Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 04:32

 

 

 

 

Après avoir été attirée

au sein d'une Communauté d'étranges enfants hauts de 20 cms,

je me réveille en pleine nuit au coeur d'une forêt inconnue.

Ils me contraignent à les suivre

au sein d'une grotte.

Ils m'expliquent les raisons de la création de la communauté

et l'intronisation de Maminou comme Mère de la Communauté.

 

  Début

 

 

 

 

 

 

 


Danoci était parti.


Y’avait eu la raclée de trop


La Communauté s’était constituée.

 

 

 

 

 

 

Lequel en avait eu l’idée.


Ils l’avaient oublié.


Ils en revendiquaient tous la paternité.

 

 

 


Toujours est-il qu’une délégation s’était dirigée vers la cambuse.

 

 

 

Eux qui avaient déjà tant vécu


Etaient fort intimidés.


Proposer à Maminou


De devenir leur maman de la Source Tarie,


Comme il l’appelait déjà


c'était pas une mince affaire.

 

 


Ils se concertaient, l’air gêné ou l’air de rien.


   Ils se chamaillaient, tendus par l’importance de la mission.

 

Qui allait parler ?

 


 

 

 


Ils avaient différé.


Avaient failli renoncer.


Puis s’étaient décidés.

 

 

 


Puisque  Danoci avait créé la Communauté,


Il en était un peu le chef.


Pas trop parce qu'ils voulaient tous l'être.


Mais là, c'était lui.


Ce serait lui qui serait désigné


Pour aller lui parler.

 

 

 

 

Il avait protesté.


Pour la forme.


Heureux  de la confiance qu’on lui faisait.

 


 

Il réfléchit à la tactique à employer.


Il fallait préparer


Maminou à la demande de la Communauté.

 

 

 

 


Un matin, il guetta son départ pour le marché


Et glissa un mot dans une des lattes meurtries


 De la porte de la cambuse :

 

«  Maminou, jé ketchose à te dire.


Cé grav. »

 

 


 

Il avait disparu de la Communauté durant une semaine.



 

Les enfants l’avaient cherché, désemparés.

 

Ils avaient fouillé les alentours.

 

Echaffaudant des hypothèses effrayantes.

 

 

 

 


Il était réapparu.


Triomphant.


Précédé de Maminou.

 

 

 

*

 

 

 

                  *

 

 

                                                                  *

 


Sept jours.

 

C’était le temps dont il avait eu besoin


Pour réaliser ses manœuvres d’approche,


Déposant chaque jour un nouveau message chez Maminou.


Récupérant le lendemain


La réponse.

 

 

 


Jusqu’à faire sa demande :


« Maminou,


Ve tu ete not maman »

 

 

 

 

 

 

 

Mot-maminou.jpg

 

 

 

 

 

 


 

Elle l’avait pris dans ses bras.


L’avait serré contre sa généreuse poitrine.


Deux larmes timides s’était aventurées à l’orée de ses yeux.


« Mon petit » avait-elle murmuré plusieurs fois.

 

 

 

 

*

 

 

 

 

                                                            *

 

 

 

 

 

                                                                               *

 


 

Toute la Communauté, alertée par Minon,


S’était dirigée vers moi.

 

 

 


Les enfants avaient formé une corbeille de leur bras.


Je m’étais sentie soulevée


Jusqu’à être déposée dans cette nacelle vivante


Qui me berçait longuement.

 

 


 

Je sentais toute leur attention sur moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite

 

 

 

 

 

Une maman ça s'apprivoine comment ?

 

Le Petit Prince aurait dit ...

 

Les mamans ça se berce,

 

Alors elles coulent une larme,

 

Elle émettent un doux murmure


Et elle disent  ...

 


Partager cet article

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Histoire La Source Tarie
commenter cet article

commentaires

Dan Rodgerson 14/12/2010 08:00


Voilà une histoire qui emprunte à Charles Dickens et à James Matthew Barrie tout en trouvant sa propre musique. Que va-t-il se passer demain? Vite, la suite!


l'oeil qui court 16/12/2010 11:58



C'est amusant parce que je n'ai lu ni l'un ni l'autre.


La culture m'est un domaine assez inaccessible.


Donc sans doute ont-ils l'un et l'autre distillé


Un petit air de basson ou de hautbois


En mon cerveau inattentif


Pour me dicter cette histoire.


Il se sont invité à ma table de tête


Sans que j'y pris garde.


Et m'ont offert l'un et l'autre


Un cadeau dont j'ai jusqu'à ce jour


Ignoré l'existence :


Une histoire à vous raconter.


Je m'en vais de ce pas


écrire à l'un et l'autre


Une missive de remerciement.


L'adresse , tu me l'envoies ?


 


 



Pénéloop 13/12/2010 23:16


Not maman ?
Maman dans les champs
Flocons d'avoine...

Loop


l'oeil qui court 16/12/2010 11:48



Boule de gomme,


Toupie de couleurs


et Goûter sucré



Quichottine 13/12/2010 20:09


Et surtout, elles chantent des mots que jamais l'on n'oublie.

Bonne soirée à toi.


l'oeil qui court 16/12/2010 11:47



Dansons la capucine


Y'a du clair de lune aujourd'hui


Et le chat du meunier


S'est sauvé par la fenêtre.



Snow 13/12/2010 17:47


Quelle belle histoire! J'attends impatiemment la suite. Merci... Tourlou!


l'oeil qui court 16/12/2010 11:45



Et voila, suite et fin aujourd'hui.


Si tu retournes à la case départ


Tu gagneras 20000 mots !