Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 19:54

DU        J'ACCUSE         AU


MERDE

 

A  CETTE  FAÇON  DE  FAIRE

 

DE  LA  POLITIQUE

 


       Qui n’a entendu parlé du « j’accuse » de Zola ?


          « J’Accuse…! » est le titre d'un article rédigé par Émile Zola lors de l'affaire Dreyfus. Il est publié dans le journal L'Aurore du 13 janvier 1898 sous la forme d'une lettre ouverte au Président de la République Félix Faure. Au travers d'un véritable pamphlet accusateur, la contestation d'une décision de justice au nom de valeurs universelles, l'écrivain décide de s'exposer publiquement, afin de comparaître aux Assises pour qu'un nouveau procès, plus indépendant puisse se dérouler. C'est cet article qui relance l'affaire Dreyfus, au moment où, le véritable coupable (le commandant Esterházy) étant acquitté, tout pouvait sembler perdu pour le camp dreyfusard. Cet article représente le symbole de l'éloquence oratoire et du pouvoir de la presse mis au service d'une cause juste et généreuse.

Article de wikipedia

 

 


 

rocksanspapiers.jpgQui a entendu parlé du concert Rock sans papier ?


 "Il est temps de dire merde à cette façon de faire de la politique "

s'exclame Jeanne Cherhal.

Après un été de festivals, la chanteuse sera au concert Rock Sans Papiers. Elle évoque la dérive sécuritaire, les retraites, Arcade Fire et les complices de Katerine.

Les Inrocks le 04.09.2010

 

Ce concert de soutien aux luttes des sans-papiers se déroula avec la participation de Higelin, Cali, Sinsemilia, Oxmo Puccino,  D.Darc, Clarika, Wampas, No One is Innocent, 113, Têtes Raides, Tryo, Soan, J. Birkin, Aldebert, Cheb Bilal, Nosfell, Abd el Malik, E.Loizeau, Y.Jamait, Reda Taliani le Samedi 18 Septembre 2010 à Paris Bercy. Ils s'engagent pour la défense des fondements même de notre société : le respect des droits de l'homme et le droit à l'égalité.

 

Une question se pose pour moi, grave.

 

De l’accusation odieuse et de la condamnation d’un officier parce qu’il était juif à la contestation abusive et contraire à la loi par la police des papiers d’identité produits par de jeunes mineurs fuyant leurs pays, le pas est mince. Le but ? Les renvoyer dans leur pays où plus d’un risque la mort. Pour des raisons politiques parce qu’ils y sont poursuivis en raison des activités politiques du père. Pour des raisons familiales, parce qu’ils ont perdu leurs parents. Pour des raisons ethniques, parce qu’ils sont minoritaires et en danger vital de ce fait.

 

 arrete-de-reconduite-a-la-m.jpg

 

J’ai eu l’occasion d’accueillir l’un de ces ados et de faire un bout de chemin avec lui. J’ai découvert, de ce fait, la situation de plus en plus critique que vivent les étrangers qui demandent l’hospitalité chez nous. Les rafles au sortir des lieux d’hébergement d’urgence pour les sans abris, au sortir des restaus du cœur devenus des souricières,  au sortir des associations d’aide aux demandeurs de titre de séjour. Ces pratiques sont condamnées par la loi.

Mais je découvre chaque jour que l’application du droit des étrangers est fréquemment détournée par les administrations, la justice et la police.

 

 

Une question se pose pour moi, grave.

 

 

 

 


 


Comment s’appelle un pays où le droit est régulièrement violé sur consignes d’état au moins pour une catégorie de la population ?

 

 


 

 


 

J’ai choisis de montrer la conséquence la plus radicale de cette politique :

 

la mort. 

 

obligation-à-quitter

 

 

 

 

 

 Logo resfVous souhaitez vous engager :  RESF  

        


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> Allo, j'ai passé un mois à Paris aux Fêtes l'an dernier et tous les jours, j'étais dehors et sans être française, je les repérais tout de suite. J'ai parlé avec plusieurs qui se terrent partout de<br /> peur d'être refoulés chez eux. Ils vivent de vente de toutes sortes, du vol, du troc.. à quand le mur le long du périphérique?? Ici à Montréal, j'en connais plein, ils travaillent au noir ou sont<br /> dans les combines pas possibles.. Ils sont sur Terre comme nous..Je déplore aussi tous ces dirigeants qui n'ont jamais eu la misère qu'ils font subir aux émigrants, légaux ou non. Merci de ce<br /> billet. Gros bisous<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Oui, ils sont sur terre comme nous<br /> <br /> <br /> Et y sont si peu comme nous...<br /> <br /> <br /> A cotôyer l'une ou l'autre de ces personnes<br /> <br /> <br /> moins égales que d'autres<br /> <br /> <br /> je découvre la dangerosité<br /> <br /> <br /> de l'homme envers ses semblables<br /> <br /> <br /> Et je découvre avec beaucoup plus d'acuité<br /> <br /> <br /> L'inhumanité de la condition d'homme<br /> <br /> <br /> dans une très grande partie des pays du monde.<br /> <br /> <br /> Combien d'êtres humains ont accès à la notion de droit de l'homme ?<br /> <br /> <br /> Mais demain c'est Noël<br /> <br /> <br /> Je te souhaite des moments très doux.<br /> <br /> <br /> <br />
I
<br /> Un beau texte aux grondements profonds qui réchauffe le coeur dans ces temps castrateurs. Merci ; nous sommes nombreux à penser tout cela. Mais peu, pour le moment encore, à le dire. Je n'aurais<br /> pas pensé m'exprimer ainsi, mais j'apprécie.<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Vos encouragements sont bienvenus. Je vous remercie.<br /> <br /> <br /> J'ai découvert un enregistrement de Serge Portelli, haut magistrat, sur you Tube. C'est l'analyse de la disparition progressive de la démocratie en France. Ses mots disent clairement et sans<br /> détour la pente inquiétante sur laquelle est engagé le pays et la nécessité impérative de résistance.<br /> <br /> <br /> <br />