Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 14:33

 

 

 

Ce soir, 21h, soirée de soutien à la Grèce sur Médiapart.

Le quotidien indépendant du net est en accès libre.


Appel au bouleversement de nos vies,

chanté par Angélique Ionatos au Théâtre de la Ville

et retransmis sur Médiapart :

 

 

 

"Et les rêves prendront leur revanche", cliquez.
 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 16:06

 

 

 

 

DSC08147aw

 

 

 

DSC08129aw.jpg

 

 

 

 

DSC08134aw.jpg

 

 

 

 

 

DSC08138aw.jpg

 

 

 

 

Rhododendron yakushimanum "Marlis"

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
2 mai 2012 3 02 /05 /mai /2012 20:04

 

 

 

 

 

La musique démarre comme surgie de nulle part, la foule s’interroge. Que se passe-t-il ?  Un homme, seul, se met à danser comme un illuminé. Mais petit à petit il est rejoint par d’autres gens issus de la foule. Des sourires, un public surpris mais curieux. Le spectacle donne une impression de spontanéité mais tout a été travaillé et coordonné à l’avance !

 

Les premières Flash Mob sont apparues au début des années 2000 aux Etats-Unis. Flash Mob peut se traduire par « foule éclair ». Les Flash Mob réunissent de nombreux participants, qui souvent ne se connaissent pas entre eux mais qui ont eu connaissance de l’évènement via les réseaux sociaux ou plus généralement via Internet. Le but pour les Flash Mobbers est d’apparaitre rapidement dans un lieu public, de faire leur performance pendant quelques minutes et de se disperser tout aussi rapidement.

 

Ce texte est extrait de l'article "Flash mob, qu'est-ce que c'est ?"

 

Vous êtes venu(e) en vacances dans cette Alsace aux forêts profondes. Vous serpentez parmi ses côteaux sertis de vignes tentant en vain de prononcer les noms aux consonnances venues d'ailleurs de ses crus, Sylvaner, gewurtztraminer, edelzwicker. En cas de nécessité, vous commanderiez prudemment un pinot blanc, seul nom de votre guide qui s'apparentât au français. Les Vosges et leurs sommets arrondis vous appellent, mais une faim de loup vous attire plutôt vers Colmar. Vous y avez réservé un hôtel et souhaitez vous raffraîchir avant d'aller goûter la fameuse tarte flambée ou flammekueche. Une immense galette de pâte à pain très fine couverte d'un mélange de fromage blanc, muscade, sel et poivre saupoudré d'oignons adoucis par une marinade d'huile et de sel et parsemé de lardons. Un passage rapide au four avant de venir régaler vos papilles explique votre guide.

 

Vous déambuler dans les rues de la ville alsacienne aux riches colombages et fenêtres pavoisées de géranium rouges quand la foule se resserre. Vous entendez des sons s'élever, une musique aux accents d'aujourd'hui vous parvient. Vous vous faufilez dans la foule compacte. Une allée centrale reste libre. Intrigué(e) vous vous arrêtez pour comprendre l'origine de ce curieux rassemblement.

 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 20:00

 

 

Barbara - Perlimpinpin

 

 

 

 

 


Pour qui, comment quand et pourquoi ?
Contre qui ? Comment ? Contre quoi ?
C'en est assez de vos violences.
D'où venez-vous ?
Où allez-vous ?
Qui êtes-vous ?
Qui priez-vous ?
Je vous prie de faire silence.
Pour qui, comment, quand et pourquoi ?
S'il faut absolument qu'on soit
Contre quelqu'un ou quelque chose,
Je suis pour le soleil couchant
En haut des collines désertes.
Je suis pour les forêts profondes,
Car un enfant qui pleure,
Qu'il soit de n'importe où,
Est un enfant qui pleure,
Car un enfant qui meurt
Au bout de vos fusils
Est un enfant qui meurt.
Que c'est abominable d'avoir à choisir
Entre deux innocences !
Que c'est abominable d'avoir pour ennemis
Les rires de l'enfance !

 

 

 

Enfants.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour qui, comment, quand et combien ?
Contre qui ? Comment et combien ?
à en perdre le goût de vivre,
Le goût de l'eau, le goût du pain
Et celui du Perlimpinpin
Dans le square des Batignolles !
Mais pour rien, mais pour presque rien,
Pour être avec vous et c'est bien !
Et pour une rose entr'ouverte,
Et pour une respiration,
Et pour un souffle d'abandon,
Et pour ce jardin qui frissonne !
Rien avoir, mais passionnément,
Ne rien se dire éperdument,
Mais tout donner avec ivresse
Et riche de dépossession,
N'avoir que sa vérité,
Posséder toutes les richesses,
Ne pas parler de poésie,
Ne pas parler de poésie
En écrasant les fleurs sauvages
Et faire jouer la transparence
Au fond d'une cour au murs gris
Où l'aube n'a jamais sa chance.
Contre qui, comment, contre quoi ?

Pour qui, comment, quand et pourquoi ?
Pour retrouver le goût de vivre,
Le goût de l'eau, le goût du pain
Et celui du Perlimpinpin
Dans le square des Batignolles.
Contre personne et contre rien,
Contre personne et contre rien,
Mais pour toutes les fleurs ouvertes,
Mais pour une respiration,
Mais pour un souffle d'abandon
Et pour ce jardin qui frissonne !
Et vivre passionnément,
Et ne se battre seulement
Qu'avec les feux de la tendresse
Et, riche de dépossession,
N'avoir que sa vérité,
Posséder toutes les richesses,
Ne plus parler de poésie,
Ne plus parler de poésie
Mais laisser vivre les fleurs sauvages
Et faire jouer la transparence
Au fond d'une cour aux murs gris
Où l'aube aurait enfin sa chance,
Vivre,
Vivre
Avec tendresse,
Vivre
Et donner
Avec ivresse !
 

 

 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 07:47

 

 

 

 

Rosier.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 07:33

 

 

 

 

 

B Twin or not 01

 

 

 

 

Slow Motion,

 

 


une troupe de hip hop montante


donne sa première chorégraphie

 


 

le 27 avril 2012 à 20 h

 

au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg.

 

 

 


B Twin or not 02

 

 

 

Les danseuses du duo ont 20 ans et 25 ans.


 

Très prometteuses,

 

elles revendiquent leur appartenance au courant hip hop


tout en le transcendant par

 

une danse originale et personnelle.

 


 

  Leur chorégraphie se love entre rythmique

 

à la dynamique vive enivrante


et évolution reptilienne fascinante.

 


 

B Twin or not 04

 

 

 

Cette danse envoûtante

 

est interprétée en  

 

un accord gémellaire par les deux jeunes femmes

 

qui se complètent jusqu'à se fondre.

 

Elles s'incarnent l'une en l'autre

 

jusqu'à la confusion identitaire,

 

mêlant leurs pas et leurs personnalités dans un duo 

 

qui parle de double et de semblable.

 

 

 

Le "je" émergera-t-il de cette harmonie ?

 

 

 

B Twin or not 06

 

 

Le duo a été sélectionné dans le cadre de  

 

Universal Dancers,


le festival international de hip hop

 

qui se déroule pour la quatrième année

 

à Strasbourg.

 



 

Les prestigieux Vagabond Crew

 

doubles champions du monde 2011

du Battle of the Year International.

  s'y produiront également.


 

 

 

 

 

Les coulisses de B Twin or not 

par  Nadia Jumontier

 

 

B Twin or not 08

 

 

 

 

 

 

B Twin or not 09

 

 

 

 

 

 

B Twin or not 10

 

 

Le spectacle se déroule vendredi, 27 avril à 20 heures au Palais de la Musique et des congrès

Place de Bordeau - Strasbourg 

 

La vente des billets est organisée par l'Illiade : 03.88.65.31.06

Le prix des places s'échelonne de 8 à 18 €

Billetterie en ligne Spectacle cliquez ici

Points de vente cliquez ici

Boutique Culture de Strasbourg (uniquement du mardi 17 au jeudi 26 avril de 14h à 18h)

 

Pour en savoir plus Cliquez ici

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 21:14

 

 

"Hep, vous là-bas !

Le képi s'agite

Le sifflet stridule

"Mettez-vous de côté

Et plus vite que ça !"

 

Un pas de côté, un pas de travers.

" Hep là-bas !

Mettez-vous dans le rang ! "


Cultiver les grains de sable.

En saupoudrer les rouages.

" Hep là-bas, respectez la cadence !

Vous perturbez la rentabilité. "

 

Semer de la prairie

Dans les jardins publics.

"Hep là-bas ! Le vert, ça commence à suffir ! "


Faire pousser des plantes grimpantes

Autour des feux rouges

"Hep là-bas, c'est pas la jungle ici !"

 

Allumer un feu

Sur la grand place de la ville

" Hep, ça chauffe ce soir ! "

 

Prendre un gendarme par le bras

Danser au rythme de ses mains

  "Hep hep, c'est la danse du hep ! "

 

Oublier le rang, les ordres

"Hep hep, c'est la danse du hep"

 

Prendre un képi par la veste

  L'entrainer dans la jungle

"Hep hep c'est la danse du hep ! "

 

 

 

 

La-danse-du-hep.jpg

 

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 21:20

 

 

 

 

J’ai jeté ma longue cape seyante

sur mes épaules            cape homme

Elle fraie dans le vent tel un étendard

Tandis qu’hardiment j’enfile le drôle

de petit chemin.

 

La ville s'étend à mes pieds.

Il y régne un air de printemps.

 

J'entends pourtant

une rumeur grondeuse

Annonciatrice d'orage.

 

 

 

Le peuple s'agite ces dernières semaines.


On a ramassé deux ou trois réprésentants

de la maréchaussée

Egorgés au bord du chemin.

 

Une voiture de la noblesse a été attaquée.

Deux enfants étranglés

En présence de leur servante.

 

 

 

Le peuple s'agite ces dernières semaines.

 

La propagande bat pourtant son plein

Faisant sourdre de lourdes menaces

De chaos et de famine

 

En dehors de la noblesse, point de salut


Les récoltes péricliteraient,

Le commerce s'effondrerait

L'artisanat dépérirait

 

Soyez soumis ou vous ne serez pas


Disent-ils

 

 

 

Le peuple s'agite ces dernières semaines.


Une rumeur enfle en bas, dans la ville.

Le vent emporte mon couvre-chef.

 


 


Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 10:27

 

 

 

 

Changement-d-heure.jpg

 

 

 

 

 

 

Je pense qu'on peut

 

 

les envoyer promener sur les traces de Pistole


 

                                                                           et de Zelda la petite chatte toute noire.

 

 

 

 

ici

 

 

 

 

 

 

Sondages L'Oeil qui court/la pendule

 

 

Que pensez-vous de l'affirmation ?


Envoyons promener les changements d'heure

 

Leur faire prendre l'air

 

Ne peut que les remonter.


 

 

Vous etes d'accord ? dites oui !

 

Vous n'étes pas d'accord ? dites oui !

 

Vous vous abstenez ? Le paramètrage est de 2 ouis.

 

 

 

Bienvenue au pays de la nouvelle démocratie.

 

Il est ici interdit d'émettre une quelconque opinion.

 

 


 

 

 


 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 23:34

 

 

 

 

Eveil-du-jardin.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Le houx a lancé un trille. Les journées s’ensoleillent. La petite table de jardin a ressurgi parée de sa nappe vert clair. Petits déjeuners sous les rayons bienfaisants. Le monde alentour disparait.

Les nouvelles pousses percent la couverture craquante des feuilles mortes. Je guette leur progression. La lenteur du mouvement  est infinie.


Avide de ces petites choses vertes, fraîches et fragiles, j’écarte le couvert à la recherche des plantes poignant de leur long sommeil d’hiver. Quelques jours plus tard, je serai surprise de l’évolution de leur croissance.


La table est parsemée d’une poudre de terre fine. Je participe à cette grande montée de vie. Une fournée de petits pots noirs jonchent la nappe. Disposés en un joyeux désordre. Deux cuillères à soupe et une fourchette pêlemêle. Quelques sachets de graines.


Mon plan de semis ressemble au jardin : sauvage et exubérant.


Des images de tiges profuses, pastels s’élancent dans une noce végétale pour rejoindre une abondance de lianes aux teintes fauves. Un long sourire s’attarde sur mes lèvres.

 

 

 

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Regard poétique
commenter cet article