Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entête31.01.2010

 

 

 

Rechercher

Contrat Creative Commons
Blog L'Oeil qui court by L'Oeil qui court est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale 3.0 Unported.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://loeilquicourt.over-blog.fr/

.

Les mots

 

Les mots sont des bulles de savon

Fragiles et tendres

Des papillons

Avec des ailes légères

Il y en a qui sont cuirassés aussi

Ils explosent et laissent des éclats dans la chair

compteur pour blog

23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 22:34

 

En provenance du Collectif des SDF de Strasbourg :

 

 

Le Collectif estime le nombre de personnes privées de leur droit au logement à Strasbourg entre 800 et 1000.
Le plan d'urgence hivernal pour Strasbourg serait de :
260 places réservées exclusivement aux familles avec enfants ;
80 places supplémentaires pour les demandeurs d'asile, exclusivement les familles avec enfants ;
Peut-être quelques places pour les femmes.
Rien pour les couples sans enfants et les personnes isolées, rien pour les personnes avec un animal.

À ce jour, contrairement à d'autres villes, d'autres régions, le plan hivernal n'est pas encore activé.

Nous avons appris que la Préfecture avait un projet dans les cartons pour la période de grand froid, basé sur les températures.
Il s'agit de nuitées d'hôtel. Si la température baisse à -10° il y aura des nuitées mais elles seront supprimées dès une remontée...
Rien de pérenne, pas d'accompagnement social ; bref, pas cher.
De plus on se demande comment le Préfet fera en période de marché de noel où tous les hôtels sont pleins...

Le Collectif a RDV mardi matin avec l'adjoint au logement.

 

  

18h.

La cafet accueille des jeunes de moins de trente ans en galère.

 

L'ambiance est chaude, paisible.

Soad apporte avec les échaffaudages d'assiettes fumantes du dîner. Un bon arôme d'épices

du soleil chatouille les narines.

Lucien et Eric, cuisiniers, se relaient midi et soir pour préparer d'ingénieux repas variés et goûteux,

à l'aide des mets mis à disposition par la banque alimentaire et des denrées achetées en complément.

Ces deux là aiment leur métier et les papilles leur en sont reconnaissantes.

 

 

Cadija3

 

 

Arrive Majid. Il est un peu énervé. Je le regarde s'agiter avant de comprendre qu'il souhaite qu'un éducateur

téléphone depuis le téléphone de la cafet pendant qu'il appelle lui-même d'un portable. Les coups de téléphone

ont l'air urgents et importants.

L'éducateur, rassurant et prévenant, essaie inlassablement de joindre le correspondant, tandis que Majid

également appelle et recommence de son côté sans fin.

 

 

L'atmosphère dans ce lieu est paisible, bienveillante. Un couple d'hommes dîne avec ses chiens calmement couchés par terre.

Une autre table est occupée par trois jeunes hommes et une jeune femme. Une maman prend son dîner, son

bébé couché dans un landeau à côté d'elle. On est loin de la brutalité que ces personnes vivent au quotidien dans

leur lutte pour la survie jusqu'au sein d'institutions sociales.

 

Majid s'adresse à moi. L'éducateur a dû s'absenter. Il me demande d'appeler le 115 avec le téléphone de la

Cafet tandis qu'il tente sa chance de son côté sur son portable. "Pour avoir plus de chance, me dit Majid. Ils

donnent des heures où on doit les rappeler plusieurs fois par jour. On essaie pendant une demi-heure,

plusieurs fois par jour. Ça sonne tout le temps occupé. Et puis, quand il décroche c'est pour donner une

autre heure. Mais là, si j'ai rien, je dors dehors. Tu sais la température cette nuit ? ... 0°.

Les nuits quand il fait froid comme ça, c'est impossible de dormir. On marche dans un sens, dans l'autre pour

moins sentir le froid. Toute la nuit. Et le matin, on a les démarches à faire, chez l'assistatnt sociale. On est

complétement nase."

 

Je prends le téléphone et je commence moi aussi à chiffrer le numéro qui sonne occupé, occupé, occupé.

Son éducateur revient. Prend le relais. Majid souhaite aller fumer une cigarette. Son éducateur continue

dans la cafet. Majid sur le trottoir.

 

Enfin , le 115 décroche, l'éducateur fait patienter son interlocuteur. Majid arrive en courant. Il obtient une

place dans un dortoir de 20 personnes. Il sera au chaud, cette nuit, mais n'est pas sûr de dormir. Cela dépendra

des voisins. Et demain recommencera à appeler le 115.

 

Un jeune s'excuse de reprendre son portable. Majid le lui a emprunté. On lui a volé le sien.

 

Il est sorti de 3 ans de prison depuis quelques jours. Il a pour tout bagage ses vêtements et

une banane avec ses papiers.



 


Partager cet article

Repost 0
Published by l'oeil qui court - dans Questions humaines et sociales
commenter cet article

commentaires

armide+pistol 26/11/2011 01:43

En 2011, nous en sommes là ! Qui l'eut cru !!!