Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 23:00

 

 

 

 

 

 

 

Verandas.jpg

Je me levai reposée

d’une bonne

nuit de sommeil.


Un air léger passa

mes lèvres

et s’éleva en volutes

dans la cuisine.

Bientôt

l’odeur du café

vint chatouiller

mes papilles

frémissantes.


La chaleur de

la maison créait une atmosphère douce. 

                    Je m'enveloppai

      voluptueusement dans

                                                       ma robe de chambre.

 


 L’éclat d’un ciel radieux illuminait la cuisine.

Il m’avait incité à regarder le jardin

par la fenêtre.

 

 

 

 

Mon rire heureux éclaboussa le silence.

Il avait neigé.

A peine.

Une fine couche blanche poudrait la terre,

feutrait la silhouette des plantes en sommeil.

J’ouvris un instant la fenêtre,

m’emplit

de cette odeur indéfinissable

de l’hiver citadin.

 


Lovée sur ma chaise,

je buvais à petite goulée le chaud liquide brun

et croquais avec délice

ma tartine croustillante.

Le petit déjeuner est mon repas préféré.

 


Un bonnet douillet protégeait maintenant mes oreilles.

L'écharpe soyeuse

qui me ceignait jusqu‘aux yeux

et le gros anorak blanc duveteux

me donnaient l'air d'une ébauche.

 

Je sautais hardiment dans le jardin.

 

 

 

Je m’arrêtais

devant l’étendue blanche bosselée

de toute part

essayant de retrouver

le nom des plantes

cachées

sous leur couverture laineuse.

 

 


C’est alors que je perçus

un léger mouvement.

Un minuscule petit bout de fille

de rien du tout minaudait en me regardant.

Elle devait mesurer vingt centimètres.

 

 

Je suspendis ma respiration,

tout mouvement bloqué

tant la surprise était grande.

Elle m’envoya un baiser avec sa main

et me dit d’une agréable voix claire :

« Tu viens ? »

 

 

 

 

 

 

 

Suite   

Partager cet article

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Histoire La Source Tarie
commenter cet article

commentaires

Armide+Pistol 02/10/2011 16:17


Je profite d'une panne de newsletter pour venir saluer les blogs que j'aime.


nettoue 15/12/2010 14:55


Une belle imagination enrobé de poèsie ! Le mélange est gouteux à plaisir
Amicalement


l'oeil qui court 16/12/2010 12:29



Une pincée de cannelle, un clou de girofle,


un soupçon de rêve, quelques grains de plaisir


Une touche de bleu, un coin de lumière...



Pénéloop 29/11/2010 21:56


Ouh la la...
J'ai peur qu'il y ait un loup
Dans ton histoire...

Loop

Et ta maquette
est toujours superbe...


l'oeil qui court 30/11/2010 23:49



Un loup


avec une mini jupe


Et des dessous qui se montrent...


Je pourrais peut-être aussi faire.


Mais il ne me semble pas


que ce soit dans cette histoire là.



Quichottine 28/11/2010 22:43


Ben, moi, je sais que je saurais quand il y aura la suite...

Tu crois que je peux venir aussi ?


l'oeil qui court 30/11/2010 23:43



Il faut demander à la Communauté des Enfants. Peut-être peux-tu leur rédiger une lettre motivée. Je leur transmettrai.