explosion.

 

 

 

 

 

08 Chaine proprement rangée

 

                                            Chaine façon allemande.

 

 

 

 

09-Dying-francais.jpg

 

                                                                  Demi dying façon francaise

 

 

 

 

12-Dying-facon-linceuil.jpg

 

                    Dying façon linceul

 

 

 

 

 

 

13-Linceuil-facon-rescuscite.jpg

 

                                            Linceul façon ressuscité

 

 

 

 

Nous étions nombreux ce dimanche sous un soleil implacable.

 

Les Suisses et les Allemands très actifs et formant le plus gros

 

           des manifestants apprécient de moins en moins de savoir qu'en

 

           cas de défaillance de cette fameuse centrale,

 

ils seront aux premières loges pour accueillir les émanations

 

de cette bouilloire à électricité.

 

 

 

19-Soyons-actifs-avant-d-etre-radioactifs.jpg

 

Soyons actifs avant d'être radioactifs

 

 

 

 

L'heure est grave, mais les manifestants, gros dégustateurs de vie,

 

          et qui tiennent à la garder le plus longtemps possible en ... vie,

 

          savent profiter de la beauté des lieux et de l'ambiance estivale.

 

 

 

 

 16-Une-autre-facon-d-etre-star.jpg

 

 

 

 

23-Manifestants.jpg

 

 

 

 

Pour les plus vieux, parfum de nostalgie garantie.

 

 

 

26-Mutation-de-Diane.jpg

 

 

 

 

25-D-origine-annees-70.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Et vous, vous les prenez quand

 

vos vacances à Fessenheim ?

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 12:50

 

 

 

 

Le ministre Besson se produit sur le plateau de Capital.

Quoiqu'on puisse pense par ailleurs de la chaine

et de l'animateur de l'émission,

l'attitude du ministre est édifiante.



Les questions très serrées de l'animateur l'indisposent.


L'éventualité de la confrontation avec le témoignage d'un professionnel

de l'(in)sécurité du nucléaire

provoque une fuite inexpliquée.

Le silence du minstre s'explique-t-il par la crainte

d'arguments irréfutables

concernant l'insécurité des installations nucléaires en France ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 23:47

 

 

 

 

Cere--.jpg

 

 

 

 

 

Au fil de l'eau,

 

s'écoule le chant de la vie.

 

De la sécheresse

 

Sont nées des tresses de corolles blanches.

 

Les hommes imperturbables

 

Déclinent leurs cris de puissance

 

Sourds au souffle rauque

 

De la terre qui se craquèle,

 

Se dilate, s'empoisonne.

 

Les hommes de pouvoir

 

Eructent leur folie ravageuse malgré les appels

 

Désespérés qui s'élèvent

 

Et retombent comme les morceaux lépreux d'un crépis sans âge.

 

 

 

ICI

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 11:54

 

 

 

 

APPEL DES CITOYENS RESISTANTS


D'HIER ET D'AUJOURD'HUI


THORENS-GLIERES   14 mai 2011

 

 


 Le 8 mars 2004, treize vétérans des mouvements de Résistance

 et des forces combattantes de la France libre lançaient un

« Appel aux jeunes générations » dénonçant notamment

« la remise en cause du socle des conquêtes sociales

 de la Libération ».


 Cette tendance régressive s’accélère dramatiquement.

 

Nombre de citoyennes et citoyens s’en indignent.

 

Partout c'est la prise de conscience que les valeurs,

toujours actuelles, incarnées en 1944 dans le programme

du Conseil National de la Résistance, ouvrent l’espoir.

Un mieux-vivre ensemble est possible. Il est aujourd’hui

concevable de définir un nouveau "programme de la Résistance"

pour notre siècle. 

 

Au lieu de cela, le débat public qui s’annonce avec les élections

de 2012 semble privilégier les manœuvres politiciennes au

service d’intérêts particuliers sans traiter :


- des causes politiques des injustices sociales,


- des raisons des dérégulations internationales,


- des origines des déséquilibres écologiques croissants. 

 

Comme en 2004, nous souhaitons que tous les citoyens,

tous les partis, tous les syndicats, toutes les associations

participent à l’élaboration d’un Projet de Société du 21ème  

siècle en repartant du programme du Conseil National de la

Résistance « Les jours heureux » adopté le 15 mars 1944.


Ce programme politique constitue toujours un repère essentiel

de l’identité républicaine française. 

 

Avec l’association


« Citoyens Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui »  


nous appelons tous les partis politiques,


toutes les candidates et candidats à un mandat public


dans le cadre des


élections présidentielle et législatives de 2012


à prendre trois engagements


qui mettront réellement en application la devise républicaine

 

« Liberté Egalité Fraternité ». 

 

 

 

 

Premièrement, afin de garantir l’égalité :


Lancer immédiatement le travail législatif et réglementaire

qui permettra de  reconstituer les services publics et institutions

créés à la Libération pour aller vers une véritable démocratie     

économique et sociale.


 

Possible en 1944, cette démarche l’est d’autant

 

plus aujourd’hui 


 alors que le pays n’a cessé de s’enrichir depuis.

 

 


Droit à la santé pour tous,

Droit à une retraite,

Droit à l’éducation,

Droit au travail,

Droit à la culture


demeurent les seuls véritables garants de l’égalité républicaine.


Une égalité qui n’a de sens que dans le


Respect du droit des étrangers. 

 

 

 


Deuxièmement, afin de garantir la liberté :


- Approfondir la forme républicaine du gouvernement afin de séparer clairement les pouvoirs et renforcer la démocratie parlementaire au détriment de notre régime présidentiel personnalisé.


- Développer de nouvelles pratiques de la démocratie dans laquelle l’action de la société civile sera reconnue et restaurer les conditions du principe d’ailleurs défini à l’article 2 de la constitution actuelle : « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».


- garantir la qualité du débat démocratique et la fiabilité des contre-pouvoirs, en assurant à nouveau la séparation des médias et des puissances d’argent comme en 1944.


Ces 3 axes de débats devront aboutir à une démarche souveraine

d’ « Assemblée constituante » vers de nouvelles pratiques

républicaines. 

 

 

 


 Troisièmement, afin de garantir la fraternité :


 Travailler les coopérations avec les peuples et les pays,

en refusant l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie.

 

Favoriser résolument des solutions soutenables pour leséquilibres écologiques, dans les limites de développement compatibles avec

la survie humaine.


 Ecarter de la marchandisation totale les besoins vitaux

de l’être humain comme l’eau, la nourriture et l’énergie. 

 

 

 

 

 


Il est temps de bien vivre ensemble,

dans la haute-nécessité de l’épanouissement

du plus grand nombre

et d’offrir une perspective d’avenir prometteur

aux jeunes générations.

 

 


Plus que jamais, comme le proclamait en 2004 l’Appel des Résistants aux jeunes générations, à ceux et celles qui font ce siècle qui commence, nous voulons dire avec affection :


« Créer c’est résister. Résister c’est créer ».

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 21:26

 

 

La question des très graves conséquences de l'exploitation des gaz de schiste afin d'extraire du pétrole et du gaz souterrains a été porté à la connaissance des citoyens français par le film '"Gasland", réalisé par un journaliste américain qui avait été alerté par une proposition de forage dans son jardin.

 

 

 

 

José,-Sandrine,--Alain

 


Les conséquences du pic pétrolier

 

Les ressources en pétrole ont fortement diminué. Les nappes d'hydrocarbures facilement exploitables, mais également les

plus rentables s'amenuisent. Les méthodes traditionnelles de

forage deviennent obsolètes. Cela explique l'augmentation du

prix du litre d'essence mais également des factures de fuel.

 

Il s'ensuit une détresse financière de familles dont le revenu était équilibré. On assiste à une demande de retour vers les villes de citadins qui avaient migré vers les campagnes. C'est là que se

situe une grande partie des emplois. Le coût du transport

commence à grever les budgets.

 

Une recherche forcenée de solutions d'indépendance énergétique

mais également de nouvelles sources d'hydrocarbures est entamée.

Les sommes en jeu sont colossales. Les monstres de l'énergie sont

en chasse.

 

 

 

 Le film

 

Gasland a été tourné par un journaliste américain. Une lettre lui proposant 100 000 dollars pour louer ses 39 hectares de terrains déclenche une quête de la vérité.


Ce film présente la méthode de forage du sous-sol par fracturation hydraulique pour rechercher gaz et pétrole profondément enfouis

et ses conséquences.

 

 

 

La fracturation hydraulique :

 

Cette technique permet d'atteindre les couches de schiste profondes. Des poches de gaz et de pétrole y sont enfermées.

Il s'agit de perforer la roche sur 2 à 4 km de profondeur puis à l'horizontale sur 1 km.


On emploie des quantités énormes d'eau (entre 15 et 20 000 m3

pour un puit à une époque où l'eau commence à faire défaut) à très haute pression, des microbilles et 596 produits chimiques différents.

La force de l'eau ne doit pas être freinée. Les produits chimiques dissolvent les obstacles. Seule la moitié du liquide sera remontée

à la surface tandis que la roche souterraine est disloquée, fragilisée.

De mini-séismes se produisent. L'eau souterraine naturelle se

mélange au gaz et au pétrole ainsi qu'aux produits chimiques.
Au bout d'un an, la plus grande partie de l'énergie est pompée.

On recommence 1 km plus loin.

 

 

 

De graves conséquences sanitaires :


Du gaz s'échappe des robinets quand les habitants proches des

forages veulent se servir en eau potable. Une flamme parfois importante s'allume quand on approche un briquet. Les riverains condamnent leur alimentation en eau, craignant l'explosion de leur maison et souffrant de maux allant jusqu'à des lésions cérébrales irréversibles. Ils sont condamnés à s'équiper de citernes et à se faire livrer toute les semaines.  Des analyses révèlent la présence de nombreux produits chimiques extrêmement toxiques dont des substances radioactives naturelles issues de la roche et que l'on ne

sait pas retraiter.

 

 

 

L'environnement détruit :

 

Les animaux sont malades. Certains dépérissent, d'autres meurent.

La faune de certaines rivières est détruite.

 

Des nuages toxiques enrobent par moment les habitations. Les

sociétés qui extraient le pétrole ont choisi de pulvériser l'eau

dotée de ses produits chimiques au soleil pour qu'elle s'évapore.

Les produits chimiques se dissolvent dans l'atmosphère ou se

déposent sur les cultures, inhalées par les poumons des êtres

vivants ou ingérés dans la nourriture. Le reste de l'eau est mis

dans de grands réservoirs souvent creusés à même le sol et s'y infiltrent.

 

 

L'achat du silence :

 

Aux Etats-Unis, les habitants qui ont accepté de louer leur terre

sont liés par une clause de confidentialité et ne peuvent se défendre

en justice. Il y a aujourd'hui 500 000 puits et plus du tiers du

territoire touché.

 

 

 

 

 

 

Le film  en 6 parties :

 

 

 

 

 

 

 

 

Que se passe-t-il en France ?


          ICI

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 19:30

 

 

 

  Les gaz de schiste,

Qu'est-ce que c'est ?


ICI

 

 

 

En France, pendant le déroulement du Grenelle de

l'environnement, Jean Louis Borloo a signé une

autorisation de prospection en vue d'extraire les gaz de schiste

Des permis d'exploration ont été accordés, dans un premier

temps, puis se transformeront en permis d'exploitation.

Plusieurs entreprises qui sentent  le filon financier plus

qu'intéressant se sont positionnées.

Il y a Total, Elf, la compagnie multinationale américaine

Schuepbachen en Ardèche,...

 

En Alsace, une zone allant de Sélestat situé au Sud du Bas-Rhin et s'étendant au Territoire de Belfort est convoitée et peut-être déjà accordée à l'entreprise BNK Petroleum. Les élus ne parviennent

pas à obtenir d'informations précises. De mystérieuses cartes sur

le site du ministère laissent pressentir des accords passés.

 

 


En France, le sol appartient au propriétaire du terrain. Mais le

sous-sol appartient à l'Etat. Les propriétaires des terrains concédés

ne pourront  pas refuser le forage de leur champ ou de leur jardin.

 

 

 

L'entreprise américaine, Halliburton, qui a mis au point la

technique après des années de recherche est seule détentrice

du brevet. Dick Cheney, vice Président des Etats Unis avait

annulé les lois de protection sur  l'eau potable pour permettre

son activité.

L'exploitation s'appuira sur des jeux d'alliances fructueux pour les acteurs en présence. Ils augmenteront la facture du consommateur.

Et dilueront les responsabilités.

 

Il s'agit de stopper la marche de cette machine destructrice tant

pour la nature que pour l'homme avant sa mise en oeuvre.

Ces forages ont commencé il y a 20 ans aux USA. Plus du tiers

du pays est perforé et souffre des mêmes maux. Les rivières sont polluées. Toute la faune aquatique meurt. Des gargouillis de gaz fleurissent à la surface des ruisseaux. Les habitants sont malades,

parfois très gravement. Ils envisagent de partir. Mais craignent

de trouver la même situation ailleurs. Ils n'ont pas tous, loin s'en

faut, les moyens de tout recommencer.

 

Sandrine Bélier et José Bové, députés européens écologistes se battent tout particulièrement pour obtenir les informations soigneusement cachées de l'avancée de ces prospecteurs, des techniques, de leur conséquences. Ils tentent d'informer au parlement et au sénat  pour orienter la loi nationale et européenne dans un sens de protection des habitants et du patrimoine naturel.

 

 

 

Sandrine,-José

 

 


 

Le parlement a amendé la loi d'interdiction des forages

qui vient d'être votée. Seule la fracturation hydraulique est interdite. Les entreprises bénéficiaires de permis devront préciser quelle est la technique qu'elles emploient pour voir maintenue leur autorisation d'exploration. Envisageons que demain la fracturation hydraulique s'appelle exploration liquide souterraine, votre jardin pourra être perforé sans problème et vous bénéficierez du subtil mélange de quelques 596 produits chimiques aromatisés au gaz.

 

En Allemagne aussi, la prospection commence. Au Nord de la

Grande-Bretagne, il y a déjà des forages. La Pologne est également pressentie.

 

 

Plus d'informations

 

 

Le film  en 6 parties   cliquez ici 

 

 

L'histoire politique des permis d'exploration    

et la mobilisation  cliquez ici

 

 

La pétition      cliquez ici 

 

 

 

Comment agir ?


 

Contacter les associations écologiques de sa région.

Informer ses connaissances.

Diffuser la pétition.

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 04:51

 

 

 

 

Ces lumières dans la nuit sont autant de signaux d'alarme.


Dan, tu as as trouvé. Bravo !

 

Une gigantesque station essence nommée Raffinerie de Reichstett.

Située près de Strasbourg, elle est en train de fermer ses portes.

Trop vieille, pas assez entretenue par le précédent propriétaire. Il

serait nécessaire d'investir 220 millions d'euros pour réhabiliter 

le site. Actuellement, ce ne serait plus rentable selon

son nouveau propriétaire suisse , la société Pétroplus.

 

 

 

 

 

 

Lumières-6

 

 

 

 


 

 

Le plafonnement de la production pétrolière est le moment où la

moitié des réserves de pétroles mondiales ont été épuisées et où la production entre en phase terminale, ce qui se caractérise par une

hausse des prix et des perturbations dans l'approvisionnement.

 

L'Agence Internationale de l'énergie vient d'annoncer que cette

situation est atteinte depuis 2006.

 

Si l'on évoque pas encore clairement la situation des réserves

de gaz, la raréfaction se produira dans les années à venir.

 

Et si l'on choisissait de continuer à exploiter l'uranium de façon

intensive, au rythme d'exploitation actuel, il serait épuisé au plus

tard dans 80 ans.

Des pays ou des régions européennes s'orientent résolument

vers les énergies renouvelables pour leurs besoins énergétiques,

comme la Navarre, région espagnole qui couvre, à ce jour,

80% de ses besoins énergétiques par les énergies renouvelables et

sera alimentée de cette façon à 100% en 2020.

 

Les principales sources d'énergies renouvelables sont constituées

par le solaire, l'hydraulique, l'éolien et la bio-masse (bois, chaleur 

dégagée par le retraitement des ordures ménagères, ...)

 

 

Les changement en cours vont nécessiter une adaptation et une modification importantes de nos modes de vie. Ainsi les

raffineries constituent une espèce en voie de disparition,

tout comme votre station essence ou votre cuisinière à gaz.

 

 

 

 

 

Lumières-5

 

 

 

Pour en savoir plus :

 

Pétrole, le temps du déclin. Quelles conséquences ?

 



Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article